Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hideo Kojima, aux frontières du jeu
Erwan Desbois  (Editions Playlist Society)  septembre 2022

C’est la rentrée aussi du côté des éditions Playlist Society qui ont la bonne idée de nous proposer un essai consacré à l’un des maîtres du jeu vidéo, un certain Hideo Kojima, connu du monde entier pour la plupart de ses jeux vidéo.

Au début de l’année 2020, la COVID 19 contraint une grande partie des pays du monde à instaurer un confinement de leurs populations. En quelques jours, un nouveau monde a imposé ses règles de vie avec d’un côté des gens cloisonnés chez eux, ayant comme seul lien extérieur internet et de l’autre des livreurs qui arpentent les rues pour assurer l’approvisionnement en produits essentiels.

Le réel rattrapait soudain la fiction d’un jeu vidéo sorti quelques semaines avant, un certain Death Stranding, véritable chef-d’œuvre d’Hideo Kojima dans lequel Sam Porter incarne un livreur équipé d’une tenue particulière qui sillonne une version post-apocalyptique des USA où les survivants vivent dans des bunkers connectés.

Une fois encore, Hideo Kojima anticipait l’avenir, chose qu’il avait déjà fait avec Metal Gear Solid 2 qui présageait les manipulations devenues depuis très courantes sur internet.

Hideo Kojima est un génie du jeu vidéo, peu de personnes peuvent le contester. Il était donc nécessaire de nous proposer un essai sur cette personne, ce qu’a fait Erwan Desbois avec talent. Il nous montre que Hideo Kojima est une figure majeure du jeu vidéo depuis maintenant quarante ans puisqu’il a, dès sa première création (Metal Gear) initié un genre entier, le jeu d’infiltration, qu’il va ensuite réinventer sans cesse dans les épisodes suivants.

On y découvre un réalisateur avec des œuvres alimentées par sa culture filmique et littéraire. Ces œuvres ébranlent le joueur, le poussent à s’investir émotionnellement et mentalement. L’ouvrage nous permet de plonger dans un univers adulte et complexe, aux procédés à la fois spectaculaires et expérimentaux, qui questionnent notre place face au jeu et notre positionnement social, tout en brisant les barrières entre mondes réels et virtuels, cinéma et jeux vidéo, rire et tragédie.

Construit autour de quatre parties, sur les premières expériences de Kojima, sur la saga Metal Gear, sur la place des films dans l’œuvre de Kojima et enfin sur P.T (jeu vidéo annulé et Death Stranding), l’ouvrage nous permet d’apprendre de nombreuses choses sur Kojima.

Kojima est hanté par la menace nucléaire, il est obsédé par la mort et cela se ressent dans ses jeux. On apprend aussi pourquoi Kojima se lance dans "les jeux de non combat" privilégiant l’infiltration pour des raisons techniques alors qu’au départ, cette idée était fortement contestée.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire les pages consacrées à Snatcher et Policenauts, deux jeux de Kojima que je ne connaissais pas. Ils sont essentiels pour voir l’importance du cinéma dans la réalisation de ces jeux.

La partie sur la saga Metal Gear Solid est passionnante, me renvoyant à ma jeunesse quand je jouais sur Playstation 1 et 2. Je me suis même surpris à me commander Metal Gear Solid V : The Phantom Pain après avoir lu l’ouvrage, avec le jeu Ground Zeroes inclus.

L’aventure P.T, si on peut parler d’aventure pour cette bande d’annonce d’un jeu jouable reste une aventure en soi, influencé par le cinéma de Lynch et marqué par l’éviction de Kojima de Konami qui entraînera son annulation. Radié par Konami, l’ouvrage nous montre comment Kojima renaît en indépendant pour produire un triple AAA en étant affranchi de tout intermédiaire. On voit les liens existants entre Death Stranding et des titres comme Metal Gear ou même P.T. Le regard porté sur ce Death Stranding que je n’ai toujours pas fini s’éclaire à la lecture du jeu, me donnant envie de me replonger dedans rapidement. C’est un signe pour moi que l’essai d’Erwan Desbois est totalement réussi, à la hauteur de l’artiste qu’il nous raconte.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Erwan Desbois


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2023-01-29 :
Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #50 (édition 2023) - Off - Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug
A prendre ou à laisser - Lionel Shriver
Les derniers jours de Staline - Joshua Rubenstein
Les heures abolies - Lou Darsan
Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #50 (édition 2023) - Exposition Julie Doucet - Julie Doucet, toujours de grande classe

• Edition du 2023-01-22 :
Demokratia : Une histoire de la démocratie - Paul Cartledge
Le Roitelet - Jean-François Beauchemin
Roca Pelada - Eduardo Fernando Varela
Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #50 (édition 2023) - Martin Panchaud - Tom Gauld - Sole Otero - Sophie Guerrive - Aniss El Hamouri - Alison Bechdel - Catherine Meurisse - Riad Sattouf - Julie Doucet - Philippe Druillet
La dernière ville sur terre - Thomas Mullen
 

• Archives :
Nein, Nein, Nein ! - Jerry Stahl
Partout les autres - David Thomas
Petites dents, grands crocs - Emilie Guillaumin
Matrix - Lauren Groff
Une saison pour les ombres - R.J.Ellory
Les Sources - Marie-Hélène Lafon
Abondance - Jakob Guanzon
L'Amérique du Nord - Jean-Michel Sallmann
Shigahime - Satô Hirohisa
La vie invisible d'Addie Larue - V.E. Schwab
L'Alchimiste de Sant Vicens - Hélène Legrais
Je bande donc je suis - Sainte Paluche
Patricia Mazuy, l'échappée sauvage - Gabriela Trujillo, Séverine Rocaboy & Quentin Mével
Sans un bruit - Paul Cleave
Faites un voeu - Jakuta Alikavazovic
L'armée française - Deux siècles d'engagement - Jean Lopez
Black bird - James Keene & Hillel Levin
L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir - Shane Jones
Le livre noir de Vladimir Poutine - Galia Ackerman et Stéphane Courtois
Russie : Révolution et guerre civile (1917-1921) - Antony Beevor
Espions en révolution - Joel Richard Paul
La guerre du désert - Benoît Rondeau
Hitler et Churchill - Andrew Roberts
Images de France - Léonard Dauphant
Le noir et le brun - Jean-Christophe Buisson
Ce qui nous arrive - Collectif Inculte
Débrouille-toi avec ton violeur - Infernus Iohannes
Nocturne pour le commissaire Ricciardi - Maurizio De Giovanni
Hiver 1812, Retraite de Russie - Michel Bernard
Celui que tu aimes dans les ténèbres - Skottie Young & Jorge Corona
- les derniers articles (14)
- les derniers expos (32)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (31)
- les derniers livres (2549)
- les derniers spectacles (1)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=