Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'Alligator 2011 (lundi 21)
Puta Madre Brothers - C.W. Stoneking - Timber Timbre  (La Maroquinerie, Paris)  du 11 au 26 février 20111

L'association entre La Maroquinerie - salle à la programmation irréprochable - et le Festival Les Nuits de l'Alligator a pris la bonne habitude de proposer de jeunes talents en devenir, des artistes confirmés et des rencontres improbables. Rebelote pour cette sixième édition, avec une belle sélection sillonnant la France deux semaines durant en février. Ce soir, on prenait peu de risque sachant que Timber Timbre était de la partie. Mais CW Stoneking et, plus encore, les Puta Madre Brothers ont contribué à faire de cette soirée une belle réussite.

Comme leur nom ne l'indique pas, les Puta Madre Brothers viennent d'Australie. Avec un nom pareil, on se doute qu'ils ne sont pas du genre à se prendre au sérieux. Dès l'arrivée sur scène des trois brothers (deux guitaristes et un bassiste, chacun planqué derrière une grosse caisse), vêtus de jaquettes militaires et le visage barbouillé comme des bagnards, on se retrouve parachuté dans une scène du cultissime O'Brother.

Le concert part dans tous les sens : leur musique évoque un blues des îles, du surf rock coloré, un délire rock & roll 50's, Compay Segundo chanté par Elvis, les Shadows, Jerry Lee Lewis, Morricone... Bref, c'est du grand n'importe quoi jubilatoire.

Ces hispanophiles - qui parlent espagnol comme Brad Pitt parle italien dans Inglourious Basterds - proposent un show décapant fait d'onomatopées sans queue ni tête, de voix gorgées de réverb et de guitares saturées de delay.

Ils s'amusent des codes du genre avec un enthousiasme contagieux. A voir les gens battre du pied et sourire pendant leur numéro, ils ont réussi leur coup.

On conseille de déguster ces Puta Madre Brothers sur scène car Queso Y Cojones, leur récent album au titre métaphysique, ne parvient malheureusement pas à retranscrire la ferveur et la folie de leur live.

C'est ensuite C.W. Stoneking qui foule les planches de la Maroquinerie. Première impression : se tient devant nous Hannibal Lecter, la muselière en moins. Tout vêtu de blanc, cheveux gominés plaqués en arrière sur le crâne, mutique, yeux perçants... On cherche dans la salle mais pas l'ombre de Jodie Foster. Nous voilà rassurés.

Accompagné d'un batteur, d'un contrebassiste et de deux cuivres, le set de l'australien (décidément) propose une musique sympathiquement rétro (les années 20 et 30 ne sont pas loin), aux accents tantôt jazz tantôt country, chantée par une voix de black à l'accent à couper au couteau. La formule, séduisante, s'avère tout de même répétitive sur la durée. Ayant la délicate tâche de passer après les Puta Madre Brothers, la musique de CW Stoneking - malgré toutes ses qualités - manque de sueur et d'entrain. Bilan mitigé donc.

Inconnus au bataillon il y a encore six mois de ce côté de l'Atlantique, les canadiens de Timber Timbre ont depuis marqué bien des esprits avec leur somptueux troisième album (éponyme). Leur folk intimiste en apesanteur s'est imposé comme une des plus belles étrangetés attrapées au vol ces derniers mois.

"No Bold Villain", qui clôt le disque, est jouée ce soir en ouverture. Taylor Kirk au centre, tiré à quatre épingles, caresse ses cordes avec une telle douceur que sa guitare est parfois à peine audible. Pika Posen (violon / clavier) et Simon Trottier (lap steel guitar / autoharp) tissent autour du chanteur une toile sonore envoûtante. Le groupe enchaîne avec "Trouble Comes Knocking", dévoilant sa face sombre, puis propose un excellent nouveau titre, "Black Water" (le nouvel album Creep On Creepin' On sort au printemps) dont le refrain s'implante durablement dans le cerveau ("all i need is some sunshiiine"). Superbe entrée en matière.

La suite est à l'avenant : la setlist alterne entre titres du dernier album et morceaux inconnus, Timbre Timbre proposant des versions réarrangées de ses chansons (avec notamment de longues intros planantes). La voix au timbre magique de Taylor Kirk occupe une place centrale, accompagnée par son jeu de guitare tout en contrastes (d'une douceur extrême entrecoupée de fulgurantes incartades), son articulation exagérée et très théâtrale, ses tics vocaux (cris à la fin des phrases). Tout ceci fait de Timber Timbre un cas vraiment à part.

Mis à part l'absence de "We'll Find Out", c'est un concert en tous points réussi que nous ont livré les canadiens. Parmi d'autres splendeurs ("No Bold Villain", "Trouble Comes Knocking", "Black Water", "Demon Host", "Until The Night Is Over", "I Get Low"), on retiendra particulièrement la version profonde et intense de "Lay Down In The Tall Grass".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Timber Timbre
La chronique de l'album Creep On Creepin'On de Timber Timbre
La chronique de l'album Hot Dreams de Timber Timbre
La chronique de l'album Sincerely, Future Pollution de Timber Timbre
Timber Timbre en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Dimanche
Timber Timbre en concert au Festival La Route du Rock #25 (vendredi 14 août 2015)
Timber Timbre en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview en VO de Timber Timbre(mercredi 19 février 2014)
L'interview de Timber Timbre (mercredi 19 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Puta Madre Brothers
Le Myspace de Puta Madre Brothers
Le site officiel de C.W. Stoneking
Le Myspace de C.W. Stoneking
Le site officiel de Timber Timbre
Le Myspace de Timber Timbre
Le Facebook de Timber Timbre
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'alligator
Le blog de Pierre

Crédits photos : Nicolas Demarty


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=