Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Théo Charaf
Théo Charaf  (Wita Records)  janvier 2021

Quand on lit le dossier de presse de Théo Charaf, on peut lire : traversé par les esprits de Mississippi John Hurt, Skipe James, Blaze Foley ou tous ces folksingers des grands espaces cabossés par l'existence de la route.

Ce qui peut paraître a priori assez pompeux quand on a à peine 27 ans et jamais sorti d’album et pourtant, dès que les premières notes de "Vampire" qui ouvre l’album résonnent, on est complètement subjugué par la musique de Théo Charaf.

Ce jeune homme de 27 ans qui joue de la guitare et chante avec un supplément d'âme de ceux qui le font pour les bonnes raisons, pour s'exprimer et passer un flambeau qui réchauffe plutôt que par imitation.

Il est venu au blues après avoir joué dans des groupes de punk-rock, et c’est en passant par le rock et les vieilles racines de Led Zeppelin ou des Stones qu’il est arrivé là où il est aujourd’hui.

Effectivement, Théo Charaf est bien traversé par les esprits de Mississippi John Hurt entre autres. Il rend aussi hommage à Skip James en reprenant deux titres : "Devil Got My Woman" et "Hard Time Killing Floor".

Son album est un concentré de folk blues avec une voix grave, posée et des compositions simples, en apparence, mais terriblement efficace pour les amateurs du genre. Sur le premier titre "Vampire", la guitare me rappelle un titre de Bon Jovi mais très vite on est aspiré par le titre qui prend son envol. L’album est un très bon album de folks et debBlues, vous connaissez mon goût pour les étiquettes depuis le temps.

Après quelques rencontres, notamment celle de l'illustrateur et fan de blues Jean-Luc Navette qui va signer la pochette de ce premier album, qui n’est pas sans évoquer un peu Neil Young je trouve et qui avait signé en son temps celle de Triple Ripple d’Automatic City, que j’avais déjà trouvé très belle et qui est complètement différente, il va être mis en contact avec le label Wita Records.

Ils vont alors donner une chance à Théo Charaf, leur coup de cœur et vont sortir son premier album, le deuxième pour le label. Album enregistré et mixé chez Electronic Recording, le studio vintage d’Hervé Bessenay.

Le rêve de Théo Charaf est de vivre de sa musique et lui qui a commencé sa carrière à Lyon à servir des bières pendant 8 ans dans les salles de concert sera, on le souhaite tous, dans ses mêmes salles mais sur scène.

Le label Wita Records a été créé entre autres par deux membres de Automatic City qui sont Éric Duperray et Emmanuel Mercier. Si ces deux-là dans leur groupe jouent de la musique en aventuriers et en alchimistes, ils veulent aussi produire de la musique, la leur et puis celle des autres.

Voilà donc leur fantaisie libertaire, leur soif d’aventure, devenir une ligne directrice. Ils ont des beaux projets : un live d’Automatic City et un album des Dynamics également. Dont on ne manquera pas de parler en temps et en heure.

On leur souhaite une longue carrière et que leur production rejoigne sur les étagères des disquaires des titres et des albums qui ne prendront jamais la poussière.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Théo Charaf
Le Facebook de Théo Charaf


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps

Ce n'est pas parce que le pays est plongé dans le froid et la morosité qu'il ne faut pas se faire plaisir. Alors, sortons, dansons, rêvons au travers de notre sélection culturelle de la semaine. Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Edgar is dead" de Edgar
rencontre avec Johnny Carwash qui était en concert avec TV Sundaze à Saint Etienne
"J'irais ailleurs" de Les Soucoupes Violentes
"Sublimer" de Marine Thibault
"For once" de Mélys
"Tu sauras pas quoi faire de moi" de Olivier Marois
"Boomerang" de The Darts
nouvel épisode du Morceau Caché, consacré à Portishead
et toujours :
"Génération (tome 1)" de Ambre
"Out" de Fishtalk
"Take a look at the sea" de Fontanarosa
"Venus rising" de Trio SR9 & Kyrie Kristmanson
"Perpétuel" de Vesperine
"Liminal status" de Watertank
"The great calm" de Whispering Sons
"Keep it simple" de Yann Jankielewicz , Josh Dion & Jason Lindner
Quelques nouveautés en clips avec Isolation, Resto Basket, Greyborn, Bad Juice, Last Temptation, One Rusty Band, We Hate You Please Die

Au théâtre :

les nouveautés :

"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins

"Sonate d'automne" au Théâtre Studio Hébertot
"Frida" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

"Preuve d'amour" au Théâtre du Guichet Montparnasse
"Après les ruines" au théâtre La Comète de Chalons En Champagne
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?" au Théâtre du Guichet Montparnasse
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala
et toujours :
"Royan, la professeure de français" au Théâtre de Paris
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
zt toujours :
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 juin 2024 : Culture en danger ?
- 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent
- 02 juin 2024 : En attendant l'été
- 26 mai 2024 : On prépare le summer brain
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=