Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emily Jane White
La Dynamo  (Toulouse)  vendredi 19 novembre 2010

Du folk soyeux, un groupe généreux, un public recueilli et comblé, compte-rendu du passage magique de la belle Californienne en terres Toulousaines.

Il fallait de la volonté et une bonne dose de ferveur pour retourner assister à un concert d’Emily Jane White. En effet, son dernier passage à Toulouse n’avait pas laissé que de bons souvenirs ; c’était en 2009, à l’époque de la longue tournée de Dark Undercoat que l’Américaine était venue s’échouer dans une minuscule salle improbable (le "Samba Resille", plus connue pour ses cours de Batucada que pour ses prestations scéniques). Manifestement déboussolée par le local exigu et malgré l’accueil chaleureux qui lui avait été réservé, elle avait livré une prestation très contenue, un peu hautaine, qui en avait décontenancé plus d’un. Seul le rappel final au piano avait un peu ravivé les espoirs ressentis à l’écoute de l’album.

C’est donc dans un nouveau contexte et surtout un nouveau lieu ("La Dynamo", beau loft aménagé en plein centre de la ville, d’une capacité de 200 personnes et à la programmation de qualité) qu’Emily retentait sa chance, à l’occasion de la sortie de son dernier opus (le magnifique et bien nommé Ode to Sentience). La salle est parfaite : murs de briques rouges parsemés de tableaux, rochelle agrémentée de fauteuils confortables, bars accueillants, acoustique soignée… Bref, on se sent comme à la maison. Le public se presse en masse malgré une publicité très discrète. Tous les âges sont représentés et l’atmosphère est recueillie (aidée en cela par une bienveillante statue polychrome de la vierge qui surplombe la foule !).

Le groupe se fait attendre mais finit par débarquer en toute simplicité sous la forme d’un quatuor : chant (+ guitare folk / piano), guitare électrique, basse (en la présence du talentueux Julien Pras du groupe Bordelais Calc), batterie. Pas de violoncelle ni de violon ce coup-ci mais les premiers titres vont vite dissiper les inquiétudes : le son est parfait et la voix est encore plus profonde que sur disque. Des frissons parcourent l’assemblée et, chose rare pour ce type de concert quasi-acoustique, la grande majorité du public est attentif et respectueux.

Les deux premiers titres ("A Shot Rang Out" et "Bessie Smith") tirés des deux premiers albums constituent une belle entrée en matière, mais c’est réellement sur l’enchaînement "Black Silk" et "The Cliff" que le concert décolle pour atteindre des sommets.

Les musiciens sont à l’écoute de la chanteuse et étoffent les morceaux de petites touches discrètes, se retirant sur certains titres, revenant pour d’autres. Le tout est harmonieux (à part peut-être une batterie parfois un peu à côté). La concentration et l’application dont ils font preuve me font irrésistiblement penser au concert des Broken Bells à Benicassim (Julien Pras qui fait les chœurs a d’ailleurs aussi un petit côté James Mercer !). Emily est aux anges, n’est pas avare de sourires et communique dans un très bon français (souvenir de ses études Bordelaises). La Californienne ayant dénoncé la ville d’origine de son bassiste, celui-ci se fait chambrer gentiment (la traditionnelle rivalité des berges de la Garonne…) mais tout ça reste bon enfant.

La setlist est homogène et pioche allègrement dans les trois albums, ce qui donne l’occasion de constater s’il en était besoin qu’ils contiennent un sacré nombre de pépites. Certains titres interprétés en solo manquent certes un peu d’entrain et on frôle parfois l’assoupissement en cette fin de semaine ; mais il suffit alors d’un "Wild Tigers" ou d’un "The Preacher" pour relancer la machine et on se prend à rêver d’une interprétation plus étoffée ou de variations plus musclées qui pourraient faire merveille en live.

Ne boudons pas notre plaisir : le concert s’interrompt sur le doux "Victorian America", avant que le groupe ne fasse un traditionnel pseudo-repli en coulisses (qui passe ici par l’escalade d’un périlleux escalier en colimaçon) avant de revenir pour quelques titres bien sentis ("Dagger", "Hole in the Middle", "Country Life").

Après 1h30 d’un concert généreux, la soirée s’achève par des dédicaces interminables où le groupe fait montre d’une disponibilité et d’une gentillesse rares ! Emily Jane White et sa bande auront donc rassuré son monde avec une belle prestation, effaçant (largement) l’ardoise laissée lors de son passage précédent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ode to Sentience de Emily Jane White
La chronique de l'album They Moved in Shadow All Together de Emily Jane White
La chronique de l'album Immanent fire de Emily Jane White
Emily Jane White en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009

En savoir plus :
Le site officiel de Emily Jane White
Le Bandcamp de Emily Jane White
Le Soundcloud de Emily Jane White
Le Facebook de Emily Jane White


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Emily Jane White (16 novembre 2010)


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=