Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures
Apichatpong Weerasethakul  septembre 2010

Réalisé par Apichatpong Weerasethakul. Thaïlande. Drame. Durée : 1h53. (Sortie 1e septembre 2010). Avec Thanapat Saiayamar, Jenjira Pongpas, Sadka Kaewbuadee et Natthakarn Aphiawonk.

Pour le cinéma, les Palmes d’or cannoises ont souvent les mêmes défauts que les prix Goncourt en littérature : elles récompensent des films inscrits dans l’ère du temps artistique et traitant de “grands sujets de société” à la mode.

Il y a bien sûr quelques exceptions chargées de “redorer” ladite palme. Mais si l’on s’attarde sur cinquante ans de palmarès, on verra que de nombreux cinéastes majeurs, et parmi eux les grands artistes du Septième Art comme Andréi Tarkowski et Robert Bresson, ont été oubliés.

Cette année restera celle d’une Palme d’or d’un troisième type : ni chef d’oeuvre, ni film en conformité avec son époque. Une pure surprise, une vraie incongruité.

Avec son réalisateur au nom imprononçable (Apichatpong Weerasethakul) et son film au titre étrange ("Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures"), la Palme d’Or 2010 marquera pour certains les tablettes en tant qu’anomalie absolue.

Ils lui auraient préféré le sage film plan-plan de Xavier Beauvois, "Des hommes et des Dieux". Film à sujet, film illustratif, filmant le religieux sans faire passer le moindre souffle de transcendance, "Des Hommes et des Dieux" est effectivement l’anti "Oncle Boonmee".

À vrai dire, le film thaïlandais a une qualité rare pour un film provenant d’un "pays tiers" : il n’est pas compréhensible totalement par un spectateur occidental. Weerasethakul a donc d’abord pensé aux Thaïlandais avant de chercher à viser d’emblée le spectateur moyen mondial et à satisfaire les désirs de ses coproducteurs européens.

Ne pas avoir tous les codes, ne pas saisir immédiatement tout ce qui se passe et ce qui dit dans le film, voilà qui devrait susciter la curiosité des vrais curieux, pas de ces spectateurs qui vont, uniquement pour se distinguer en matière de consommation culturelle, voir des films issus de cinématographies mal connues, mais qui entendent ne pas faire plus d’effort de dépaysement que les touristes qui se rendent au bout du monde dans des clubs de vacances standardisés.

Avec "Oncle Boonmee", il faudra faire un certain effort, ne pas craindre d’être un tantinet dérouté, voire irrité, par les dispositifs singuliers qui vont se succéder sur l’écran.

Une fois "rentré" dans le film, on s’engouffrera dans la plus universelle des histoires : celle où les vivants espèrent, en vain, ne pas mourir et rêvent de voir revenir parmi eux leurs morts. On sera alors saisi par l’humanisme délicat du cinéaste thaïlandais, sa manière subtile d’aborder à la fois ce qui dépasse l’homme et d’évoquer ce qui unit croyants et agnostiques.

Tout cela en remplissant son cadre d’images très personnelles et d’actions stupéfiantes. En termes choisis, on appelle ça de la mise en scène.

Mine de rien, Tim Burton n’a peut-être pas été un Président du Jury facétieux en octroyant la récompense suprême à Apichatpong Weerasetakhul. L’avenir pourrait confirmer son choix. On attend donc avec impatience ses prochains films pour vérifier si, pour une fois, un Tarkowksi ou un Bresson n’aura pas échappé à la sagacité de la lourde machine cannoise.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=