Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Spectrals
Bad Penny  (Wichita Recordings / PIAS)  octobre 2011

Comme une envie de te dévoiler un dossier top secret...
C'est l'histoire d'un disque délaissé. Sous son emballage impeccable, il se désolait de passer, de mains en mains, de sacoche en sacoche, de table d'écoute en table d'écoute. Les regards le flirtaient et se détournaient aussitôt ! - Si prêt du but - Un jour, pourtant, il s 'imposa à moi : lui et tous ses secrets.

Imagine...
"Je le ferai vibrant et mystérieux !", cria-t-il d'un ton quasi démoniaque. "Ahahahahahah !". Ce jeune adolescent, cheveux en bataille, yeux furibonds, n'était autre que Louis Jones qui venait tout simplement de péter les plombs. Bercé par les Rollings Stones et quelques autres grands classiques, son désir le plus fort était de monter un groupe qui cartonne, au grand dam de ses parents qui lui imaginaient plutôt une carrière dans le milieu bancaire. Alors, secrètement, il s'entraînait, écrivait, composait, chantait, grattait guitare, basse… sans relâche. Parfois son frère, Will, l'accompagnait à la batterie. Le jeune british voulait à tout prix percer dans la pop, coûte que coûte.

Seulement voilà...
"Bleu électrique ! Ouaiiiiis !", poursuivit-il les yeux illuminés. Plus tôt, apprenant que sa copine le larguait pour son voisin, John, le joueur de hautbois qui avait toujours rechigné à l'accompagner lors de sessions improvisées, il décidait d'en finir les pieds nus dans son bain, la guitare électrique entre les mains. "On se souviendra de Spectrals" avait-il crié en s'élançant dans la baignoire. Emporté par sa folie, il avait cependant oublié les goûts démesurés de sa maman... Dans sa course, sa guitare heurtait violemment le gigantesque lustre qui se décrochait et tombait sur sa tête. Plus tard, nu comme un verre et échevelé, il n'avait qu'une seule idée en tête : enregistrer l'album de sa vie. "Je l'appellerai Bad Penny parce que ça fait hype !" Oui ! Il offrirait au grand jour son œuvre à son public tant chéri et en délire, cette couverture "garage" bleu roi, sur laquelle trônerait le titre hype d'une écriture vibrante. Il s'empara d'un cadre photo et le brisa pour en découper sa photo et "je serai là !", conclut-il triomphal. Il enregistra et mixa toute la nuit...

Et voilà le résultat...
Sur un lit de guitares vaporeuses, "Get a trip" ouvre l'album. Une ambiance vibrante et hawaïenne m'entoure. Je m'imagine cocotiers, surfers et sable chaud - la résonnance de la salle de bain y est sûrement pour beaucoup. Et puis, très vite, Spectrals se met à chanter. Il a cette voix légère, un peu cotonneuse et vaseuse - les effets de tranquillisants, sans aucun doute - il me rappelle un style année 80, rétro. Et à vrai dire, dès ce premier morceau, les clés de compréhension sont là : guitares vaporeuses et voix dissonante. Les onze titres se succèdent, respectant consciencieusement ce fil rouge. Certes parfois plus lent, et langoureux comme sur "Lockjaw" ou "Many Happy Returns", planants comme sur "Luck is There To Be Pushed" ou "Brain Freeze". Le chanteur y parle bien sûr d'amour, le cœur brisé, la tête chamboulée.

De l'appréhension...
Malgré tout, Spectrals porte à la lumière des projecteurs un album joyeux et planant. A déconseiller aux oreilles fragilisées par le foisonnement de notes légères et hawaïennes. Pour les tympans curieux, why not pour démarrer les vacances, ou dans sa baignoire. A vous d'imaginer...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Spectrals en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Spectrals
Le Myspace de Spectrals


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=