Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anatomie d'une collection
Palais Galliera  (Paris)  Du 14 mai au 23 octobre 2016

Les expositions du Palais Galliera, Musée de la mode de la Ville de Paris, se déclinent selon des approches identiques à celles consacrées aux oeuvres d'art.

Ainsi, s'avèrent-elles historique ("Les Années 50 - La mode en France 1947-1957"), monographique pour célébrer un couturier tel récemment à "Jeanne Lanvin", thématique ("Papier glacé, un siècle de photographie de mode chez Condé Nast"), voire chrono-thématique comme "Fashion Mix" relative à l'Histoire de la mode du 20ème siècle à travers le parcours migratoire de ses créateurs.

De même, pour l'équivalent de l'exposition d'une collection avec la monstration de la garde robe d'une emblématique élégante à l'instar de "Les robes trésors de la comtesse Greffulhe".

Dans ce registre, Olivier Saillard historien de la mode et directeur du lieu, aborde le vêtement de manière personnifiée, celle du "vêtement incarné", comme intimement lié à la personnalité de celle ou celui qui le porte.

Cette démarche préside à l'exposition "Anatomie d'une collection" dans laquelle elle se déploie donc comme un memento mori sur trois siècles de mode en résonance avec le riche fonds du musée présenté en harmonie avec le raffinement du lieu.

Anatomie d'une collection, trois siècles de mode de vêtements incarnés

A l'Histoire de la mode qui révèle le goût d'une époque puis, avec l'avènement de la haute couture, le style d'un couturier, Olivier Saillard qui assure, en collaboration avec les conservateurs du musée, le commissariat de cette exposition mise en oeuvre par Béatrice Abonyi, y adjoint une grille de lecture complémentaire par la prise en considération du "corps disparu" qui a porté et investi le vêtement, et, éventuellement commandé voire inspiré.

S'il s'avère plus aléatoire pour la sélection de vêtements plébéiens, de l'uniforme du forçat à la tenue du personnel ancillaire, ce voyage mémoriel se déroule avec davantage d'efficience avec la sélection de pièces "identifiées" et, pour la plupart, emblématiques car, en sus, il sollicite l'imaginaire du visiteur.

Ainsi pour les tenues d'apparat, mais également des pièces plus intimes, tels le corset de Marie-Antoinette, et les accessoires, des élites royales et aristocratiques si "pieusement" conservées qu'elles sont érigées en "reliques".

De même pour les robes de prestige des grandes bourgeoises du 19ème siècle confectionnées sur mesure par les maisons de couture, ancêtres de la Haute couture initiée par le couturier Worth.

A la Belle Epoque, la représentation de soi constitue le dénominateur commun des mondaines du Tout Paris et des artistes de scène, figures consacrées de leur temps et devenues femmes de légende au rang desquelles danseuses, Cléo de Mérode et Isadora Duncan, et comédiennes, telles Sarah Bernard et Réjane, dont les vêtements de ville ou de scène lancent les modes.

Cette dualité se pérennise au 20ème siècle avec les femmes du gotha et de la jet set auxquelles se joignent la nouvelle classe ds riches américaines et les actrices, images vivantes de la mode.

Certaines deviennent des icônes et les égéries voire les muses d'un couturier en raison d'affinités électives qui concourent à la création d'un style, du le chic français de Dior caractérisant le "style Wallis"de la duchesse de Windsor au le style new-yorkais chic de Hubert de Givenchy pour Audrey Hepburn.

Au rang des muses, s'inscrivent, avec l'instauration des défilés de couture puis la starification des des top-models, certains mannequins tels Betty Catroux pour Yves Saint Laurent et Inès de la Fressange inspiratrices d'une collection.

Et comme tout principe comporte une exception, une salle est dédiée aux "vêtements de personne", des prototypes, tels le manteau-perruque de Martin Margiela et la robe aux "seins-obus" de Jean-Paul Gautier, conçus par des couturiers à l'imagination débridée qui ont constitué le clou d'un défilé sans être destinés à être portés.

Quoi que. Puisque le chapeau en forme d'escarpin inversé résultant de la fantaisie "surréaliste" d'Elsa Schiaparelli, retenu pour l'affiche de l'exposition, fut effectivement porté par Gala l'épouse-muse de Salvador Dali.

Une exposition stimulante pour l'esprit qui, outre de faire rêver, propose de bienvenus ilots immersifs, comme par exemple du côté de Van Gogh avec les robes de l'épouse du Docteur Gachet, ou des appariements inattendus tel celui de la robe glamour portée par Brigitte Bardot dans le film "La femme et le pantin" avec une tenue d'infirmière.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Palais Galliera

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Palais Galliera


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre
- 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent
- 13 novembre 2022 : Fichu Vendredi 13
- 6 novembre 2022 : Enfin l'automne
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=