Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Betsch
La traversée  (Microcultures Records / Kuroneko)  avril 2020

Un nouvel album de Bertrand Betsch est toujours pour moi un évènement en soi tant j’aime la musique (et les textes) de cet artiste toulousain pas reconnu à sa juste valeur selon moi. Je me souviens encore de ses deux premiers albums, La soupe à la grimace et B.B. Sides, écoutés en boucle des nuits entières avec mon pote de Bordeaux qui me l’avait fait découvert. Je me souviens d’autres albums adorés, La chaleur humaine, Le temps qu'il faut et tant d’autres qui véhiculent chez moi tendresse, mélancolie et sincérité.

La voix et la musique de l’artiste sont reconnaissables dès les premières secondes et La traversée, son dernier album ne déroge pas à la règle. "A la nage", titre superbe qui ouvre l’album, nous plonge immédiatement dans l’univers betschien que j’aime tant. La poésie des mots qui accompagnent ses musiques délicates faites de cordes délicates, de clarinette et de flûte.

Elégance et maîtrise sont les maitres-mots de cet album composé de 10 superbes titres dont il est compliqué d’en sortir un plutôt que l’autre. Bertrand Betsch a pris soin de nous composer ses dix petites pépites qui s’enchaînent merveilleusement bien. "A la dérobée", c’est comme il nous le susurre "presque rien mais ça fait du bien". Comme quoi l’optimisme existe aussi chez Bertrand Betsch.

Vient alors "L’échappée" où le talent de l’artiste est au diapason, une immense claque pour celui qui l’écoute, des mots précis sur une musique langoureuse, des cordes magnifiques, de la mélancolie à foison comme lui seul sait nous en donner. Sublime, tout simplement.

Vient alors le temps de "Rendez-vous" qui marque un changement de registre, la mélancolie disparait au profit d’une musique plus entraînante, toujours accompagnée de textes ciselés. Evidemment, le titre suivant, "La vie remue", centré au début sur un piano délicat, accompagné ensuite de superbes cordes, nous ramène dans des ambiances nostalgiques que l’on aime tant.

Vient alors "Les embardées", encore un superbe titre que l’on écoutera longtemps. Un titre sublimé une fois de plus par des cordes superbes et une flûte parfaite. Envoûtant au possible, cette embardée à ses côtés est pleine de promesses.

"A la fin" semble marquer une forme d’apaisement chez l’artiste. Le titre ne conclut pas l’album, cela aurait été trop facile mais il nous offre une forme de bilan anticipée. La musique, une fois de plus, est parfaite par rapport au texte. Avec "Le bus 51", Bertrand Betsch nous fait une description de ce que peut être une vie ratée de presque rien. Simple et émouvant, basé sur des multiples comparaisons, ce titre se glisse intelligemment parmi les autres de l’album. Le message est passé.

Restent les deux derniers titres, "La relève" puis "Le bonheur", deux titres qui en disent déjà beaucoup. "La relève" est de nouveau une chanson fragile, toujours et encore portée par les cordes sensibles du violon. "Le bonheur", qui clôture ce magnifique album, nous dévoile où se trouve le bonheur. Au travers d’un éloge subtil de ce sentiment, l’auteur prend soin néanmoins de la conjuguer au futur antérieur. Superbe titre, une fois encore.

Alors voilà, ce nouvel album de Bertrand Betsch est d’une beauté rare. Ses textes et ses musiques m’ont de nouveau embarqué, je n’en espérais pas moins ceci dit. La traversée qu’il nous propose est tout simplement magnifique, cohérente de bout-en-bout. On retrouve des mélodies qui nous restent en mémoire, l’univers si particulier de l’artiste et la délicatesse de ses textes. Une fois encore, Bertrand Betsch nous touche en plein cœur avec cet album qui fait la part belle aux sentiments.

Bertrand Betsch est un grand artiste, qu’on se le dise une bonne fois pour toutes. Et ses albums sont des merveilles.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pas de bras, pas de chocolat de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La chaleur humaine de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Je Vais Au Silence de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Le temps qu'il faut de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La nuit nous appartient de Bertrand Betsch
La chronique de l'album My love is for free de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La Vie Apprivoisée de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Tout doux de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Pour mémoire de Bertrand Betsch
La chronique de l'album J'ai horreur de l'amour de Bertrand Betsch
Bertrand Betsch en concert au Café de la Danse (9 mars 2005)
Bertrand Betsch en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
L'interview de Bertrand Betsch (23 janvier 2007)
L'interview de Bertrand Betsch (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch - Seconde partie (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch (dimanche 17 novembre 2013)
L'interview de Bertrand Betsch (février 2015)
L'interview de Bertrand Betsch (mecredi 11 mai 2016)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Bertrand Betsch
Le Soundcloud de Bertrand Betsch
Le Facebook de Bertrand Betsch


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Betsch (11 mai 2016)
Bertrand Betsch (17 novembre 2013)
Bertrand Betsch (4 mars 2012)


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=