Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Théâtre des émotions
Musée Marmottan Monet  (Paris)  Du 13 avril au 21 août 2022

Avec l'exposition "Le Théâtre des émotions", le Musée Marmottan Monet présente une exposition ambitieuse sur la traduction picturale de l'émotion.

Et ce, triplement car tant par son contenu, dès lors qu'elle vise l'ensemble des états affectifs, que son ampleur temporelle, du 14ème au 21ème siècle, et, surtout, son double propos muséal.

En effet, l'un s'avère didactique pour retracer l'évolution de leur représentation picturale, l'autre démonstratif, sous l'angle d'une histoire de l'histoire de la psychologie, les commissaires historiens d'art Georges Vigarello et Dominique Lobstein considérant celle-ci comme révélatrice de la constitution évolutive du psychisme occidental.

Ils signalent également dans leur note d'intention la résonance contemporaine de leur projet en un temps où s'accroît l'impact des affects et du ressenti, et à cette fin, ont sélectionné 80 oeuvres pour étayer leur lecture de la représentation de l'émotion qui se déploie en séquences chronologiques scénographiées en couleur distincte par Anne Gratadour.

Une approche panoramique de l'émotion

Cette exposition s'inscrit dans le paradigme classique du rapport des arts et des émotions - avec cependant une certaine confusion sémantique entre émotion, sentiment et passion qui recouvrent des réalités psychiques différentes - qui s'avèrent t prégnantes dans la théorie humaniste de la peinture telle que conçue entre le 16ème siècle et la première moitié du 19ème siècle.

Et la peinture doit émouvoir par la représentation de scènes pathétiques ou celle de personnages en proie à des émotions intenses mais également en sollicitant voire instrumentalisant la participation émotionnelle du regardeur.

Ensuite intervient la prévalence de l'émotion esthétique moderniste qui, pour transcrire ou susciter les émotions, abandonne la figuration au profit de l'abstraction et de nouvelles valeurs plastiques et souvent sous obédience de l'émotion subjective du peintre.

En l'espèce, les commissaires ont circonscrit leur propos à l'art figuratif avec une catégorisation générique de la production de chaque siècle étayée par un choix correlé d'oeuvres.

Le parcours est introduit par la mise en regard de deux toiles qui circonscrivent le périmètre de leur réflexion,"Sainte Madeleine en pleurs" du 16ème siècle et "La Suppliante" de Picasso qui suscite une interrogation liminaire quant la différence d'émotion et de psychisme entre ces deux oeuvres : une réalité ou simplement d'une différence stylistique de sa représentation celle-ci appelant également une réflexion autour des notions de réalité/représentation/fiction.

Le parcours se développe de la symbolisation de l'émotion au Moyen-Age et à la Renaissance à sa codification au 18ème siècle et de son dévoilement au siècle suivant à son détournement de manière néanmoins frontale avec l'art post-war ("Monument" Christian Boltanski - "Grande tête" Alfredo Giacometti - "Nous ne sommes pas les derniers" Zoran Music).

Et il s'opère en privilégiant l'émotion de l'homme-peintre face à un événement tragique mais également pour provoquer celle du regardeur qui coexiste avec celle qui la traduirait de manière implicite tels Alexej van Jawlensky ("Tête de femme") et Hans Richter ("Portrait visionnaire").

Une approche très différente de celle compassionnelle du début du 20ème siècle avec celle des veuves affligées de la Première guerre mondiale ( "La Pensée aux absents" de André Devambez).

Voilà de quoi exercer la sagacité du visiteur face à des toiles qui représentent une grande palette d'émotions de surcroît émanant de différentes sources dont l'émotion réelle du modèle personne physique, ainsi, pour la section dédiée au Moyen-Age et à la Renaissance, le portrait de commande, illustré par les portraits de famille de Bartolomaüs Bruyn l'aîné qui empruntent aux codes du portrait dit officiel.

Dans cette salle en ligne de fuite, les scènes de genre avec des personnages populaires expressifs ("L’Entremetteuse" Angelo Caroselli - "Rixe de musiciens" Atelier Georges de La Tour) et des portraits à la discrète et lisse émotion ("Marie-Madeleine repentante" Johannes Moreelse - "La Joconde" Ecole italienne - "Allégorie de la vanitas et de la pénitence" Guido Cagnacci).

Parfois il s'agit de la représentation d'un état davantage que d'une émotion avec le thème de la folie mettant en parallèle celle imaginée d'une héroïne de la littérature ("La Folie de la fiancée de Lammermoor" d'Emile Signol) ou celle d'un personnage théâtral simulée par une tragédienne ("Rachel dans Lady Macbeth" de Charles Louis Müller) et celle considérée comme réaliste ("Faim, folie et crime" d'Antoine Joseph Wiertz).

Le réalisme qui vire au naturalisme avec des modèles populaires dépeints sans aménité ("Les Incompris" André-Victor Devambez - "Le Cri" d'Auguste Rodin - "La Morphinomane" Emilie Charmy).

Avec le mouvement romantique, la représentation de l'émotion navigue entre la mièvrerie et l'exaltation ("Jeune fille pleurant sa colombe morte" Jeanne-Elisabeth Chaudet - "L'Enfant à la colombe" Jean-Baptiste Greuze - "Une jeune femme s’étant avancée dans la campagne se trouve surprise par l’orage" Chevalier Féréol de Bonnemaison -"La Folie de la fiancée de Lammermoor" Emile Signol).

La monstration est émaillée de chefs d'oeuvre dont, et entre autres, "La Lettre de Wagram" de Claude-Marie Dubufe retenue pour l'affiche et "Le Verrou" de présenté avec "La Balançoire" aux côtés de la "Tête de caractère : le bâilleur" de Franz Xaver Messerschmidt dont le traitement caricatural annonce les petits maîtres du portrait dit de caractère.

Ainsi avec Joseph Ducreux puis Louis-Léopold Boilly avec ses "Trente-cinq têtes d’expression" auquel le Musée Cognacq-Jay consacre une exposition monographique concomitante ("Boilly - Chroniques parisiennes")

Et bien d'autres séquences rythment cette passionnante exposition

 

En préambule à la visite: un aperçu vidéo de l'expositionEn savoir plus :

Le site officiel du Musée Marmottan Monet

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du Musée Marmottan Monet


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 4 décembre 2022 : L'hiver approche
- 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre
- 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent
- 13 novembre 2022 : Fichu Vendredi 13
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=