Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks Black XS 2010 (Jour 6 : lundi 8)
LCD Soundsystem - The Bewitched Hands - Jamaica - Is Tropical  (Zénith, Paris)  lundi 8 novembre 2010

Pour sa dernière date parisienne, le festival Les Inrocks délaisse le boulevard Rochechouart pour s'installer Porte de Pantin. Sur le papier, l'affiche du Zénith est sacrément déséquilibrée. Elle le sera également dans les faits : commencée de façon très brouillonne, la soirée finira en trombe.

Le peu que l'on ait écouté d'Is Tropical ne nous incite pas vraiment à faire preuve d'enthousiasme. Confirmation avec ce concert poussif : la musique du trio électro rock londonien laisse nos guibolles désespérément statiques. Compositions pas très fines et sans réel fond (des "boum boum" de grosse caisse et de lourdes basses synthétiques ne font pas tout), de vilains cache-nez : leur performance, peu aidée par une sono catastrophique, se fait pénible à mesure que les minutes s'égrènent.

Un trio succède à un autre : les parisiens de Jamaica (difficile de louper leur nom : les musiciens évoluent au milieu des 7 lettres rouges majuscules) montent sur scène au son de "Dreadlock Holiday" de 10 CC ("I don't like reggae, I love it"), preuve que le groupe manie bien l'ironie. Car Jamaica a autant à voir avec le reggae que Teddy Riner avec la pelote basque. Ils doivent par contre pas mal de choses à Phoenix. Si les ex-Poney Poney produits par un Justice (Xavier De Rosnay, le petit sans la moustache) tentent de suivre la voie des versaillais, c'est avec moins de verve.

Ils ont quand même du mérite dans un Zénith désespérément vide (moitié plein ? moitié vide ? la question nécessite assurément un débat) et à la sono chaotique (on a très bien compris ce que voulait dire la batterie, beaucoup moins les guitares). Les parisiens sont appliqués. Trop, même. Sur album, les morceaux de Jamaica ne brillent certes pas par leur originalité, mais ont au moins le mérite d'être efficaces et énergiques. On retiendra ce soir un manque de spontanéité et d'échange avec le public. La fosse, désireuse d'en découdre, attend un déclic qui ne viendra pas. On croit pourtant le moment venu avec "I Think I Like U2", titre il est vrai assez irrésistible, mais l'interprétation manque d'ampleur, et le souffle retombe bien vite.

En délaissant les trios pour les collectifs, on se dit que la roue va tourner. Les rémois de The Bewitched Hands ont beau être sept, on ne décolle pas notre regard des deux étranges gratteux s'excitant en devant de scène : à notre gauche, le chanteur / guitariste à la tronche digne d'un prof de Poudlard, aux lunettes de ma grand-mère et à l'embonpoint de mon grand-père. A ses côtés et à notre droite, un guitariste / chanteur barbu au regard de killer. Même s'ils ne sont plus On The Top Of Our Heads, on reste scotché par la musique des Bewitched Hands, qui distille de vrais instants de grâce.

Les deux chanteurs sont habités sans avoir à en rajouter, le groupe est excellent et déroule une sacrée collection de bonnes chansons aux émanations 90's plutôt élogieuses (on pense à Pavement, Pixies, Grandaddy, Supergrass, ou plus récemment à Arcade Fire et The Shins). Résultat : un remarquable set d'une intensité peu commune. La France tient là un groupe rock ambitieux capable de gravir des montagnes. On sent une grandeur chez les Bewitched Hands, un potentiel énorme. A suivre de très très près, donc. En commençant par se ruer sur leur premier album (Birds And Drums), tout fraîchement sorti.

L'excitation gagne la fosse pendant le changement de scène : ça se sent, ça se voit, tout le monde - nous y compris - est venu pour le supposé last show ever in Paris des LCD Soundsystem. En patientant sagement, ça théorise sur le meilleur show vu des New-Yorkais à Paris. Pour notre part, c'est le premier, on va donc tâcher de garder les yeux grands ouverts. Etant donné la qualité des disques de la troupe de James Murphy et leur excellente réputation live, ça ne devrait pas être trop compliqué.

La longue intro de "Dance Yrself Clean", calme avant la tempête, annonce une heure de déferlante électro-punk-disco. La set-list se concentre essentiellement sur le dernier et très bon This Is Happenning, tout en contentant les nostalgiques avec plusieurs extraits de l'inaugural LCD Soundsystem (2005). Après "Dance Yrself Clean", le groupe enquille la percutante "Drunk Girls", peut-être ce que LCD Soundsystem a fait de mieux depuis ses débuts (et dont le clip est à voir coûte que coûte). L'atmosphère surchauffée retombe un peu sur la paisible "I Can Change", où James Murphy n'a peut-être jamais aussi bien chanté. La chanson est sans doute un chouia trop longue, mais c'est vraiment beau.

"Daft Punk Is Playing At My House" relance les hostilités avant que "All My Friends", unique extrait de Sound Of Silver (2007), ne vienne enfoncer le clou par une longue et énergique montée en puissance. "You Wanted A Hit" déroule patiemment son groove glacé, pendant que James Murphy s'énerve progressivement. Sans temps mort, le groupe enchaîne avec "Tribulations", provoquant l'extase du public. Il faut dire que ce tube électro-disco est la définition même de la machine à danser et provoque logiquement moult remous dans la fosse.

Les sonorités ont beau être électroniques, c'est bien à l'énergie rock que carbure LCD Soundsystem. Derrière une section rythmique d'airain (dont une moitié est en short et pieds nus), James Murphy dégage une trompeuse nonchalance qui se mue en frénésie dès que les chansons gagnent en puissance. Donnant de sa personne, il est fascinant d'aisance et d'intensité. Pour preuve l'enchaînement de "Movement" et "Yeah", mastodontes électro-punk, qui laissent le public lessivé après une sauvage explosion finale.

Frustré de devoir bientôt quitter la scène, James Murphy tente de négocier une prolongation, mais se voit adresser une fin de non recevoir. Le show se conclut donc sur "Home", où le public reprend avec émotion le thème de "Dance Yrself Clean". La boucle est bouclée. On aurait vendu notre âme pour une rallonge. Mais on ne peut pas faire la fine bouche après un show de ce calibre. Un putain de concert, voilà ce que nous ont offert les LCD Soundsystem ce soir. Il y a peut-être eu de meilleurs concerts parisiens de LCD, mais celui-ci sera le nôtre. Le seul ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de LCD Soundsystem
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
LCD Soundsystem en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
LCD Soundsystem en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
LCD Soundsystem en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
LCD Soundsystem en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
The Bewitched Hands en concert au Point Ephémère (20 octobre 2008)
The Bewitched Hands en concert au Festival GéNéRiQ 2009
The Bewitched Hands en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
The Bewitched Hands en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
The Bewitched Hands en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - vendredi 12 avril
Jamaica en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Is Tropical en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Is Tropical en concert au Festival Rock en Seine 2013 (dimanche 25 août 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de LCD Soundsystem
Le Myspace de LCD Soundsystem
Le Myspace de The Bewitched Hands
Le site officiel de Jamaica
Le Myspace de Jamaica
Le site officiel de Is Tropical
Le Myspace de Is Tropical
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=