Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Johnny Flynn - Mumford & Sons
Grand Mix  (Tourcoing)  mardi 20 avril 2010

Après Noah & The Whale le mois dernier, le Grand Mix continue à nous présenter de grands monuments du folk, au plus grand plaisir de ses adhérents. Bien inconscient aura été le spectateur non prévoyant arrivé que peu avant l'heure d'ouverture des portes mardi soir, pour voir Mumford & Sons sur scène. Il aurait pourtant dû se rendre compte de l'ampleur de l'événement, au vu de la vitesse de vente des billets bien vite épuisés. Toute personne qui n'était pas sur place suffisamment à l'avance le soir du concert devait ainsi se placer tout au bout d'une longue file d'attente devant les portes de la salle, se retrouvant plongée dans un dépaysant méli-mélo linguistique. En effet, même si le nom du groupe ne fait pas tilt à l'oreille des Français, c'est outre frontières que Mumford & Sons cartonne : chez les Anglais et Flamands notamment, à en entendre les conversations du public en attente.

C'est une fois entré dans la salle qu'on réalise que ce concert a tout d'un évènement majeur : il est impensable d'essayer de se frayer un chemin devant les fans aguerris pour atteindre la scène qu'ils défendent d'un front commun.

La foule est dense et fébrile, une certaine tension palpable flotte dans la salle jusqu'à ce que la première partie s'avance  sous les applaudissements.

Johnny Flynn se présente, blondinet à tête d'ange au parcours bien rempli : d'abord enfant de chœur puis acteur de théâtre, il s'essaie désormais au chant et banjo en appliquant au pied de la lettre le conseil de Louis Armstrong qui affirmait si bien : "All music is folk music".

D'un certain Johnny Cash qui a rendu populaire ce genre musical sorti du tréfonds des campagnes américaines, Flynn n'a hélas hérité que le prénom.

On s'amuse certes dans un premier temps de voir ce petit jeune s'essayer à la musique populaire d'outre-Atlantique, tentant de projeter son public sur un cheval dans de vastes étendues, Stetson sur la tête et santiags aux pieds.

On se lasse toutefois vite de ces ballades à l'ukulélé sur lesquelles sa voix a bien du mal à percer : un violoncelle et une batterie de plus suffisent à noyer les paroles de Flynn, au triste dépend de leur écriture fort habile qui mériterait de pouvoir être entendue.

On lui pardonnerait cependant presque de s'essayer à la chanson tant Johnny manie violon et trompette avec, il faut le concéder, une certaine virtuosité.

C'est d'ailleurs durant ses solos instrumentaux qu'on se rend compte que, même sans voix, l'artiste est loin d'être dénué de talent : bon nombre d'instruments seront passés dans ses mains sans qu'il ne semble les différencier, tout aussi à l'aise à cordes qu'à vents.

La technique ne fait néanmoins pas tout : le public n'est pas convaincu de cette succession de morceaux sans unité ni identité, préférant générer un désagréable bruit de fond de conversations entremêlées qui n'aident pas à distinguer la voix fluette du chanteur. C'est tout juste si Johnny arrive à capter l'attention sur des morceaux un peu plus énergiques, sans toutefois réussir à rompre la barrière hermétique qui le sépare de son auditoire. Les spectateurs l'auront bien fait comprendre : c'est pour Mumford & Sons qu'ils sont là, et ce n'est pas un petit jeune qui va leur apprendre ce qu'est le folk, le vrai.

Après le changement de scène, "Sigh no more" est le premier morceau entamé par Marcus Mumford et ses compagnons, alignés tout au devant de la scène face à un public plongé dans un calme religieux durant les premières notes.

Quatre voix vibrant à l'unisson, calmes et posées dans un premier temps, puis s'intensifiant progressivement en un crescendo renforcé par la superposition successive d'instruments, pour atteindre son point culminant sous les applaudissements de la salle déjà conquise.

Là est la recette réussie de Mumford & Sons : une périlleuse montagne russe nous faisant d'abord doucement monter jusqu'au sommet d'une ballade mélodique avant de nous faire plonger à toute vitesse dans un tourbillon de voix, guitares et batterie, une véritable bouffée d'adrénaline qui accroche dès la première prise.

Quelques morceaux à peine suffisent en effet pour réaliser que le groupe a réussi à créer quelque chose de bien plus vaste que le folk dans lequel on le catégorise.

Le désespoir de leurs paroles mêlé à l'électrique passion de leurs instruments crée un ensemble d'une parfaite harmonie, l'augmentation exponentielle de la tension de leurs morceaux faisant déborder leurs douces mélodies dans un rock mouvementé.

Proches du public et avec une aisance toute naturelle, les musiciens n'hésitent pas à dialoguer avec humour, confrontant les Flamands majoritaires dans la salle aux Français qu'ils qualifient en compensation de bien plus amusants que les Allemands. Du groupe se dégage une sympathie irrésistible qui ne fait que renforcer le lien déjà fort créé avec le public par leur musique.

Marcus est l'homme qui mène la danse ; il semble avoir été bien malheureux, cet anglais à la voix grave et légèrement éraillée dont les paroles amères rapportent la douleur de ruptures difficiles. Son chant  entraîne graduellement Ted Dwayne à la contrebasse, Country Winston au banjo et Ben Lovett au synthétiseur, mais les musiciens ne se cantonnent pas à leurs instruments. N'hésitant pas à passer à un ensemble plus rock (batterie, basse et guitare électrique) pour leurs nouveaux morceaux, ils se permettent également inviter Jonnhy Flynn à la trompette sur "Winter winds" où Ben se met à l'accordéon.

Le quatuor tient les émotions du public dans le creux de sa main et les manipule à son bon vouloir : le contagieux dynamisme de leur tube "Little lion man" tout comme le refrain épique de "The cave" au banjo effréné donnent envie de danser sans retenue, tandis que la montée dramatique de "Dust bowl dance" ainsi que la plongée désespérée dans "Thistle & weeds" prennent le spectateur aux tripes, le souffle coupé d'une telle intensité viscérale.

Le quatuor a réussi à emballer la foule avec ses classiques mais également avec de nouveaux morceaux encore inconnus. Ces derniers ne laissent présager que du bon sur leur prochain album, qui sera assurément bien plus rock : on ne peut qu'être impatient de sa sortie après avoir vécu l'effervescence d'un tel concert.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Country Mile de Johnny Flynn
Johnny Flynn en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007


En savoir plus :
Le site officiel de Johnny Flynn
Le Myspace de Johnny Flynn
Le site officiel de Mumford & Sons
Le Myspace de Mumford & Sons

Crédits photos : Marion Agé (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=