Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gaëtan Roussel - Biébar
L'Aéronef  (Lille)  vendredi 7 mai 2010

Gaëtan,

Que d'excitation mêlée d'angoisse à l'idée de te revoir, toi, enfin, après tant d'absence. Toi qui du jour au lendemain es parti sans prévenir, mettant Louise Attaque en pause, tu n'imagines pas le vide que tu as laissé tout ce temps, rempli tant que faire se peut de ces anciens morceaux qui font partie intégrante de moi.

Depuis toute petite, on me chantonne que "elle est pas méchante mais putain qu’est-ce qu’elle est chiante" en mentionnant mon prénom, c’est dire si vous avez marqué ma personne, toi et les autres. Gaëtan, Arnaud, Alexandre et Robin : à vous quatre, vous avec accompagné toute ma vie jusqu’ici, chacune de vos chansons en soulignant un passage, des hauts, des bas, toujours accompagnés de vos notes et de vos mots.

Maintenant, tu es tout seul, Gaëtan, tu as décidé de revenir, mais en faisant bande à part, Ginger est ton album en solo. À son écoute, j’étais déçue : il y avait certes ta voix, unique et si familière, mais c'était trop différent de ce que je connaissais de toi, je l'ai ainsi simplement rejeté.

À l'annonce de ta venue à Lille, je me disais que tu ne serais pas à la hauteur de mes souvenirs, ce concert à Strasbourg où je m’égosillais des paroles des "Nuits parisiennes" au premier rang tandis que la magie de Louise Attaque sur scène me transportait de cette force que je n'ai jamais ressentie ailleurs.

Et pourtant, malgré cette crainte de ne plus revivre tel moment, je n'avais qu'une hâte, c'était de te revoir.

C'est pour cela que j'ai complétement éclipsé ta première partie, Biebar.

Il était pourtant plutôt joli garçon, mais il y en a marre des jeunes renouveaux de la chanson française à la guitare dénonçant les chagrins d'amour et les malheurs de la société. Même s'il ne chantait pas mal, moi je n'avais que toi en tête, lui, je ne me souviens même plus de qui c'était.

Tu es arrivé sur scène, avec tous tes instruments et tes musiciens : pas les habituels, bien sûr, aussi je n'ai pas daigné les regarder. Seul toi comptais, les autres, je les ai totalement ignorés.

Durant trois morceaux, je ne réalisais pas que c'était bien toi, prenant maladroitement des photos comme je le pouvais : pour la première fois accréditée, j'étais nerveuse, essayant tant bien que mal de capturer ton image dans mon objectif, juste à tes pieds. Alors tu m'as regardée, tu m'as sourie, et tu t'es écarté du micro en prenant la pose juste le temps d'un cliché que j'ai raté, bien trop ébranlée par cet échange d'un trop bref instant. Tout ce que je pouvais faire, c'était te répondre d'un immense sourire.

Une fois les photos achevées, je me suis appuyée à la scène pour te regarder, et c'est là que je me suis rendue compte que tu étais bien là. Ta voix, ton regard, tes petits "tchip tchip" répétés au micro, cette façon que tu as de lancer un "Merci beaucoup" en une envolée amusée... Je t'avoue, j'ai pleuré durant ton concert, trop émue de retrouver toutes ces choses en toi qui m'avaient tant manquées. C'est dire si je suis accro...

Alors certes, ton dernier album, j'ai beaucoup de mal à l'apprivoiser. Cet ajout de percussions, tout aussi doué ton guitariste Joseph y soit-il, ce besoin de femmes choristes en arrière-plan, je ne t'y reconnais pas. Mais c'est sur scène que j'ai compris que j'y recherchais ton passé, au lieu d'y voir tes pas en avant.

Moi, je t'ai connu autrefois, je reste nostalgique, mais je comprends désormais que tu poursuis ton chemin. Après t'avoir vu, je sais que tu n'as rien perdu de ce qui te rend si unique, tu es toujours toi-même, à t'amuser avec tes musiciens, à caracoler sur scène durant certaines montées en puissance et à dégager ce magnétisme palpable et irrésistible. La preuve en est ma voix cassée d'avoir tant crié le refrain de "Help myself", que tu as chanté à nouveau avant de partir, me laissant cette impression que tu es revenu plus vivant que jamais : c'est tout autant toi-même qui sembles t'être retrouvé.

Je ne réussis pas à parler de ce concert comme je le devrais, à le décrire et à l'interpréter ; les lecteurs de cette lettre ouverte s'en sentiront peut-être exclus, mais c'est un fait : ce que j'ai vécu avec toi durant cette soirée, je n'arrive pas à le partager.

J'achève ainsi simplement mes mots sur cette courte phrase que tu chantais : "Nous resterons magnétiques". Merci pour tout, Gaëtan.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gaetan Roussel en concert au Fil (jeudi 25 novembre 2010)
Gaetan Roussel en concert à L'Aéronef (mercredi 30 mars 2011)
Gaetan Roussel en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
Gaetan Roussel en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Gaetan Roussel en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Gaetan Roussel en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Gaetan Roussel en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)


En savoir plus :
Le site officiel de Biébar
Le Myspace de Biébar
Le site officiel de Gaëtan Roussel

Crédits photos : Léa S.


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=