Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La route du rock 2004
Entretien avec les attachées de presse Anaïs Eschenbrenner et Bérengère Vito  (La Route du Rock)  août 2004

Dernière journée pour cette 14ème édition de la Route du Rock, nous sommes dimanche soir, Anaïs et Bérengère sont toujours à leur poste dans la salle de presse.

Les premiers chiffres sont tombés : plus de 19 000 entrées, le cru 2004 est une vraie réussite !

Dans un coin de la pièce alors que les concerts résonnent dehors, quelques minutes volées aux deux stagiaires qui savourent le succès du festival.

Quel est votre rôle et votre statut ici ?

Bérengère : Je suis en stage pour une durée de 4 mois. Je suis arrivée en mai, parmi les premiers des 7 stagiaires qui bossent sur le festival. J’ai pris contact avec la presse, mis à jour notre base de données, je me suis occupée des partenariats non payants et je supervise la presse en général. Quand Anaïs est arrivée nous avons bossé ensemble sur le dossier de presse et les communiqués.

Anaïs : Je suis stagiaire depuis le mois de juin et pour une dizaine ou une quinzaine de jours encore. J'ai travaillé sur le dossier de presse et mon rôle ensuite a été, entre autres, de gérer les demandes d'interviews ainsi que les conférences de presse.

C'est un choix personnel de travailler sur ce festival en particulier ?

Bérengère : Oui je suis déjà venue plusieures fois en tant que festivalière, mais c'est la première année que je viens pour travailler. Je ne fais pas ce stage dans le cadre de mes études, je suis en fac d'anglais, mais j'aimerais vraiment m'orienter pour travailler dans ce milieu.

Anaïs : Oui bien sûr j'ai envoyé plusieurs CV mais uniquement à des manifestations que j'appréciais. Au départ j'aurais plutôt voulu travailler sur la programmation, la presse je n'y connaissais pas grand chose, mais on m'a proposé ce poste et je ne regrette pas , c'est une expérience très enrichissante et gratifiante pour mon CV, j'ai beaucoup appris.

Quelles sont les relations avec les responsables du festival, François Floret et Alban Coutoux ?

Bérengère : Très bonnes !! François est plutôt là pour le coté "déconne" , il est vraiment super au niveau relationnel. Quant à Alban c'est de lui que nous dépendons, il supervise tout ce que je fais et c'est à lui que je rends des comptes, c'est donc un rapport plus sérieux.

Anaïs : On a reçu un très bon accueil et l'ambiance est vraiment bonne. J'ai plus de rapport avec Alban qui est notre responsable et ça n'est pas toujours facile car il est très occupé. On doit donc travailler dans le stress d'autant que je n'ai pas d'expérience, nous ne sommes que stagiaires, mais finalement on arrive à bien gérer tout cela et l'ambiance est restée excellente.

On a constaté qu'il y avait beaucoup de monde dans l'espace VIP et Presse, combien d'accréditations ont été distribuées et comment cela a t'il été géré ?

Bérengère : Cette année une stagiaire, Hélène, s'occupait spécifiquement des accréditations car c'est un gros travail. Comme je suis arrivée tôt, j'ai travaillé avec elle la-dessus. Au final il y a eu 300 journalistes invités et 240 VIP et professionnels, c'est plus que les années passées. On a toujours privilégié les gens, même issus d'un très petit média, qui ont fait des articles sur nous par rapport à un journaliste d'un grand journal qui n'aurait rien fait. Une campagne de promo a été faite auprès des médias au mois de mai, puis une relance début juillet auprès de ceux que l'on voulait voir venir, les grands quotidiens comme Le Monde par exemple.

Et qu'avez vous pensé de la prestation de ces journalistes ?

Anaïs : C'est vrai que beaucoup d'entre eux viennent "à la cool" ! Il n'y a pas toujours beaucoup de monde aux conférences de presse et les questions posées ne sont pas toujours pertinentes.

Mais je les comprends, le festival a lieu à la fin de l'été, et nombre des mensuels sont déjà bouclés. Toutefois il se peut aussi que nous ayons manqué des médias, la programmation a été bouclée assez tardivement et nous n'avons peut être pas pris le temps de faire le tour de la presse spécialisée (que je ne connais personnellement pas) .

