Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daniel Blumberg
Minus  (Mute / PIAS)  mai 2018

Les plus téméraires d’entre nous ont l’audace de comparer Daniel Blumberg à une tripotée d’artistes plus élégiaques les uns que les autres. Bravo à eux, tant il ne ressemble à personne et à tant de monde à la fois. Ce premier album en solo voit le jour après moult tribulations musicales, il est donc le fruit d’un long chemin, et autant vous prévenir, Minus est loin d’être anodin.

A première vue, des pianos jouent l’émotion d’une atmosphère feutrée, des petits pas sur la moquette et des gestes mesurés, de la douceur. Et puis le piano se déglingue et déverse ses entrailles fumantes sur le parquet ciré et les souliers lustrés. Scandalous.

Il y a ces tentatives ahurissantes d’accoucher les grincements en mélodies, tel le mister Hyde combattant le Jekill inside, les sonorités frôlant dépassant parfois l’entendement logique de la mélodie. Et puis on s’immisce dans la tête de l’artiste, les acoustiques saturés de distorsions sataniques et l’âme en convulsion totale.

L’âme à vif, Daniel Blumberg puise dans ses démons familiers l’encre de ses titres. C’est torturé qu’il faut l’imaginer, aux abords d’une contrée fleurant le musc et la faucheuse. L’artiste termine ce qu’il commence, quand les vocalises montent, elles vont se briser sur les lames des cristaux trop fragiles pour les supporter et explosent en une myriade de petits éclats reflétant la lumière.

C’est ainsi que chaque instrument est poussé à son ultime souffle, Daniel Blumberg les torture jusqu’à leur briser les os, à la limite du supportable pour les mélodistes immatures que nous sommes, n’est-ce pas. Et c’est exactement dans ces dépassements que Minus est fondamentalement attachant, parce qu’il résonne à l’intérieur de nos propres expériences, précisément quand notre souffle s’est heurté à la fin de ses capacités, jusqu’au bout.

Daniel Blumberg joue et chante avec talent les limites ultimes du champ des possibles, c’est en musique qu’il déroule les histoires de nos sentiments jusqu’à la déchirure. Il dérange et bouleverse à la fois, il est l’expérience ultime de la vie après la mort.

Damned, c’est magnifiquement lugubre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Daniel Blumberg en concert au Festival Rockomotives #26 (édition 2018) - Vendredi

En savoir plus :
Le Soundcloud de Daniel Blumberg
Le Facebook de Daniel Blumberg


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=