Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack the ripper - Syd Matters
Le Trianon  (Paris)  1er février 2006

Pour les fans de la première heure, chaque concert de Jack the ripper, toujours trop rare, revêt un caractère d'événement.

Après deux albums d'une rare qualité, leur 3ème opus Ladies first sorti en XXX révèle la grande maturité d'un groupe singulier qui a su réunir autour d'un frontman, chanteur-auteur, charismatique des musiciens de qualité, et dont les compositions prennent une belle ampleur.

Cet album abouti et riche dans lequel on retrouve le son et l'univers uniques du groupe reçoit un accueil plus que mérité.

Ambiance feutrée, le public est assis et attend les Jack The Ripper de pied ferme. Syd Matters, en formation réduite à un trio qui paraît minuscule sur le devant de la grande scène du Trianon, ouvre la soirée. 3 guitares, parfois un clavier, et 40 minutes parsemées de quelques belles mélodies de pop acoustique.

Car le coeur n'y est pas vraiment, ni du côté du public qui attend l'univers dense des Jack the ripper, même s'il ne faillit pas aux applaudissements de politesse, ni du côté de Syd Matters qui, un peu désenchanté, lâche un "Salut, on est la première partie" et "Bon là faut qu'on remercie les Jack the ripper de nous faire jouer ce soir".

Quelques minutes pour le changement de scène, et la grande scène du Trianon devient presque trop exigüe pour les 9 membres de Jack the ripper qui ont choisi d'interpréter "From my veins to the sea" en ouverture.

Le concert démarre timidement d'abord.

Puis les vrombissements de la batterie et de la basse nous emportent immédiatement dans l'univers paradoxalement sombre et joyeux de Jack the ripper.

Au chant, Arnaud, très pale, les yeux cernés de noir, maîtrise parfaitement sa voix atypique et les ovations ne se font pas attendre.

Au programme les nouveaux titres bien évidemment avec "From my veins to the sea", "Hungerstrike at the supermarket", le dissonant "Goin' down", "I was born a cancer" sur lesquels les duos de voix avec une jeune femme ou les chœurs assurés par le trompettiste ou le violoniste en renforcent l'effet.

Débordants d'énergie les musiciens ont gagné en assurance et confiance au fil des tournées.

Leur grande complicité rend leur jeu plus naturel, plus fluide et moins appliqué.

Le groupe nous gratifie également d'une reprise de Léonard Cohen ("Manhattan") et a invité Sébastien Schuller pour un duo étonnant et détonnant, tant pour la voix que le look, sur "Old stars"

Les morceaux emblématiques de leurs précédents opus I'm coming ("Escape", "Martha" et son violon rageur, la ballade d "Her ghost") et The book of lies ("Prayer in a tango", "Dog meets wolf", "The assassin" toujours aussi furieux) constituent des incontournables qui donnent sur scène toute leur puissante et leur richesse.

Le public est comme fou quand le tambour est amené sur scène, ce tambour sur lequel Arnaud frappe comme un dément et qui est devenu un des must cathartiques du groupe "Party downtown".

Ces anciens titres graves et poétiques, se mêlent brillamment aux nouveaux, tout simplement beaux, dans une unité confondante démontrant si besoin était la forte cohérence de ce groupe tant artistique qu'humaine et leur capacité à maintenir un son unique

Doux, puissant, inspiré, émancipé de ses influences (Nick Cave en tête), Jack The Ripper est devenu une excellente référence qui a prouvé ce soir qu'il était un vrai groupe de scène en pleine évolution.

Le set s'achève sur un "Feral buddleia" apocalyptique. La salle est en liesse et n'en finit pas d'applaudir et de trépigner.

En rappel, le très beau et émouvant "Son of…" rarement joué en concert sur lequel Arnaud s'installe sur une chaise avec une guitare et "I used to be a charming prince" tout en montée progressive en puissance affectionnée par le groupe.

Insatiable, la salle demande un second rappel qui ne pourra être effectif, malgré la bonne volonté du groupe, sa playlist confirmant la programmation d'autres titres, en raison des contraintes horaires de fermeture des salles de spectacles parisiennes ainsi que l'explique Bruno fort contrit.

Qu'à cela ne tienne ! Il suffit de retourner les voir au cours de leur tournée "First lady tour" qui passera notamment par la Flèche d'Or le jour des amoureux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm Coming de Jack the Ripper
La chronique de l'album Ladies first de Jack the Ripper
Jack the ripper en concert à L'Européen (12 juin 2003)
Jack the ripper en concert à La Clef (14 novembre 2003)
Jack the ripper en concert à l'Elysée Montmartre (9 juin 2004)
Jack the ripper en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Jack the ripper en concert au Poste à Galène (19 mai 2006)
Jack the ripper en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Jack the ripper en concert à Passagers du Zinc (6 octobre 2006)
L'interview de Jack the ripper (10 avril 2003)
L'interview de Jack the ripper (13 novembre 2003)
L'interview de Jack the Ripper (13 octobre 2005)
L'interview de Jack The Ripper (30 avril 2006)
La chronique de l'album Ghost days de Syd Matters
La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Syd Matters en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )

En savoir plus :

Le site officiel de Jack the ripper
Le site officiel de Syd Matters

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Syd Matters (14 décembre 2007)


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=