Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Katerine - Da Brasilians
Aéronef  (Lille)  samedi 20 novembre 2010

Ah Philippe Katerine ! Qu'attend-on de lui ? Que va-t-il se passer sur scène ?

Cet "énergumène" est si controversé. On l'aime pour sa simplicité garante d'énergie, pour son second degré qui n'en est pas un, pour son "jemenfoutisme" caricaturé. On le déteste parce qu'il joue avec son image de "branleur" et parce qu'il nous donne l'impression qu'avec la musique, faut pas se faire chier ! Pour citer les Wampas, "le rock c'est tout à fond".

Ce samedi 20 novembre, à l'Aéronef (Lille), la salle est comble. Beaucoup sont venus pour se payer une bonne tranche de folie. Certains ont des perruques ; d'autres se sont dessiné une moustache. Beaucoup sont armés d'une banane qu'il faut jeter sur scène au moment opportun. Tous semblent impatients. Mais que va-t-il bien se passer ?

Philippe Katerine fait son show.

D'abord, il est venu chanter, le temps d'un titre, avec la première partie (Da Brasilians). Il chante en duo une chanson aux accents Beach Boys. On se dit que c'est fort sympathique de sa part. Cela présage plein de bonnes choses.

La première partie étant terminée, on installe la scène : une batterie au centre, un "podium" juste derrière, un écran. Les musiciens prennent possession de leurs instruments ; le public s'excite. L'écran se lève...

Katerine apparaît entourer de deux danseuses. La fête commence. Les chansons du dernier album s'enchaînent avec bonne humeur. Les chorégraphies très "pom pom girl" colorent la scénographie d'une touche très enfantine.

Tout se déroule à merveille...

Le set est bien ciselé. Et c'est là que ça coince. Il est un peu trop bien ciselé. C'est énergique mais il y a peu d'interactivité avec le public. Un public conquis d'avance pourtant. On pouvait s'attendre à ce que la fête soit plus collégiale. Finalement, nous regardons un spectacle plutôt qu'un concert.

Katerine ne s'ennuie-t-il pas de ses propres chansons ? Elles sont si entêtantes qu'elles finissent peut-être par perdre de leur énergie primale quand on les joue de trop.

D'ailleurs, le premier rappel donne l'impression d'un autre concert. L'énergie dégagée par les chansons issues des autres albums (Robots après tout, principalement) diffère de ce que l'on a vu avant. Le groupe prend-il plus de plaisir ?

Un spectacle bien sans plus.

Samedi, Katerine nous a offert un spectacle réussi.

Ceux qui sont venus faire la fête n'en sont pas sortis déçus.

Néanmoins, cela manquait, paradoxalement, de folie !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Robots après tout de Katerine
La chronique de l'album Border Live cd/dvd de Philippe Katerine
La chronique de l'album Le Film de Katerine
Katerine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
Katerine en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Katerine en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Katerine en concert au Fil (jeudi 9 décembre 2010)
Katerine en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Katerine en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Katerine en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
La conférence de presse de Katerine (29 avril 2006)
L'interview de Katerine (15 août 2006)

En savoir plus :
Le site officiel de Katerine
Le Myspace de Da Brasilians

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Luneart         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 5 - Huitième Ciel de Katerine (12 juin 2016)


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=