Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Années 50 - La mode en France 1947-1957
Palais Galliera  (Paris)  Du 11 juillet au 2 novembre 2014

Avec plus d'une centaine de modèles et accessoires exceptionnels relatifs à la mode des années 1950, le Palais Galliera propose de prendre la mesure de l’évolution de la silhouette féminine de 1947 à 1957.

Son directeur, Olivier Saillard, qui assure le commissariat général de l'exposition intitulée "Les Années 50 - La mode en France 1947-1957" avec la collaboration pour le commissariat scientifique de Alexandra Bosc, conservateur du patrimoine, présente cette période comme l’âge d’or de la haute couture française.

Placeé sous une double synergie, une renaissance, Paris regagne son titre de capitale mondiale de la mode obtenu à la Belle Epoque, et l'émergence du prêt-à-porter, cette décennie " miraculeuse" est initiée et ordonnée par et autour d'un couturier, Christian Dior, et la nouvelle silhouette dessinée en 1947 pour sa première collection.

Elle s'achèvera avec sa disparition en 1957 qui coïncide avec la rupture stylistique introduite par des couturiers dont certains, tels le confirmé Pierre Cardin et le jeune Yves Saint-Laurent, ont été formés à son atelier.

Les Années 1950 : retour vers le passé

Dans la scénographie de l'architecte Julie Boidin, mur ruban et enfilade d'ilots à la rigueur géométrique et un monochrome gris, et vitrines dans des galeries latérales pour la lingerie et les accessoires, les modèles se déploient selon le déroulé chronologique de la journée.

Car la garde-robe de l'élégante se doit de comprendre un rigoureux éventail de toilettes journalières : à chaque heure et événement de la vie, mondaine bien évidemment, doit correspondre la tenue appropriée.

Une tenue qui est régie par la silhouette "Sablier" imaginée par Christian Dior et encensée par Carmel Snow, la très influente rédactrice en chef de Harper’s Bazaar dont dépendait la renommée des grands couturiers de l'époque, qu'elle baptise "New Look", qui va enflammer les esprits et s'imposer aux élégantes.

Elle se caractérise par une poitrine marquée, une taille de guêpe, des hanches arrondies et de longues jambes fuselées qui inspirera la fameuse poupée mannequin Barbie créée en 1959.

Ce qui implique un véritable harnachement de contention avec le retour en force de la corseterie.

Au soutien gorge "pigeonnier", à la guêpière baleinée et à la gaine "basculante", destinés à façonner le buste à la manière du busc du 18ème siècle s'ajoute le jupon inspiré du tutu des ballerines pour soutenir la jupe "Corolle" version allégée de la tournure qui soutenait la crinoline du 19ème siècle

Car l’avènement du "New Look" est une vraie fausse révolution puisqu'elle opère un évident rétro-pédalage. Alors que depuis le début du 20ème siècle, la femme s'émancipe d'une silhouette embrigadée, les années 1950 sonnent le glas de la garçonne des Années folles aux cheveux courts, mince et longiligne, au corps libre, dévoilant ses jambes tout en adoptant le pantalon et du glamour moulant des années 1930.

Après la période de guerre, la femme en quête de féminité et de frivolité rentre dans le rang et doit réinvestir le carcan fantasmatique de l'idéal féminin tel qu'il résulte des canons esthétiques classiques réinvestis par les couturiers.

C'est la période faste des couturiers mousquetaires, Pierre Balmain, Jacques Fath et Jacques Heim dont Christian Dior est le d'Artagnan, qui vont définir la mode qui doit être portée par "la Jolie Madame" et la Jeune parisienne chic". Et même un cinquième, Balenciaga surnommé "l'architecte de la mode"; qui fait un peu bande à part avec son style "Tonneau".

Pour le jour, le vêtement de prédilection est le tailleur avec la jupe "Crayon" qui ne permettant guère de fantaisie, nonobstant la jupe "à surprise" de Jean Patou, celle-ci se reportant sur le travail de la veste, dans une gamme sombre des gris-noir peu ou prou héritée de la décennie précédente.

Mais tailleurs et manteaux ne peuvent rivaliser avec la pièce maîtresse qu'est la robe, symbole de féminité.

Elle envahit la garde-robe de la robe du jour à la robe grand soir en passant par la robe pour le thé, la robe à danser, la robe de gala et la robe de petit soir, la liste n'étant pas exhaustive.

Parmi elle, une novation, la robe de cocktail, création au destin éphémère qui inspire particulièrement les couturiers. et restera l'emblème de "l'esprit couture" qui distingue cette période.

Point d'orgue, la robe de "grand soir" qui se décline sous forme alternative.

