Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack the ripper
Elysée Montmartre  (Paris)  9 juin 2004

Mercredi 9 juin 2004 Jack the Ripper joue en première partie de Luke à l’Elysée Montmartre. Il en est ainsi sur les billets mais devant la salle, seul Luke est annoncé. Il faudra attendre quelques minutes avant l’ouverture de la salle pour voir le chanteur de Jack the ripper venir apposer lui-même l’affiche noire et verte du groupe devant l’indifférence d’un public peu nombreux venu pour Luke, énième prétendant au titre de Noir Désir en stand-by, groupe de rock bordelais en pleine hype dans lequel évolue le bassiste d’Eiffel.

Jack the ripper occupe une place atypique dans le milieu musical français. Peu adepte du clonage, les Jack The Ripper ont choisi de partir loin et de ramener de ce voyage musical des influences plutôt rares actuellement dans notre hexagone où le parisianisme de quelques happy few sert de baromètre musical, criant au génie au moindre pépiement d’un ex-top model.

Fort injustement, les Jack the Ripper n'ont pas encore le même succès avec leur musique tout droit sortie d'un mélange entre cabaret et jazz, rock et blues. Le groupe, au nom inspiré de la chanson de Nick Cave, nous prouvent une fois encore qu'ils n'avaient (presque) plus rien à envier à leur illustre aîné.

Devant une salle archi bondée, les Jack the Ripper ouvrent la soirée et nous offrent une prestation d’un tel niveau que la tête d’affiche aura sans doute dû ramer dur.

Une prestation époustouflante qui a su non seulement attirer l’attention du public mais électriser complètement la salle et même captiver l’auditoire au point où tout le monde oubliait de jacasser et tapait dans les mains et que les applaudissements entre certains morceaux ressemblaient plus à un rappel furieux qu'à un intermède formel comme cela est souvent le cas.

Un public conquis certes et des musiciens également heureux d'être là, à l’aise avec un répertoire complètement maîtrisé, issu pour l’essentiel de leur deuxième album, et parfois surpris d'un tel accueil.

Tous les morceaux sont quasiment ré-orchestrés et tendent vers la perfection, épurés, comme réduits à l'essentiel, débarrassés de tout superflu pour magnifier la tonalité musicale et la puissance du son, dans lesquels chaque instrument prend toute son ampleur.

Puissance de son qui n'a d'égal que le pouvoir onirique de leur univers musical et la voix et le charisme du chanteur dont on perçoit sous l'aisance pendant les morceaux, dont certains sont théâtralisés, une certaine timidité et réserve, qui scrute le public avec un certain plaisir de voir autant de mains levées. Malgré les barrières de sécurité, il rejoint le public comme il aime le faire pendant "The assasin" et épuisé se reposera quelques fois sur l'estrade du batteur. Fatigue et sueur ne l'empêcheront pas de martyriser comme il se doit le tambour sur "Party downtown", morceau de bravoure et baromètre du groupe.

Si ile public exulte sur "Prayer in a Tango", médusé, il paraît presque recueilli sur "La femelle du requin".

Plus d'une heure non stop et un rappel, pendant lesquels tous les "classiques" sont passés en revue épaulés, comme à l'Européen par un duo de cuivre subtil mais efficace, avec en guise de cadeau, un inédit pendant lequel le chanteur déclame un texte.

En conclusion, leur morceau de clôture ébouriffant à la 16 Horsepower avec une guitare arabisante envoûtante en diable laisse tout le monde sur le carreau, dans un bain de sueur d'autant plus présente que la chaleur était écrasante.

Vivement bientôt ... le prochain album des Jack the Ripper.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm Coming de Jack the Ripper
La chronique de l'album Ladies first de Jack the Ripper
Jack the ripper en concert à L'Européen (12 juin 2003)
Jack the ripper en concert à La Clef (14 novembre 2003)
Jack the ripper en concert au Trianon (1er février 2006)
Jack the ripper en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Jack the ripper en concert au Poste à Galène (19 mai 2006)
Jack the ripper en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Jack the ripper en concert à Passagers du Zinc (6 octobre 2006)
L'interview de Jack the ripper (10 avril 2003)
L'interview de Jack the ripper (13 novembre 2003)
L'interview de Jack the Ripper (13 octobre 2005)
L'interview de Jack The Ripper (30 avril 2006)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=