Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Control - Kasabian
L'Olympia  (Paris)  lundi 8 février 2010

Après un Bataclan conquis haut la main cet automne, Kasabian revient à l'Olympia en ce début d'année. Conquis par leur splendide West Ryder Pauper Lunatic Asylum, nous sommes allés vérifier ce que les anglais avaient sous le capot.

En première partie, un groupe français répondant au doux nom de Control. Look exubérant un brin calculé (guitariste en manteau de fourrure et lunettes de soleil, chanteuse en peignoir noir), rythmiques efficaces, guitare tirée au cordeau, chant énergique : rien de surprenant, mais le début du set est plutôt entraînant, quelque part entre les Kills et Garbage. Très vite, il apparaît pourtant évident que la miss a visiblement étudié avec minutie le jeu de scène et le chant d'Alison Mosshart. Sauf que là où la chanteuse des Kills et de Dead Weather dégage un authentique mélange de félinité, de sensualité et de rage, celle de Control peine à emballer son auditoire. Même son généreux décolleté, fièrement exhibé à la vue des 2000 spectateurs, n'y fera rien.

On en avait entendu parler ici ou là, mais "Julie & The Mothman" (Face B du single Underdog), que l'on prend de plein fouet en entrée du concert, à de quoi décoiffer. D'une puissance rare, elle ressemble à un condensé de tout ce que Kasabian a pu faire de mieux. "Underdog" et "Where Did All The Love Go ?", les tubes du dernier disque, qui sont joués immédiatement après, annoncent la couleur : la soirée va être excellente.

Forts de deux albums inégaux mais parsemés de pépites (Kasabian, 2004 et Empire, 2006) et d'un excellent dernier opus (West Ryder Pauper Lunatic Asylum, 2009), Kasabian déroule son répertoire avec maîtrise, sûrs de leur effet. On les comprend : à part quelques faiblesses ("Swarfiga", "Stuntman" (malgré un refrain efficace), "Processed Beats"), leur setlist est en béton armé.

Pourtant, Kasabian revient de loin : vus lors de leur concert (raté) à Rock en Seine 2006, ils tardaient à convaincre. Mais par la grâce d'un album qui n'a pas fini de faire parler de lui, ils sont redevenus passionnants. Tom Meighan, jadis notre tête à claque préférée, joue à la perfection son rôle de frontman-poseur, invective la foule, se démène comme un beau diable et, accessoirement, chante remarquablement bien. Sergio Pizzorno, tout en discrétion dans son seyant slim à carreaux rouges, tisse habilement la toile sur laquelle surfe le chanteur. On s'excuse auprès des autres membres du groupe, mais ces deux-là attirent toute notre attention. A l'évidence, Kasabian est un hydre à deux têtes, un peu à la façon Gallagher (à qui ils doivent beaucoup) : d'un côté un guitariste-compositeur érudit, à la créativité bouillonnante mais trop réservé pour enflammer les foules, de l'autre un chanteur grande gueule, indécrottable fan de foot mais doté d'un charisme magnétique.

"Shoot The Runner", "Thick As Thieves" dont le refrain est repris par public, "Take Aim" chantée par Pizzorno, "Fast Fuse" qui finit en splendide délire psyché, "Club Foot" et même "Empire" : Kasabian ne nous laisse aucun temps mort et enchaîne ses superbes hymnes pour stades de foot. De ballon rond il est d'ailleurs question lorsqu'un Tom Meighan provocateur revient pour le rappel affublé d'un maillot de l’équipe anglaise de football. Accueilli par les sifflets, c'est de bonne guerre. On se gardera de disserter sur les chances respectives de nos deux sélections lors de la prochaine Coupe du Monde. On préfèrera hurler le refrain de "Fire", en harmonie totale avec un Olympia raide dingue de plaisir. La soirée se termine par un "L.S.F. (Lost Souls Forever)" d'anthologie repris en chœur jusque sur les trottoirs du Boulevard des Capucines.

Au final, la moitié des titres joués ce soir sont tirés du dernier disque, qui passe aisément l'épreuve du live. Plus de doute : les gars de Leicester ont clairement franchi un palier et, même si tout n'est pas encore parfait, ils ont gagné leur place dans le gotha rock actuel. En attendant mieux ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Kasabian
La chronique de l'album West Rider Pauper Lunatic Asylum de Kasabian
Kasabian en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (samedi)
Kasabian en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
Kasabian en concert au Festival International de Benicàssim #16 (jeudi 15 juillet 2010)
Kasabian en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Kasabian en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Kasabian en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Kasabian en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Kasabian en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août
La chronique de l'album Clatter for control de Hangedup
La chronique de l'album Standing in the way control de Gossip
La chronique de l'album Cruise Control de Benjamin Diamond
La chronique de l'album Morphine Ballroom de Control Club
La chronique de l'album Face Control de Handsome Furs
La chronique de l'album Bliss Release de Cloud Control
La chronique de l'album Never had control de The Lookers
La chronique de l'album Tête Blême de Pogo Car Crash Control
Control en concert à Hellfest Open Air Festival #15 (édition 2022) - 24, 25 & 26 juin


En savoir plus :
Le Myspace de Control
Le site officiel de Kasabian
Le Myspace de Kasabian
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
en reprise :
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=