Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'événement
Audrey Diwan  (novembre 2021) 

Réalisé par Audrey Diwan. France. Drame. 1h40 (Sortie 24 novembre 2021). Avec Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet Klein, Luàna Bajrami, Louise Orry-Diquéro, Louise Chevillotte, Pio Marmai, Sandrine Bonnaire et Leonor Oberson.

Lion d'Or à Venise, adoubé par l'auteure, "L'événement" d'Audrey Diwan ne passera pas inaperçu.

Pour son deuxième film, la cinéaste touche-à-tout qui a, entre autre, créé le magazine gratuit "Stylist" et écrit le scénario de "Bac Nord" de Cédric Jimenez, a frappé fort en adaptant à l'écran le livre le plus personnel d'Annie Ernaux.

Ce n'était pas gagné car la romancière pratique l'auto-fiction depuis toujours, et sa littérature est d'abord dans les mots et n'implique pas forcément une représentation par la fiction.

Pendant longtemps, c'est donc le théâtre qui s'est emparé des textes d'Annie Ernaux. Servie par des comédiennes d'exception, elle a toujours été propice à des spectacles denses et émouvants, en général des monologues. On se souvient récemment de Marianne Basler, déchirante dans "L'autre fille".

Il a fallu attendre les années 2020 pour qu'enfin le cinéma se mette au diapason. Avant "L'événement", Danielle Arbid a donné une version cinématographique convaincante d'un autre roman d'Annie Ernaux, "Passion simple" avec Laetitia Dosch.

Si Danielle Arbid a pris des libertés avec le texte d'Annie Ernaux, Audrey Diwan est restée au plus près de "L'événement". Elle suit le personnage d'Anamaria Vartolomei presque jour après jour, alors que grandit en elle un fœtus non désiré.

On est en 1964, Anne est étudiante. Une bonne élève programmée comme l'espère ses professeurs pour devenir enseignante. D'origine modeste, elle vit dans une résidence universitaire et a commis un seul "faux pas" : être amoureuse d'un garçon et tomber enceinte de lui.

Comme ils n'appartiennent pas à la "même classe sociale", pas question de mariage ni d'aide pour résoudre la question. Anne est désormais seule pour décider de son destin : soit devenir fille-mère ou avorter.

Si elle choisit la première solution, fini l'espoir de changer de condition ; si elle choisit la seconde, elle va découvrir la descente en enfer promise aux femmes en ces temps moralistes du gaullisme triomphant tant vanté aujourd'hui...

On pourra peut-être reprocher – ce que ne fait pas Annie Ernaux qui trouve le "film juste" - d'avoir gommé un peu le côté "Bourdieu" du livre. Annie (et pas Anne, prénom bourgeois) explique que ce qui lui arrive est un retour en arrière "social", qu'elle est de nouveau considérée comme une "fille de rien" promise à une condition inférieure.

Audrey Diwan, scénariste du très droitier "Bac Nord" ne pouvait sans doute pas creuser ce sillon. Dans son film, Anamaria Vartolomei (qui n'échappera pas au César) est une Annie Ernaux déterminée, presque féministe dans son volontarisme. C'est d'abord en tant que femme qui se veut libre qu'elle agit. Tant pis pour la dimension sociale et pour le rôle de la mère d'Anne tenue par Sandrine Bonnaire qui est un peu sacrifié...

Ceux qui n'ont pas lu Annie Ernaux ne feront pas ce reproche et verront surtout ce qu'était l'avortement avant sa légalisation. Ils suivront le "chemin de croix" d'une jeune fille qui pouvait y laisser sa peau. Particulièrement glaçante seront les scènes avec Anna Mouglalis, transfigurée en "faiseuse d'anges" comme on disait à lors.

"L'événement" d'Audrey Diwan ne souffre ainsi pas trop de sa dépolitisation et aura la nécessaire vertu de rappeler aux ennemis de la Loi Veil, et de celles qui l'ont améliorée, qu'un retour en arrière n'est décemment pas possible.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 4 décembre 2022 : L'hiver approche
- 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre
- 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent
- 13 novembre 2022 : Fichu Vendredi 13
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=