Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Cercle des Illusionnistes
La Pépinière Théâtre  (Paris)  janvier 2014

Comédie écrite et mise en scène par Alexis Michalik, avec Jeanne Arenes, Maud Baecker, Michel Derville, Arnaud Dupont, Vincent Joncquez et Mathieu Métral.

Après le beau succès tant critique que public du "Porteur d'Histoire", le jeune auteur, comédien et metteur en scène Alexis Michalik fait coup double avec "Le Cercle des Illusionnistes".

Sa réussite tient, en premier lieu, à ce qu'il s'inscrit à contre-courant de la création mainstream de la dite "jeune scène contemporaine", infatuée d'écriture de plateau, aussi indigente que prétentieuse, et/ou de performances inspirées du living theatre des années 70, et donc totalement démodées, qui présente des spectacles conçus, sans se soucier du spectateur, pour la seule satisfaction du présomptueux ego d'acteur de leurs interprètes.

Ainsi, poursuivant dans la même veine du théâtre conçu comme le monde de l'illusion, une mimésis et une machine cybernétique barthésienne, il applique un des fondamentaux du théâtre qui est de raconter des histoires, ce qui en appelle également à la capacité d'émerveillement de l'éternel enfant qui sommeille en chacun.

En l'occurrence, comment mieux célébrer la magie du théâtre qu'en s'attachant aux deux illusionnistes emblématiques que furent Rober Houdin et Georges Méliès dont Alexis Michalik fait les principaux protagonistes d'une partition fictionnelle savamment construite à partir des principes éprouvés dans son précédent spectacle.

A savoir, un emboîtement judicieusement alambiqué d'intrigues rocambolesques mêlant fiction et réalité historique, doublé de télescopages spatio-temporels, pour exciter la curiosité du spectateur et maintenir son attention jusqu'à un inattendu dénouement, une réussie hybridation des genres romanesques et théâtraux inspirés des feuilletonnistes du 19ème siècle et Boulevard du crime traités dans une langue contemporaine.

La mise en perspective des destins dans un monde dans lequel, selon le propos de Paul Eluard, "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous", commence comme toutes les histoires : il était une fois un pickpocket qui s'empare du sac d'une bien jolie jeune femme à laquelle il donne rendez-vous pour lui rapporter son larcin. Mais est-ce vraiment le début de l'histoire ? Et comment cette romance conduit-elle à remonter le temps ? Mieux vaut le (sa)voir par soi-même.

Dans une scénographie légère d'Olivier Roset qui ressortit au théâtre de tréteaux - un plateau nu et des éléments installés à vue - pour impulser l'imaginaire du spectateur sans la brider par un décor fermé, tout fonctionne à merveille en raison d'une mise en scène très cinétique basée sur un rythme aussi fluide que soutenu.

Une cadence qui peut évoquer celle des prises de vue des débuts du cinéma, cinéma auquel Alexis Michalik emprunte donc nombre de techniques, tel le fondu-enchaîné qui préside à la ronde des situations, pour impulser une nécessaire synergie dynamique.

La partition est parfaitement assurée par un sextet de comédiens émérites qui campe plus d'une trentaine de personnages sans aucun droit à l'erreur ni baisse de régime pendant près de deux heures.

Maud Baecker et Mathieu Métral campent, entre autres, un délicieux couple à la Peynet, Vincent Jonquez et Arnaud Dupont ressuscitent de fougueux Houdin et Méliès et Jeanne Arenes brosse à elle seule toute une galerie de savoureux portraits.

Et cela sous la houlette de leur aîné, Michel Derville, excellent, qui fait office d'infra-narrateur pour matérialiser le nécessaire fil d'Ariane mais également de démiurge entre avatar d'un Méphisto bonhomme et facétieuse figure du destin.

Avec sa Compagnie Los Figaros, Alexis Michalik propose un divertissement inventif, pétillant et ludique qui fait incontestablement mouche.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 Novembre 2023 : Les grenouilles fringantes

Une triste semaine que celle écoulée avec la disparition de 2 artistes dont nous avions croisé la route à plusieurs reprises chez Froggy. Adieu donc à Buzy et à Karl Tremblay des Cowboys Fringants chers au coeur de nos chroniqueurs. Sans transition passons à des sujets plus réjouissants : la sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Rock warrior" de Babylon Pression
"A nos étés" de Chambre 317
Brasca, Pop Crimes, Caesaria et Daniel Jea dans notre sélection de clips
"Je ne sais que marcher dans la montagne" de Fabien Martin
Un coup d'oeil sur la programmation des 45eme Transmusicales de Rennes
"Step by step" de Gami
"Poulenc: La Voix Humaine, Fiançailles Pour Rire" de Julie Cherrier-Hoffmann, Orchestra Del Teatro La Fenice Di Venezia & Frédéric Chaslin
"Création" de Jultrane Sextet Duplex
"Up, down, aside" de Lame
"Présence lointaine" de Sofya Melikyan
"Do Brasil" de Wilhem Latchoumia
l'épisode de la semaine du Morceau Caché c'est "Syncope 3"
et toujours :
"Inconsistent people" de Blank\\
"Sugar man" de Cobi
"Stev'in my mind" de Fabrice Martinez
"Stared at from a distance" de Feldup
Gervaise en concert au FGO Barbara
Coup de projecteur sur Marine Thibault, The Twin Souls, Ditter, -BAT- et Sleater Kinney
"All nighter" de Sang Froid
"New horizons" de The Redshift Empire
"L'oeuvre pour violoncelle et piano" de Xavier Phillips & Cédric Tiberghien
Nouvel épisode du podcast Le Morceau Caché : "Syncope, partie 2"

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine:
"Après la répétition - Persona" au Théâtre national de l'Odéon

"Une fille d'Eve" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"Allosaurus (même rue, même cabine)" au Théâtre Studio d'Alfortville
"Qu'il fait beau cela vous suffit" au Théâtre L'Etoile du Nord
et les reprises :
"Le Montespan" au Studio Hébertot
"Il est interdit de vieillir" au Studio Hébertot
"Caroline Montier - Juliette Gréco, la Femme" au Théâtre Essaion
"Laurent Viel - Chansons aux enchères" au Théâtre Essaion
"Caroline Montier - Barbara amoureuse" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse

Cinéma avec :

"La vénus d'argent" de Helena Klotz
et toujours :
"Ricardo et la peinture" de Barbet Schroeder (voir aussi le livre de François Place)
"A l'intérieur" de Vasilis Katsoupis

Lecture avec :

"10 août 1792, la défaite de la monarchie" de Clément Weiss
"Philippe VI, le premier des Valois" de Christelle Balouzat-Loubet
et toujours :
"L'enfant, le peintre et la mer" de François Place (qui fait écho au film de Barbet Schroeder)
"Jour J, bataille de Normandie" de Beoit Rondeau
"Choses dites" de Nancy Huston
"L'une ou l'autre" de Oyinkan Braithwaite
"La maison de la faim" de Dambudzo Marechera
"Les dernières pages" de Robert Goddard
"Métisse, et alors ?" de Patricia Houéfa-Grange
"Yoko Ono" de Julia Kerninon

Un peu de jeu vidéo avec "Cocoon" sur PC et Consoles

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?
- 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie
- 11 février 2024 : A la saint valentin, offre toi un truc bien
- 4 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=