Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Scott Matthew - Soap and Skin
L'Européen  (Paris)  mardi 3 novembre 2009

Après avoir annulé son concert parisien en juin dernier, Soap and Skin choisit la petite et chaleureuse salle de l'Européen pour se produire. Deux soirs de suite (les 2 et 3 novembre derniers), elle envoûte le public de sa folk noire et bouleversante.

Très bon choix que Scott Matthew en première partie. Cet australien exilé à New-York donne le ton. Sorte de géant hirsute et sensible, il nous plonge doucement dans un univers plein de poésie et de mélancolie.

Seul, parfois accompagné de son amie Sia aux choeurs, il alterne ukulélé et guitare sèche. Tout dans la finesse et la grâce. Sa voix rappelle celle d'Antony (and the Johnsons). Androgyne, à la fois sombre et lumineuse, mais toujours suave.

On comprend mieux les quelques fausses notes quand il accorde sa guitare après deux morceaux. "I never claimed to be a professional", ironise-t-il.

Car ce qui compte et ce qui fait sa force, c'est surtout cette voix, ce timbre envoûtant. Les mélodies sont simples, les accords répétitifs bien que jamais ennuyeux.

Un vrai coup de coeur dont on ne saurait que recommander le deuxième album, There Is An Ocean That Divides And With My Longing I Can Charge It With A Voltage Thats So Violent To Cross It Could Mean Death (!!).

Elle tarde à entrer sur scène. Ceux qui la suivent la savent timide. Ecorchée vive. Elle semble repousser le moment où elle devra nous affronter. On est pourtant conquis (les deux soirs affichent complet).

Elle se cale devant son piano, nous regarde à peine, sussure quelques timides merci. Mais pour ce qui est de l'interactivité, ce sera tout. On ne lui en veut pas tant sa prestation est poignante. L'éclairage blanc, crû, presque monocal, vient appuyer le propos de la jeune autrichienne. Elle est seule et pourtant emplit la salle de son aura inquiétante et paradoxalement, attendrissante. On a du mal à croire qu'elle n'a que 19 ans.

Telle une chef d'orchestre, un ordinateur posé devant elle, elle se fait accompagner de violons virtuels et martèle sur son clavier. Sa relation avec son piano est passionnée, tantôt tendre (ses gestes se font caressants), tantôt violente (ses doigts se transforment alors en griffes). Son chant alterne entre râles déchirants et murmures légers et enfantins. Elle joue l'intégralité de l'album (le magnifique Lovetune for Vacuum) et quelques inédits, même le sibyllin "DDMMYYYY", morceau intégralement instrumental, mélange obscur de sons et de bafouillements électroniques.

Elle semblait moins théâtrale que l'image qu'elle véhicule, jusqu'au moment où se transforme en zombie. Telle une poupée de chiffon, envoûtée (on se croirait dans L'Exorciste), elle quitte la scène plongée dans le noir et vient déambuler dans la salle.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle provoque des émotions. On hésite alors à crier sur les toits combien son talent mérite d'être connu et garder le secret, rien que pour nous...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gallantry's Favorite Son de Scott Matthew

En savoir plus :
Le site officiel de Scott Matthew
Le Myspace de Scott Matthew
Le site officiel de Soap and Skin
Le Myspace de Soap and Skin

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Scott Matthew (5 juin 2011)


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=