Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cold War Kids
Mine is yours  (Cooperative Music)  janvier 2011

"Le dernier grand album avant le virage mainstream". C’était en peu de mots la conclusion du journal rock qu’on feuillette désormais chez le coiffeur – Rock & Folk, what else ? – sur le troisième album des New-Yorkais. Autant dire que si la chute n’était pas vertigineuse, le constat pouvait faire imaginer le pire.

Quatre ans plus tôt, leur Robbers & Cowards s’était pourtant imposé comme un hold-up qui nous avait tous braqué. La rage, l’énergie de ces enfants de la guerre froide – déjà le nom du groupe, génial résumé de l’époque – les avait poussés sur le devant de scène qu’on ait le temps de comprendre qu’il faudrait compter avec eux pour la décennie suivante. Suivant la même direction, entre barbelé électrique et refrains bien ciselés, Loyalty to loyalty portait bien son nom ; et le célèbre tournant du deuxième album avait été abordé avec prudence, adresse et surtout concision. Rien qui, pour conclure l’introduction, ne puisse laisser présager d’un retournement de veste en cuir.

Premier indice sur Mine is yours, troisième du nom : le producteur. Jacquire King, un homme certainement bien sous tous rapports, sûrement le genre à payer ses impôts à l’heure et mettre deux sucres dans son café, enfin bref, un producteur à l’américaine comme il en existe tous les deux pâtés de maison. En fouillant le pédigrée du bonhomme, plusieurs noms de groupes font pourtant tiquer : Langhorne Slim, Norah Jones ou bien encore les Kings of Leon, pour leur dernier Come Around Sundown dont on sait aujourd’hui qu’il aura surtout permis aux trois frères Duke de se reconvertir top models de chez Gucci après une carrière commencée tels des gentlemen farmers.

Trêve de bavardage, le lecteur se gratte sans doute la tête en se posant la question essentielle : "mais bordel, il est bien ou pas ce disque" ? Non, sans hésitation. Décevant n’est même pas à proprement parler le bon mot lorsqu’arrivé à la sixième piste ("Skip the charades") on peine encore à déceler un dessous de mélodie, un semblant de composition qui permettrait d’éviter la sentence suprême des bacs à soldes.

Passée dans la cour des "grands", la bande à Nathan Wilett prouve ici que deux albums au dessus de tout soupçon n’empêche pas de vendre son âme à Satan – pardon, MTV – dès lors que les intérêts commerciaux prennent plus de place que les partitions. Au-delà du procès d’intention – on n’a rien contre le mainstream, de prime abord – Cold War Kids débute son album par un titre éponyme fadasse qui rappellera aux plus vieux – eh oui, déjà – l’évolution de Coldplay dès son troisième album. L’omniprésence de faux tubes surboostés à la compression, de vagues échos sur le piano et un chanteur qui braille désormais comme si sa vie en dépendait – c’est du moins ce qui est inscrit sur son prompteur, Mine is yours semble ici prendre l’orientation des groupes venus de Brooklyn en insufflant de l’Afrique là où on les avait jusque là remarqués pour leur héritage post Reagan. Et l’auditeur dépité de subir des emprunts à Vampire Weekend, des mélodies entonnées à gorges déployées, puis de constater le regard en berne que les New-Yorkais semblent désormais plus attirés par le charme des stades et U2 qu’une carrière respectable dans l’intimité des clubs en sueur. Une grande déception donc.

Et plutôt que d’enfoncer le clou, au risque de paraître acharné et d’attirer la sympathie sur ces gamins matraqués, le critique de conclure que deux albums au dessus du niveau de la mer, c’est déjà pas si mal. On note, sur ce troisième méfait, quelques pistes qui évitent la noyade, comme "Louder than ever" (le titre en dit bien long sur l’état d’esprit) ou "Cold toes on the cold floor" ("des doigts de pied gélés sur le parquet froid", dans le texte) ; mais c’est hélas bien peu pour tenter de repêcher le Titanic des maraboutés. Et puisque ce disque raté nous y invite, que tout qui est à toi est à moi, autant inverser les mots écrits par d’autres : "le dernier album mainstream avant le grand virage". Une grosse claque en forme de punition, c’est après tout ce qu’on souhaite à Cold War Kids. Se ressaisir enfin, pour éviter la maison de correction.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Cold War Kids parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album Robbers and cowards de Cold War Kids
La chronique de l'album New Age Norms 1 de Cold War Kids
Cold War Kids en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Cold War Kids en concert au 106 (28 juin 2007)
Cold War Kids en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Cold War Kids en concert à L'Aeronef ( 25 mai 2009)
Cold War Kids en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Cold War Kids en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Cold War Kids
Le Myspace de Cold War Kids


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=