Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce PacoVolume - Dissonant Nation
La Maroquinerie  (Paris)  mercredi 29 septembre 2010

A peine le temps de siroter une bière et hop ! Dissonant Nation débarque guitares en avant, poitrine gonflée à bloc, prêts à en découdre.

Manque de bol pour eux, le public est encore à l'heure de l'apéro. Du coup "You Are Vegetables", chanté devant une fosse complètement vide (tous les spectateurs sont restés en altitude), prend une tournure assez cocasse.

Ne se laissant pas décourager, le jeune trio frenchy déballe avec envie son punk-rock énergique. Leur musique zieute vers celle des défunts Rakes, les tubes en moins. Les membres du groupe ont tout l'air de se livrer en interne à une compétition du T-shirt rock le plus cool de la terre : Sonic Youth, Ramones, et notre préféré (arboré par le chanteur), reprenant le slogan "I'm A Bitch In Disguise" des Plasticines.

Le chanteur-guitariste, affublé d'une coupe à la Kapranos et d'un slim plus proche du boxer que de raison, assure le show à lui tout seul : battement de pieds et flexions de jambes frénétiques, solos où il en fait un peu trop. Mais mieux vaut trop que pas du tout. Outre cette belle maîtrise des codes rock, les Dissonant Nation montrent aussi de belles choses avec leurs instruments.

"We Play We Are" : ça a beau ne pas être toujours extrêmement subtil, ça respire le rock à plein nez. Le trio essaie tant bien que mal de dévergonder un public bien timide et confortablement assis sur les marches, sans succès jusqu'ici. Nouvelle tentative : "Il est temps de danser maintenant !". On sent que les trois larrons ont des fourmis dans les doigts. Ils enquillent une reprise vigoureuse et réussie du "D.A.N.C.E." de Justice qui voit enfin le public sortir de sa léthargie.

Le chanteur se lance ensuite dans une distribution chaotique de masques de chirurgien qui voit la Maroquinerie se muer en une gigantesque salle d'opération. Vision assez flippante. Une première année en médecine à exorciser ? Dissonant Nation a en tout cas un goût certain pour les slogans accrocheurs : "I Hate The Doctor", "Call The Police" (ambiance apocalyptique) et "Je veux être Andy Warhol, no sex, no drug, no rock & roll". Et puis c'est tout.

Bilan : une qualité de concert suivant l'évolution inverse de l'ambiance dans la salle (bien au début, un peu trop répétitif ensuite), de bons guitaristes, un bassiste discret (dont on aimerait bien savoir ce qu'il cache sous cette mèche), des titres en français très efficaces, des paroles en anglais assez convenues. Les motifs de satisfaction résident davantage dans la forme que dans le fond. Ne manque plus que des compos plus originales et un chant plus varié (le chanteur crie plus souvent qu'il ne chante, dommage car il montre de belles capacités) pour vraiment casser la baraque. Dissonant Nation n'avait pas la tâche facile en ouvrant pour Pacovolume tant leurs univers sont en complet décalage. Mais les jeunes rockeurs ne se sont pas dégonflés malgré un public qui a tardé à réagir et ont prouvé qu'ils méritent plus que de la simple curiosité.

C'est une salle bien remplie désormais qui accueille PacoVolume, notre chanteur-oenologue favori. Dès "Everybody Dies", on est surpris par la tournure très rock du concert. "Tony Orlando And The Fantastic Five" confirme la tendance. Le public semble plus en phase avec le style de musique et l'ambiance s'en ressent.

Troisième facette du personnage : le PacoVolume boute-en-train. Plutôt que de présenter sobrement le nouveau guitariste qui regagne la scène, il avoue : "J'avais le choix entre Henry et Slash, j'ai pris Henri". Lequel serait "fan de "Hotel California" des Eagles". Et le chanteur d'entonner un des célèbres vers de la scène 70's : "She got the Mercedes Benz..." . "C'est trop classe ce passage, "She got the Mercedes Benz...", je le chante tout le temps au karaoke". Il n'est pas sur les planches depuis dix minutes que son capital sympathie est déjà au climax.

