Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Charles Camoin - Un fauve en liberté
Musée de Montmartre  (Paris)  Du 11 mars au 11 septembre 2022

Le Musée de Montmartre propose régulièrement de sortir des sentiers battus muséaux en présentant des expositions consacrées aux artistes des avant-gardes parisiennes qui ont travaillé à Montmartre comme leurs homologues au nom plus illustre.

Ainsi, après Georges Dorignac en 2019 et Otto Freundlich en 2020, il propose de (re)découvrir l'oeuvre de Charles Camoin (1879-1965) avec la rétrospective "Charles Camoin - Un fauve en liberté" dont le titre reprend le credo du peintre - "En tant que coloriste, j’ai toujours été et suis encore un fauve en liberté" - et synthétise son affiliation au mouvement du Fauvisme.

Optant pour le didactisme, les commissaires Assia Quesnel, historienne de l’art et responsable des archives Camoin, et Saskia Ooms, responsable de la conservatiFon du Musée de Montmartre, ont conçu un déroulé chrono-thématique de son parcours artistique.

Charles Camoin, buissonnier pictural

Au fil de sa déambulation, le visiteur pourra en dégager les lignes-forces tant en ce qui concerne le style de Charles Camoin connu en son temps, présent dans les salons et intégré dans le circuit du marché de l'art, comme sa résidence entre la capitale où il a eu un atelier dans la célèbre Maison de Bel Air de la rue Cortot devenue le Musée de Montmartre, puis rue Lepic et avenue Junot. et la Provence dont il est originaire, ne s'avère pas exclusif.

En effet, il navigue entre impressionnisme, fauvisme par son appartenance à l'informel "groupe Matisse" constitué autour du chef de file Henri Matisse avec notamment Albert Marquet lors de sa formation à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, et expressionnisme avec une forte influence cézanienne, que ses genres picturaux de prédilection.

Ainsi, le goût du portrait et un choix éclectique de modèles, ses intimes ("La mère de l'artiste sur le divan"), de ses proches ("Portrait d'Albert Marquet", "Madame Matisse à la tapisserie"), et d'anonymes de toutes origines sociales ("Femme à la voilette","Jeune marocain", "Jeune créole","Jeune fille endormie").

Ensuite sa pratique du paysage dès son arrivée à Paris avec le paysage urbain ("Le Moulin Rouge aux Fiacres", "Maisons à Montmartre") avec le fil de la Seine et ses ponts ("Le Pont des Arts vu du Pont-Neuf", "La Péniche sur la Seine") et des vues bucoliques ("Le Jardin du Roi aux Tuileries").

Et le paysage méditerranéen ("Deux Pins dans les calanques de Piana, Corse" retenu pour l'affiche, "Ramatuelle à travers les arbres, "La Croisée des chemins à Ramatuelle") avec les scènes maritimes et portuaires "Port de Marseille, tels "Le port de Cassis à la barrière", "Notre-Dame de la Garde et le Vieux port" et

Enfin le tropisme de la figure féminine, de la scène de genre impressionniste avec la femme à la fenêtre avec vue sur la mer ("Lola sur le balcon") au réalisme cru avec le nu dans la pose explicite avec les jambes largement ouvertes ("La Saltimbanque au repos", "Nu à la chemise mauve"), les prostituées qui s'exhibent à la vue des passants ("Marseille, rue Bouterie") et le thème classique de la baigneuse dont "Les Grandes Baigneuses" rarement vu car détenu dans une collection particulière.

A ne pas rater "L’Indochinoise", "Le Moulin-Rouge aux fiacres" et "Autoportrait", trois des toiles faisant partie de "l'affaire des toiles coupées" suite à leur destruction par le peintre en 1914, les oeuvres graphiques réalisées par Charles Camoin mobilisé sur la guerre de 1914-18 et la section aux deux ateliers "régionaux" de Charles Camoin avec une très belle photo en miroir du peintre âgé dans son atelier de Saint-Tropez en 1961 à mettre en résonance avec son autoportrait de jeunesse datant de 1910 en début de monstration.

En préambule à la visite à voir :

un diaporama de l'exposition in situ
en vidéo la présentation de l'exposition "Camoin dans sa lumière" au Musée Granet à Aix-en-Provence en 2016

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée de Montmartre

Crédits photos : © Romain Hérisson / Musée de Montmartre
avec l'aimable autorisation du Musée de Montmartre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=