Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tout doit disparaître
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  novembre 2010

Monologue dramatique de Laurent Leclerc interprété par Margaux Delafon dans une mise en scène de Laurent Leclerc et Margaux Delafon.

Dans une société qui porte aux nues le jeunisme et envisage la vieillesse plus comme une maladie que comme la continuité logique de la vie, vieillir inquiète, vieillir est honteux et donc se cache. On parle peu, voire pas, du quatrième âge.

Or c'est bien de ce sujet dont traite "Tout doit disparaître".

Ce spectacle est le fruit d'un long processus de création entre Laurent Leclerc, auteur, metteur en scène et comédien et Margaux Delafon, comédienne, metteur en scène et plasticienne.

Suite à la canicule de 2003, qui a soudain mis sur le devant de la scène médiatique une France vieillissante et pourtant laissée pour compte, ces deux artistes ont eu envie d'aller à la rencontre de nos "vieux" et se sont mis à sillonner les maisons de retraite, à recueillir les différents témoignages de chacun.

Au fur et à mesure de leur enquête, un personnage est né, figure mythique qui est la somme de toutes les histoires et points de vue recueillis, né principalement de l'émergence d'une légende parmi les différents pensionnaires des maisons de retraite traversées : une fugueuse qui aurait exhorté ses congénères à la révolte contre le sort qu'on leur aurait imposé et aurait fini sa vie dehors, dans sa ville natale, ou dans un lieu secret, au côté de son grand amour...

Tout doit disparaître donne donc voix à Daphné, magnifiquement interprété par Margaux Delafon, une nonagénaire pleine de vitalité qui s'est retrouvée enfermée par ses enfants dans une "maison de vieux"

A travers elle, plusieurs personnages parlent : ses enfants, ses infirmières, ses compagnons de vieillesse. Tous nous racontent la difficulté de vieillir, de voir vieillir, la peur, l'individualisme d'une société qui ne comprend pas que nous vieillissons tous et sommes ou serons tous concernés.

Car si Daphné en elle-même n'a pas existé, elle est un mythe à part entière, né du besoin du groupe de croire que leur sort n'est pas fixé et que le libre arbitre peut triompher de l'injustice et de l'arbitraire. De la mort ? Il est donc à la fois original et intéressant d'entendre son histoire, et à travers elle, l'histoire universelle de la vieillesse dans notre société actuelle.

Le retour incessant de Laurent Leclerc et Margaux Delafon entre la scène et la réalité lors de la création de ce spectacle donne une dimension quasi documentaire au propos. Pourtant la mise en scène et l'approche artistique et théâtrale qu'ils ont mises en place ont su créer un univers onirique, poétique, parfois symbolique.

Pour "démasquer la vieillesse" ils ont imaginé un masque qui permet à la comédienne d'adopter des traits plus marqués mais donne également un caractère anonyme et donc universel au personnage. Un mur en carton en fond de scène est là pour nous rappeler le cloisonnement entre les âges de la vie, l'enfermement physique et psychologique des pensionnaires de la maison de retraite. Il évoque également le déménagement brusque de Daphné, partie en promenade avec ses enfants et enfermée malgré elle dans un "centre". Il permet de projeter des images et ouvre du même coup une perspective inespérée.

Sensible, ludique et émouvant, ce spectacle est un petit bijou théâtral. A la fois très bien écrit et magnifiquement interprété, il développe une kyrielle de trouvailles artistiques pour toucher et interpelle forcément, par son propos ou sa forme.

Un grand bravo à Margaux Delafon pour la prouesse scénique de donner vie à une dizaine de personnages à elle seule. La scène de la révolte du réfectoire est particulièrement jouissive et réjouissante.

 

Cécile Beyssac         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=