La version enlevée de "Stand By Me (Belfast '79)" lève tout soupçon quant à la capacité du groupe à retranscrire les chansons en live. Exhibant ce qu'on croit être un ukulélé, PacoVolume devine nos pensées : "Contrairement à ce que vous devez croire, ce n'est pas un ukulélé mais un charango. C'est un truc de péruvien macho, un truc de vrai dur, comme moi quoi. Bref, c'est mieux qu'un ukulele, mais on a l'air con quand même".

Avec "Jesus" (au charango, donc), on retrouve l'atmosphère douce et colorée de l'album. Très beau moment. On saute du coq à l'âne avec "Kids In America", chanson un peu débile mais extrêmement efficace de Kim Wilde. Reprise des milliers de fois, elle scintille de mille feux dans un habillage power rock qui lui sied à la perfection.

Le single "Cookie Machine" remue la fosse, qui clape des mains pile quand il faut. On y retrouve l'articulation britannique singulière de PacoVolume. L'excellente version qui nous est servie ce soir réussit à être encore plus entraînante que sur disque. Autre moment marquant : "Ordinary Life", une des plus belles chansons du disque, à la guitare acoustique.

Entre deux blagues sur Henry Caraguel, guitariste par intermittence, et un running gag impliquant "Hotel California", son "She got the Mercedes Benz..." et la grosse caisse du batteur (on ne vous fera pas l'affront de vous expliquer le jeu de mot), le groupe interprète "4th Street Approximately" (titre un peu atypique, assez soul dans l'esprit) puis "Manhattan Baby", opérant une impeccable et graduelle montée en intensité.

Sur "Wolves", on entend malheureusement peu le clavier, mais la force de la chanson compense aisément. Le chanteur, confus, avoue qu'il a oublié de dire que c'était la dernière chanson. Le public râle, PacoVolume rebondit : "au revoir avec des bisous, ça marche mieux ?".

Notre aimable troupe revient pour le rappel avec "un nouveau morceau qu'on ne connaît pas et qu'on ne sait pas jouer, ça s'appelle "nouveau morceau". Mouais... Sur la setlist, ça s'appelle quand même "Master Writer" (une réponse aux Stereophonics ?). PacoVolume n'en rate pas une : "Si vous aimez vous pourrez dire que vous étiez là, sinon pas la peine de dégoûter les autres". Cette nouvelle compo annonce-t-elle un virage power rock ? C'est en tout cas fort réussi, avec un surprenant refrain ("je t'aime maman") qui ailleurs frôlerait l'overdose de sucre est ici très touchant.

Malgré une petite coquille à la guitare au début du morceau, le dernier et meilleur titre de l'album ("Discontinued Things") conclut en beauté cette fort agréable soirée. Le morceau ne pâtit pas trop de l'absence plutôt compréhensible de la cithare vietnamienne (instrument utilisé pour l'orchestration du titre sur l'album). Le groupe fait péter les Watts dans une avalanche sonore finale.

Devant l'insistance des spectateurs, le groupe revient pour un deuxième rappel. Plusieurs personnes dans le public - et c'est légitime - réclament "Hotel California". Refusant habilement l'offre, le chanteur préfère rejouer "Cookie Machine" : "Vous aviez l'air heureux quand on l'a jouée tout à l'heure". PacoVolume, ou l'art de se mettre le public dans la poche. L'assistance chante le chorus a capella et à tue-tête. Ce qui est assez gonflant chez les fans de Bertignac mais est ici très intense.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Manhattan Baby de Pacovolume
La chronique de l'album Massive Passive de PacoVolume
L'interview de Pacovolume (6 otobre 2009)
Dissonant Nation parmi une sélection de singles (janvier 2012)
Dissonant Nation parmi une sélection de singles (février 2013)
La chronique de l'album Agitato Charismatic de Dissonant Nation
Dissonant Nation en concert au Fil (mercredi 29 février 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Dissonant Nation
Le Myspace de PacoVolume
Le blog de Pierre

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pacovolume (6 octobre 2009)


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=