Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gaëtan Roussel
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 25 novembre 2010

Tout ou presque a déjà été dit et écrit sur le premier album solo de Gaëtan Roussel. On connaît déjà son histoire, ses influences, sa construction, son contenu, ses déclinaisons live. Raison de plus pour vérifier tout cela de plus prêt, de nos propres oreilles au Fil à Saint-Etienne.

Oui rassurez-vous, on nous l’a assez rappelé, Gaëtan est bien l’auteur-interprète du désormais mythique groupe français Louise Attaque aux quelques millions d’albums vendus et de sa formation cousine Tarmac. Oui, il est bien l’auteur généreux qui a collaboré avec Rachid Taha (Bonjour), Vanessa Paradis (Il y a) et Baschung pour le fameux Bleu pétrole. Voilà pour le CV de l’artiste à la renommée grandissante. Et… ? Une bio ne fait pas un live et nous n’allons pas sans cesse enfermer l’artiste dans son musée personnel. Avançons.

Ses 15 années de scène l’ont amené à se lier d’amitié fidèle à de nombreux artistes avec lesquels ils collaborent. Des anciens de la Mano Negra : Philippe Teboul batteur toujours en activité avec Manu Chao, déjà invité sur le deuxième album de Louise Attaque, Comme on a dit ; Joseph Dahan : basse-guitare-chant dans la Mano, les Wampas, invité lui sur un album de Tarmac et… Vanessa Paradis ; et Daniel Jamet : guitariste de la Mano bien connu, également présent aux côtés des Wampas de Mano Solo pour 3 albums, des Frères Misère… Rajoutons que tous ou presque ont foulé les routes de Groland à un moment ou un autre (Gaëtan Roussel a signé les BO des deux films grolandais Louise-Michel et Mammuth), que d’autres routes ont croisé Gordon Gano, leader du groupe Violent Femmes, et bien d’autres… La famille est large et l’album solo pouvait s’enrichir de tous ces liens et de ces histoires de rencontres véritables.

L’album justement est sorti il y a huit mois et déjà nous savons tout de lui. Véritable phénomène radiophonique, il a en peu de temps popularisé le nom de son auteur-interprète peu exposé jusque là. L’opus bénéficie d’un bon accueil critique et est plébiscité par un public de plus en plus large, des fans des Louise de la première heure – pas tous – aux consommateurs de tubes radio, jusqu’aux mélomanes curieux de cet objet musical identifié sous le nom de Ginger.

Avec tout ca, forcément, le premier constat vérifiable de cette soirée live est l’affluence. Le Fil est tendu à son maximum ce soir, Gaëtan Roussel fait le plein à Saint-Etienne. Un cinquantaine de dates, hors festival d’été, en amont, accompagnent le phénomène. Ce soir c’est le concert à ne pas louper ici !

Confirmons les échos des premières dates : du lourd sur scène avec 8 musiciens. Daniel Jamet à notre gauche (la dernière fois que nous l’avions vu sur cette scène du Fil, il se tenait à droite de Mano Solo, tout s’efface et la roue tourne…), Joseph Dahan à notre droite. Gaëtan est souriant, joyeux, comme libéré de la torpeur pesante des dernières tournées de Louise.

Cette nouvelle famille recomposée s’éclate et c’est palpable. Le public est heureux de retrouver les hits "Help Myself (Nous ne faisons que passer)", "Inside Outside", "Dis moi encore si tu m’aimes". Le concert a du rythme. Parfois très rock ou très funk, parfois électro puis plutôt soul. Le concept est assurément intéressant, fouillé.

L’anglais se superpose au français. Les boucles tournent, les breaks s’entrechoquent tandis que les canons s’évitent pour mieux se croiser. C’est tantôt très saccadé, souvent très mélodieux. Certaines descentes décélérées aux allures psychédéliques n’auraient pas déplus aux Doors, Mille milliards de dollars aurait ravi Yolande Moreau, les lunettes bleues scintillantes dans le noir aurait charmé Michou… Le joyeux bordel installé sur scène est plaisant et amuse le large public rassemblé.

Mais c’est un bordel à la Gaëtan Roussel : organisé, pensé méticuleusement. Et si l’artiste semble prendre le plus grand plaisir sur scène il n’est pas encore complètement à l’aise dans ses exercices de gesticulation spontanée.

Tout est finalement très réfléchi, intellectualisé, ce qui fait la force conceptuelle de l’album et de la tournée, mais ce qui nuit un peu aussi la soirée en prêtant au public un flanc un peu trop froid, figé. Le concert se termine étrangement au bout d’1h30 avec une reprise de Talking Heads ("Psycho Killer"), suivie d’une parodie (?) au chant du bassiste Joseph et, le répertoire épuisé, pour finir bon copain, on rejoue le tube "Help Myself". Le public dans son ensemble est heureux et s’agite follement pour ce happy end.

Certains restent avec moi un peu indécis... Si le moment a été plutôt agréable au final, il ne s’est pas créé vraiment de connivences avec le show, et peu d’occasion d’y rentrer pleinement. Saluons quand même la démarche de l’artiste et le plaisir qu’il communique dans cette quasi-renaissance. Si le concert n’a pas laissé à tous une saveur inoubliable, il a malgré tout convaincu de suivre de près l’évolution du phénomène, dans les chemins de traverses que prendra à l’avenir la bande à Roussel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gaetan Roussel en concert à L'Aéronef (vendredi 7 mai 2010)
Gaetan Roussel en concert à L'Aéronef (mercredi 30 mars 2011)
Gaetan Roussel en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
Gaetan Roussel en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Gaetan Roussel en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Gaetan Roussel en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Gaetan Roussel en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Gaëtan Roussel

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=