Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saule
L’éclaircie  (PIAS)  novembre 2016

Le grand gaillard de Saule, du haut de son double mètre revient avec un nouvel album L’Eclaircie sorti au milieu du mois de novembre dernier. Découvert au milieu des années 2000 avec son premier album Vous êtes d’ici mais surtout de par son duo avec Dominique A et la chanson "Personne" sur l’album Western, je le retrouve une dizaine d’années plus tard avec curiosité.

Du temps a coulé sous les ponts depuis ses débuts, l’artiste a fait de nombreuses premières parties de grands artistes, a collaboré avec Sébastien Martel que j’aime beaucoup mais aussi avec Charlie Winston que j’aime moins, d’où mon éloignement petit à petit de sda musique.

Cette collaboration avec Charlie Winston avait abouti à l’album Géant en 2012, unanimement salué par la critique grâce notamment à la chanson "Dusty Men". Ce morceau, qui fit le tour des radios, aurait dû être un formidable accélérateur de carrière. Sauf que Saule va la traîner comme un boulet, se sentant coincé par ce tube, qu’il assume difficilement, jusqu’à l’éclaircie. D’où le titre de l’album…

L’album débute avec un titre très accrocheur, "Comme", dans lequel l’artiste affirme rapidement son indépendance musicale et artistique. Enervé et énergique, survitaminé, ce titre n’aura besoin que d’une seule écoute pour investir nos têtes et nous donner envie de le réécouter. L’artiste se libère de ses vieux démons dès la première chanson.

Au niveau des sons, on est évidemment bien loin du dernier album et c’est tant mieux. Exit Charlie Winston et son coté Cow-Boy, bonjour le Saule façon Dominique A aux jolis textes. Celui qui manie si bien notre langue française est de retour.

Les chansons s’enchainent, "Respire", titre un brin disco est capable de nous porter vers un dance-floor. "Delove song", dans la foulée, nous permettra de nous remettre des nos transpirations frénétiques. Très belle chanson sur le couple ou plutôt ce qu’il en reste parfois lors d’une séparation.

Arrive alors "L’éclaircie" qui donne son nom à l’album, jolie mélodie redondante à la guitare électrique. Le soleil apparaît, même en plein hiver, c’est beau, lumineux et bien écrit. Saule est bien de retour. Plus de doute possible. Il le confirme d’ailleurs, justement avec le titre suivant, "Je reviens". Les paroles sur la musique sonnent justes et c’est bien là l’essentiel. Le titre suivant "LC" ( elle sait) est une chanson plus grave, une chanson sublime, pour moi une des plus réussies de l’album avec une musique en forme de montée dramatique tout au long de la chanson. Chapeau l’artiste. La suite de l’album nous promet encore quelques petites pépites comme "La femme fantôme" et "On part" dans lesquelles Saule chante des passages en Anglais.

Saule nous offre donc un album où chaque titre a son propre charme. Cet album est une véritable éclaircie par rapport au précédent. Il est l’occasion pour Saule de montrer qu’il n’est pas l’homme d’un seul titre. On sent que le Géant a retrouvé le plaisir d’écrire, de composer loin des standards imposés par les grandes radios.

En même temps, L’éclaircie, par définition, ne l’empêchera pas de goûter de nouveau à la lumière qu’il mérite à la vue de son immense talent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Géant de Saule
Saule en concert au Festival FNAC Indétendances 2006

En savoir plus :
Le site officiel de Saule
Le Facebook de Saule


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=