Remporte presque tous les suffrages la robe du soir "New Look" façon Sissi impératrice, rehaussée de broderies, dentelles, sequins et mignardises, tels les modèles "Marivaux" et "Soirée Galante" de Dior et "Antonia" de Balmain, rivalisant dans la transposition "moderne" des fastes d'antan avec moult taffetas et satin joutant avec le tulle et la mousseline.

En outsider, la robe fourreau, rescapée du glamour hollywoodien des années 1940, défend son pré carré avec les maîtres du drapé et du plissé que sont Jean Dessès, le roi du "lasso" pour façonner ses robes "chrysalides" et Madame Grès avec ses célèbres drapés d'inspiration antique.

Cependant, à côté de la planète Dior, des électrons libres, et hormis Balenciaga surnommé "l'architecte de la mode" et son style "Tonneau", des femmes, font de la résistance.

Des couturières rebelles, marginales ou dissidentes, les doyennes qui ont impulsé leur style bien avant la seconde guerre mondiale, au premier rang desquelles la septuagénaire Mademoiselle Chanel, chantre de la tenue "unique" avec son fameux tailleur droit et strict.

Ce sont également les derniers feux de l'extravagante Elsa Schiaparelli et le festival des couleurs de Jeanne Lanvin assuré par Antonio Canovas de Castillo.

L'exposition permet également de découvrir le raffinement des accessoires qui se doivent d'accompagner chaque tenue, les tenues plus décontractées pour les villégiatures et, surtout, les créations des couturiers réputés en leur temps - plus des deux tiers des griffes existant en 1946 - ignorés du grand public contemporain pour avoir disparu à l'aube des années 1960.

A la fin des années 1950, naît le prêt-à-porter de création et sonne le glas du temps du "Sablier".

Actionnée par les fantassins de la mode, Pierre Cardin et sa robe bulle et sa jupe pétale, Hubert de Givenchy et sa silhouette "Sack" et Yves saint-Laurent et sa collection "Trapèze", la rupture stylistique est en marche. Mais ceci est une autre histoire.

Cette exposition se poursuit en images avec le cycle "Les Années 50 au cinéma", proposé par le cinéma Le Grand Action, comportant 16 films français et étrangers, projetés les vendredis à 20h, témoins du regard porté à chauf sur la mode de cette époque.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Palais Galliera

Crédits photos : Pierre Antoine
avec l'aimable autorisation du Palais Gallliera


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-08-14 :
Christian Bérard - Excentrique Bébé - Nouveau Musée National de Monaco

• Edition du 2022-08-07 :
Newton, Riviera - Nouveau Musée National de Monaco
Molière en costumes - Centre national du costume de scène
 

• Archives :
Venise, la Sérénissime - Bassin des Lumières
Marcel Proust - Du côté de la mère - Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
Nouveaux chefs d'oeuvre - La dation Maya Ruiz-Picasso - Musée Picasso Paris
Maya Ruiz-Picasso, fille de Pablo - Musée Picasso-Paris
Manifeste ORLAN - Corps et sculptures - Les Abattoirs
ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère - Musée Picasso Paris
30ème édition du Festival International des Jardins - Domaine de Chamount-sur-Loire
15ème édition de la Saison d'art au Domaine de Chaumont-sur-Loire - Chaumont-sur-Loire
Ivan Navarro - Constellations of Fate - Galerie Templon
/ Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander / - Centre Pompidou
Les Expositions -
Valerio Adami - Peintures récentes - Galerie Templon
Monnaies & Merveilles - Monnaie de Paris
Shirley Jaffe - Une Américaine à Paris - Musée national d’art moderne - Centre Pompidou
León Ferrari - L'aimable cruauté - Musée national d’art moderne Centre Pompidou
Les Expositions -
Boilly - Chroniques parisiennes - Musée Cognacq-Jay
Le Théâtre des émotions - Musée Marmottan Monet
Héroïnes romantiques - Musée de la Vie romantique
Boldini - Les plaisirs et les jours - Petit Palais
Toyen - L'écart absolu - Musée d'Art Moderne de Paris
Les Expositions -
Charles Camoin - Un fauve en liberté - Musée de Montmartre
Love Brings Love - le défilé hommage à Alber Elbaz - Palais Galliera
Pionnières - Artistes dans le Paris des Années Folles. - Musée du Luxembourg
Les Expositions -
Kandinsky - L'Odyssée de l'abstrait - Atelier des Lumières
Cézanne - Lumières de Provence - Atelier des Lumières
HEY ! Le Dessin - Halle Saint-Pierre
Jean-Francis Auburtin - Un Age d'or - Musée de Lodève
- les derniers articles (2)
- les derniers expo (3)
- les derniers expos (1152)
- les derniers films (3)
- les derniers interviews (33)
- les derniers livres (3)
- les derniers selection_concerts (1)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=