Cette année "le carnet de route", journal du festival édité et distribué sur place d'un jour à l'autre, a été distribué mais en très petite quantité semble t-il, que s'est-il passé ?

Bérengère : En fait cela faisait plusieures années qu'il n'y avait pas de journal sur le festival. Ceux qui faisaient cela avant étaient des personnes que François et Alban connaissaient bien. Cette année une petite équipe s'est proposée pour le faire, mais comme personne ne les connaissait, la réponse a tardé à venir et l'accord a été donné au dernier moment. Bien sur aucun budget n'avait été prévu pour cela, ils ont du se débrouiller avec les moyens du bord et ont pu, par exemple aujourd'hui, tirer seulement 500 exemplaires, sur les imprimantes de la salle de presse.

Anaïs : Cela s'est vraiment fait à l'arrache ! Par des bénévoles de la région et même un peu plus loin (un de l'équipe est de Brest). Une partie de l'équipe avait déjà travaillé sur le journal fait à Art Rock. J'avais aimé ce qu'ils avaient réalisé alors j'ai tout fait pour qu'on les accepte cette année ici, et je ne regrette pas car ils ont vraiment fait un super boulot ! Malheureusement la diffusion restera limitée à cause du manque de moyens...

Quel est votre bilan du festival ? Avez vous pu en profiter ?

Bérengère : Je suis très contente de la programmation, j'ai par exemple découvert Phoenix dont je n'avais pas vraiment apprécié l'album mais qui m'ont beaucoup plu sur scène. Et surtout l'ambiance est vraiment très bonne ici, tous les bénévoles font preuve d'une grande solidarité. On peut regretter qu'il n'y ait plus que 2 permanents. Avant ils étaient 3 et je pense qu'à 2 c'est vraiment beaucoup trop de travail, Alban et François sont toujours débordés.

Et l'autre point faible c'est que tout est fluctuant au niveau financier notamment, les problèmes de budget restent importants. (cf. interview de François Floret). Sinon pour ma part je me suis réservé une pause : ce soir je ne veux pas louper le concert de Blonde Redhead !

Anaïs : Le festival est forcement toujours un grand moment ! On a travaillé et on attend cela depuis des mois. L'excitation était à son comble vendredi soir, j'ai assisté au concert de dEUS, que j'attendais avec impatience, en backstage, j'étais survoltée ! J'ai également vu un peu du concert de Flotation Toy Warning mais j'ai n'ai pas eu trop de temps à moi. Ce soir, c'est le dernier jour, c'est plus zen, j'espère pouvoir voir Dionysos.

Côté artistes, avez vous recueillis leurs réactions ?

Anaïs : Ils sont en général contents du festival, de sa petite taille, et surtout de la ligne artistique pointue, comme par exemple Dionysos qui sont heureux de passer entre Blonde Redhead et Jon Spencer ! Mais nous sommes un des derniers festivals de l'été et certains sont fatigués, comme Air qui n'a pas voulu donner de conférence de presse.

Pour terminer ... 3 mots pour décrire Votre Festival ?

Bérengère : Coup de Coeur ! Oui c'est bien ça : coup de coeur pour les artistes, pour l'ambiance ... Et je souhaite aussi surtout que la Mairie de St Malo, si elle nous aide, ne se désengage pas d'une année à l'autre !

Anaïs : Grande Expérience (je vais déprimer en rentrant chez moi ! ) ; plutôt zen, malgré les problèmes rencontrés, tout s'est bien géré ; et enfin une très bonne programmation ! Et ça se ressent.

Merci beaucoup à Anaïs, Bérengère et à toute l'équipe pour ce festival où nous avons été très bien accueillis et bravo pour le week-end qui restera un succès malgré la pluie du dimanche soir qui a privé Bérengère d'une partie du concert de Blonde Redhead ...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La Route du Rock 2004
Le Vendredi à la Route du Rock
Le Samedi à la Route du Rock
Le Dimanche à la Route du Rock

crédit photos : Fred


Anne         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre
- 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent
- 13 novembre 2022 : Fichu Vendredi 13
- 6 novembre 2022 : Enfin l'automne
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=