Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Cercle des Illusionnistes
La Pépinière Théâtre  (Paris)  janvier 2014

Comédie écrite et mise en scène par Alexis Michalik, avec Jeanne Arenes, Maud Baecker, Michel Derville, Arnaud Dupont, Vincent Joncquez et Mathieu Métral.

Après le beau succès tant critique que public du "Porteur d'Histoire", le jeune auteur, comédien et metteur en scène Alexis Michalik fait coup double avec "Le Cercle des Illusionnistes".

Sa réussite tient, en premier lieu, à ce qu'il s'inscrit à contre-courant de la création mainstream de la dite "jeune scène contemporaine", infatuée d'écriture de plateau, aussi indigente que prétentieuse, et/ou de performances inspirées du living theatre des années 70, et donc totalement démodées, qui présente des spectacles conçus, sans se soucier du spectateur, pour la seule satisfaction du présomptueux ego d'acteur de leurs interprètes.

Ainsi, poursuivant dans la même veine du théâtre conçu comme le monde de l'illusion, une mimésis et une machine cybernétique barthésienne, il applique un des fondamentaux du théâtre qui est de raconter des histoires, ce qui en appelle également à la capacité d'émerveillement de l'éternel enfant qui sommeille en chacun.

En l'occurrence, comment mieux célébrer la magie du théâtre qu'en s'attachant aux deux illusionnistes emblématiques que furent Rober Houdin et Georges Méliès dont Alexis Michalik fait les principaux protagonistes d'une partition fictionnelle savamment construite à partir des principes éprouvés dans son précédent spectacle.

A savoir, un emboîtement judicieusement alambiqué d'intrigues rocambolesques mêlant fiction et réalité historique, doublé de télescopages spatio-temporels, pour exciter la curiosité du spectateur et maintenir son attention jusqu'à un inattendu dénouement, une réussie hybridation des genres romanesques et théâtraux inspirés des feuilletonnistes du 19ème siècle et Boulevard du crime traités dans une langue contemporaine.

La mise en perspective des destins dans un monde dans lequel, selon le propos de Paul Eluard, "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous", commence comme toutes les histoires : il était une fois un pickpocket qui s'empare du sac d'une bien jolie jeune femme à laquelle il donne rendez-vous pour lui rapporter son larcin. Mais est-ce vraiment le début de l'histoire ? Et comment cette romance conduit-elle à remonter le temps ? Mieux vaut le (sa)voir par soi-même.

Dans une scénographie légère d'Olivier Roset qui ressortit au théâtre de tréteaux - un plateau nu et des éléments installés à vue - pour impulser l'imaginaire du spectateur sans la brider par un décor fermé, tout fonctionne à merveille en raison d'une mise en scène très cinétique basée sur un rythme aussi fluide que soutenu.

Une cadence qui peut évoquer celle des prises de vue des débuts du cinéma, cinéma auquel Alexis Michalik emprunte donc nombre de techniques, tel le fondu-enchaîné qui préside à la ronde des situations, pour impulser une nécessaire synergie dynamique.

La partition est parfaitement assurée par un sextet de comédiens émérites qui campe plus d'une trentaine de personnages sans aucun droit à l'erreur ni baisse de régime pendant près de deux heures.

Maud Baecker et Mathieu Métral campent, entre autres, un délicieux couple à la Peynet, Vincent Jonquez et Arnaud Dupont ressuscitent de fougueux Houdin et Méliès et Jeanne Arenes brosse à elle seule toute une galerie de savoureux portraits.

Et cela sous la houlette de leur aîné, Michel Derville, excellent, qui fait office d'infra-narrateur pour matérialiser le nécessaire fil d'Ariane mais également de démiurge entre avatar d'un Méphisto bonhomme et facétieuse figure du destin.

Avec sa Compagnie Los Figaros, Alexis Michalik propose un divertissement inventif, pétillant et ludique qui fait incontestablement mouche.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre
- 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent
- 13 novembre 2022 : Fichu Vendredi 13
- 6 novembre 2022 : Enfin l'automne
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=