Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce León Ferrari - L'aimable cruauté
Musée national d’art moderne Centre Pompidou  (Paris)  Du 20 avril au 29 août 2022

Organisée en collaboration avec le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid, le Van Abbemuseum à Eindhoven, et la Fundación Augusto y León Ferrari Arte y Acervo à Buenos Aires, le Musée national d’art moderne Centre Pompidou présente la première exposition institutionnelle en France consacrée à l'artiste plasticien argentin León Ferrari (1920-2013)

Conçue et réalisée par le musée de Madrid, où elle a été inaugurée, et la famille Ferrari à l'occasion du centième anniversaore de la naissance de l'artiste, elle s'intitule "L'aimable cruauté", traduction de la "bondadosa crueldad" en référence à la critique de ce dernier quant à l'art qui embellit et banalise la violence.

Récompensée pour son ensemble en 2007 par un Lion d'or à la 52ème Biennale d'Art Contemporain de Venise, l'oeuvre de León Ferrari s'avère protéiforme dans une dualité ainsi qualifiée : "J’ai fait et je continue de faire deux types d’œuvres : l’une sans intention éthique, abstraite, l’autre où j’utilise l’esthétique pour mettre en question l’éthique de la culture occidentale".

Ce que l'exposition parisienne placée en France sous le commissariat de Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur à la bibliothèque Kandinsky, présente en trois sections génériques qui se déploient dans un seul espace muséal ouvert qui permet une déambulation fluide entre trois sections génériques.

L'aimable cruauté - Memento Mori 

Ainsi "La Civilisation occidentale et chrétienne", "Architectures de la folie" et "Confusions tangibles" rendent compte de ses tropismes et de ses différentes pratiques esthétiques depuis ses premières sculptures en céramique des années 50 ("Mujer Preoccupada") et puis en fil de fer de la décennie suivante ("Hombre", "Opus 113").

La monstration, articulée autour du champigon atomique "Red Mushroom" est visuellement introduite par l'oeuvre la plus emblématique et notoire de León Ferrari, "La Civilizacion Occidental y Cristiana" qui n'est pas sans évoquer le texte de Friedrich Nietzsche"Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué !".

Elle appartient à un corpus d'oeuvres qui inscrit l'artiste comme un des représentants majeurs du conceptualisme latino-américain prônant l'indissociabilité de l'art et de l'action politique en opérant sous le tropisme de la stigmatisation et de la dénonciation de la barbarie du monde libéral occidental telle qu'elle se matérialise par le colonialisme, la dictature et la guerre.

Ainsi dénonce-t-il notamment la dictature chilienne, au cours laquelle son fils a fait partie des "disparus", avec la compilation de coupures de presse "Nosotroms no sabiemos" et les collages de la série "Nunca mas" croisant les toiles de la peinture de dévotion avec les documents photo-journalistique.

Il stigmatise également de manière virulente le rôle de l'Eglise comme soutien souvent actif du pouvoir et de manière récurrente les préceptes chrétien, dont ceux du bien et du mal et du juste châtiment, qu'il soit rendue par le système judiciaire ou lors du jugement dernier, par une relecture iconoclaste de la Bible avec les collages de la série "Relecturas de la Biblia" ainsi que dans des installations telle "La Justicia" avec une poule encagée déféquant sur les plateaux d'une balance.

Le second type d'oeuvres ressort au conceptuel expérimental visant la valeur du signe, par une recherche graphique sur la calligraphie et la visualité du langage dès les années 1960 avec les "Cuadros escritos" proches du lettrisme ainsi que les "Eliografias" qui, avec les figures du labyrinthe et de la spirale,dénonce l’absurdité de la société contemporaine.

A ne pas rater la sculpture suspendue "Huesos" inspirée de la vanité et à voir en préambule à la visite :
le documentaire "Civilización" de Rubén Guzmán (en espagnol)
la présentation en vidéo de l'exposition "La bondadosa crueldad León Ferrari, 100 años" à Madrid
les oeuvres de l'artiste sur le site de la Fondation Leon Ferrari

 
En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du Musée national d’art moderne Centre Pompidou


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 4 décembre 2022 : L'hiver approche

Dernier mois de l'année, en attendant les coupures électriques, cultivons nous, il nous reste au moins cela, et puis cela donne des idées de cadeaux. La dernière Mare de l'année sera le 9 décembre mais le 23 nous serons là pour faire un petit bilan de l'année. En attendant, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Kaleidoscope" de Alba Obert
"La distance" de Coriolan
"On shoulders we stand" de David Linx, Matteo Pastorino, Guillaume de Chassy
"X" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
"Hysteria" de Indigo Sparke
"Rêve bohémien" de Jérémy Dutheil & Solal Poux Quartet
"Blood harmony" de Larkin Poe
"Pour Clarisse" est la 10eme émission à écouter de la saison 4 de Listen In Bed
"Même si" de Olivier Triboulois
"Pourquoi" de Philip Catherine, Paulo Morello et Sven Faller
et toujours :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce sans acteur(s) au Monfort Théâtre
"Carnet de la dernière pluie" au Théâtre du Rond-Point
"Toute l'Histoire de la peinture moderne en moins de deux heures" au Théâtre Le 13ème Art
"Farf is a..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Gretel, Hansen et les autres" au Théâtre de la Colline
"Peer Gynt" au Lavoir Moderne Parisien
"Les 7 nuits d'une reine" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Exil intérieur" au Théâtre de la Reine Blanche
"3clowns" au Théâtre Trévise
"Je ne suis pas de moi" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Il n'y a pas d'Ajar" au Théâtre du Rond-Point
"Les Soeurs Papilles" au théâtre Le Lucernaire
"Je ne cours pas je vole" au Théatre du Rond-Point
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Sur les routes de Samarcande - Merveilles de soie et d'or" à l'Institut du Monde Arabe"
"Arts et Préhistoire" au Musée de l'Homme
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Kanun, la loi du sang" de Jérémy Guez
en streaming gratuit :
"L'été où mon père disparut" de Hans Petter Moland
"Crooked Lines" de Rita Nunes
"Ema" de Pablo Larraín
"Hyperland" de Mario Sixtus
et le cinéma de Wim Wenders en 5 films

Lecture avec :

"Faites un voeu" de Jakula Alikavazovic
"Je bande donc je suis" de Sainte Paluche
"Patricia Mazuy, l'échappée sauvage" de Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
"Sans un bruit" de Paul Cleave
et toujours :
"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 4 décembre 2022 : L'hiver approche
- 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre
- 20 novembre 2022 : La coupe n'est plus dans le vent
- 13 novembre 2022 : Fichu Vendredi 13
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=