Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aux frontières de l'humain
Musée de l'Homme  (Paris)  Du 13 octobre 2021 au 30 mai 2022

Avec "Aux frontières de l'humain", le Musée de l'Homme présente exposition transdisciplinaire tentaculaire par les thèmes abordés avec une multitude d'objets muséographiques, de dispositifs numériques et d'œuvres d’art contemporain.

Et ce pour constituer, ainsi indiqué par les commissaires, les muséographes Kinga Grege et Judith Naslednikov, une exposition "d’idées" autour du terme polysémique "humain", notion, concept et réalité corporelle en ce début de 21ème siècle.

Avec la collaboration de nombreux commissaires scientifiques, elles l'ont conçue en parties thématiques déclinant l'humain de celui qui se considère comme un animal d'exception à celui qui se rêve immortel, individuellement scénarisées de manière attractive par l'Agence Klapisch Claisse et ponctuées d'oeuvres d'artistes inscrit dans le registre du bio-art,

Aux frontières de l'Humain : Push the Limits... d'une science sans conscience ?

L'exposition est judicieusement introduite par l'oeuvre "Q uadrum" du céramiste contemporain Samuel Yal reprise sur l'affiche qui représente un homme "éclaté" qui ne serait pas qu'un corps organiciste, entité globale physique soumise au déterminisme génétique et biologique, mais un assemblage de différents morceaux soumis à des (re)constructions non seulement intellectuelles mais potentiellement reconstructible.

Une reconstruction rendue possible avec les nouvelles découvertes scientifiques et technologiques dont elle dresse, sans prendre parti, un état des lieux objectif en plusieurs sections thématiques pouvant susciter une réflexion sur les pratiques engagées et les nouvelles disciplines, telle l'éthologie, qui font bouger les lignes et déstabilisent les connaissances et croyances au regard de l'homme dans le monde et la chaîne du vivant.

Et ce dans temps obsédé par la mort nonobstant son déni affiché, où la science et la technique ont remplacé Dieu en proposant plus que la résurrection des morts avec une batterie d'innovations qui repoussent les phénomènes naturels encadrant - et déterminant - l'inéluctable finitude humaine et lui promettant à plus ou moins long terme l'immortalité.

De plus, elles le défient sur le plan démiurgique, jouant les sorciers du "space-age" en détournant les avancées opérées à des fins thérapeutiques pour la création in vitro d'une chimère, avec ses ratés occultés que représente la sculptrice australienne Patricia Piccinini ainsi avec "The Bond", qui ressemblerait à un humain idéal tant pour les "parents", avec à la clé un fabuleux business qui n'a rien de philanthropique tel le bébé à la carte, que pour une société orwellienne à l’eugénisme implicite.

Un homme nouveau pour une nouvelle ère fondée sur la manipulation du vivant, et le prosélytisme du transhumanisme allant jusqu'à l’uploading du cerveau pour l'implanter dans un robot, qui voisine avec le cyborg, un humain truffé de mécanique et d'électronique dont rêvaient tous les auteurs de science-fiction, et "personnage-créature" qui inspire également les artistes telle la plasticienne coréenne Lee Bul.

Egalement les designers notamment pour l'esthétisme des sneakers profilés indispensable élément de la panoplie du morphotype de l'athlète de haut niveau et celui des prothèses de membres.

Et "so what ?". La dernière section, "On va tous y passer", repose sur le paradoxe d'un homme immortel sur une planète vouée à la destruction mais est twistée par un épilogue usant d'un connecteur qui fait florès, le "en même temps", dans un épilogue intitulé "Tout n'est pas perdu..." quelques postures rassérénantes sinon cocasses illustrées par un récit sonore de la journaliste spécialisée dans l’environnement, réalisatrice de documentaires et humoriste Laure Noualhat avec son personnage Bridget Kyoto.

En préambule à la visite, visionner :
un diaporama de l'exposition
les pastilles vidéos de Bridget Kyoto
un extrait vidéo du 4ème Manifeste du Muséum "Face aux limites"

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée de l'Homme

Crédits photos : © JC Domenech/MNHN
avec l'aimable autorisation du Musée de l'Homme


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=