Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Théo Charaf
Théo Charaf  (Wita Records)  janvier 2021

Quand on lit le dossier de presse de Théo Charaf, on peut lire : traversé par les esprits de Mississippi John Hurt, Skipe James, Blaze Foley ou tous ces folksingers des grands espaces cabossés par l'existence de la route.

Ce qui peut paraître a priori assez pompeux quand on a à peine 27 ans et jamais sorti d’album et pourtant, dès que les premières notes de "Vampire" qui ouvre l’album résonnent, on est complètement subjugué par la musique de Théo Charaf.

Ce jeune homme de 27 ans qui joue de la guitare et chante avec un supplément d'âme de ceux qui le font pour les bonnes raisons, pour s'exprimer et passer un flambeau qui réchauffe plutôt que par imitation.

Il est venu au blues après avoir joué dans des groupes de punk-rock, et c’est en passant par le rock et les vieilles racines de Led Zeppelin ou des Stones qu’il est arrivé là où il est aujourd’hui.

Effectivement, Théo Charaf est bien traversé par les esprits de Mississippi John Hurt entre autres. Il rend aussi hommage à Skip James en reprenant deux titres : "Devil Got My Woman" et "Hard Time Killing Floor".

Son album est un concentré de folk blues avec une voix grave, posée et des compositions simples, en apparence, mais terriblement efficace pour les amateurs du genre. Sur le premier titre "Vampire", la guitare me rappelle un titre de Bon Jovi mais très vite on est aspiré par le titre qui prend son envol. L’album est un très bon album de folks et debBlues, vous connaissez mon goût pour les étiquettes depuis le temps.

Après quelques rencontres, notamment celle de l'illustrateur et fan de blues Jean-Luc Navette qui va signer la pochette de ce premier album, qui n’est pas sans évoquer un peu Neil Young je trouve et qui avait signé en son temps celle de Triple Ripple d’Automatic City, que j’avais déjà trouvé très belle et qui est complètement différente, il va être mis en contact avec le label Wita Records.

Ils vont alors donner une chance à Théo Charaf, leur coup de cœur et vont sortir son premier album, le deuxième pour le label. Album enregistré et mixé chez Electronic Recording, le studio vintage d’Hervé Bessenay.

Le rêve de Théo Charaf est de vivre de sa musique et lui qui a commencé sa carrière à Lyon à servir des bières pendant 8 ans dans les salles de concert sera, on le souhaite tous, dans ses mêmes salles mais sur scène.

Le label Wita Records a été créé entre autres par deux membres de Automatic City qui sont Éric Duperray et Emmanuel Mercier. Si ces deux-là dans leur groupe jouent de la musique en aventuriers et en alchimistes, ils veulent aussi produire de la musique, la leur et puis celle des autres.

Voilà donc leur fantaisie libertaire, leur soif d’aventure, devenir une ligne directrice. Ils ont des beaux projets : un live d’Automatic City et un album des Dynamics également. Dont on ne manquera pas de parler en temps et en heure.

On leur souhaite une longue carrière et que leur production rejoigne sur les étagères des disquaires des titres et des albums qui ne prendront jamais la poussière.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Théo Charaf
Le Facebook de Théo Charaf


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !

Pendant que ca court dans les rues de Paris et d'ailleurs, on vous a concocté un parcours de découvertes culturelles et variées. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché

et toujours :
"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

Au théâtre

les nouveautés :

"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
et toujours :
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
- 21 avril 2024 : Des beaux disques, des beaux spectacles, une belle semaine
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=