Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emily Jane White
Ode to Sentience  (Talitres)  novembre 2010

La jeune et prolifique Californienne Emily Jane White (trois albums en autant d’années) poursuit son parcours sans faute et gagne en maturité sans se départir de son innocence et de son timbre magnifique.

On avait découvert sa voix limpide et claire en 2008 sur le désarmant et épuré Dark Undercoat et ses deux flèches "Hole in the Middle" et "Wild Tigers I Have Known" qui avaient fait bruisser les réseaux indépendants ; on l’avait également accompagnée l’année suivante sur un Victorian America (et son chouette titre éponyme), plus étoffé… La belle Américaine était donc attendue au virage de son troisième album (peut-être pas si tôt, mais les longues tournées et ses nombreux voyages semblent avoir alimenté son inspiration).

Pour une fois (ça devient rare de nos jours mais c’est une habitude pour elle), l’esthétique est assurée dès la pochette, véritable objet de promotion pour l’achat du 33T (belle photo en clair obscur, accompagnée d’une police de caractère stylée).

Dès le premier titre (le mélancolique "Oh Katherine"), on constate que l’univers de l’Américaine n’a pas bougé d’un iota : toujours cette folk lumineuse et brillante qui donne la chair de poule. La jonction est désormais faite entre ses deux précédents opus : on retrouve le dépouillement du premier et les arrangements du second (impression confirmée par le fait que certains titres ont été ébauchés durant cette période). La production est impeccable et la voix toujours aussi troublante : cela semble si simple mais une écoute approfondie dévoile la contribution des cordes par ci, l’apport d’une guitare électrique par là, les effets de la section rythmique, toute en toucher. Ce petit monde discret est d’une efficacité redoutable et au chevet du piano ou de la guitare folk de la Maîtresse de cérémonie. Certes, on pense souvent à Chan Marshall et Alela Diane au fil des morceaux mais ces comparaisons ne sont personnellement pas pour me déplaire !

Difficile de sortir un titre du lot, tant l’ensemble est cohérent et de haute facture ; "The Cliff", un des morceaux les plus rythmés de l’album est bouleversant et la pureté du son, écouté sur du matériel de qualité, emporte tout sur son passage. Le refrain de "Black Silk" donne le frisson… Les cordes frémissantes et le sublime pont final au piano de "I Lay to Rest (California)" ont de quoi faire rougir notre Yann Tiersen national (période Rue des Cascades). Je pourrais aussi parler du majestueux "Clipped Wings", de l’inquiétant et sombre "The Preacher" ou du très Country "Broken Words" mais autant laisser l’auditeur plonger de lui-même dans cette douce mélancolie ! D’ailleurs l’album est de saison : le changement de temps, le froid qui reprend le dessus… voilà de bons arguments pour aller chercher du réconfort auprès de ces perles soyeuses.

Vous l’aurez compris, je suis sous le charme de ces dix titres sans fioriture ; ce sentiment est d’ailleurs largement confirmé par l’écoute live des morceaux, qui gagnent en puissance en parvenant à conserver l’atmosphère recueillie du disque.

Rarement un titre d’album n’aura aussi bien tenu ses promesses… Je n’aurai qu’un conseil : jetez de toute urgence une oreille attentive à cette Ode et si Emily passe près de chez vous, foncez écouter son sermon !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album They Moved in Shadow All Together de Emily Jane White
La chronique de l'album Immanent fire de Emily Jane White
Emily Jane White en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Emily Jane White en concert à La Dynamo (vendredi 19 novembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Emily Jane White
Le Bandcamp de Emily Jane White
Le Soundcloud de Emily Jane White
Le Facebook de Emily Jane White


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Emily Jane White (16 novembre 2010)


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=