Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La promesse Brel
Théâtre de la Tour Eiffel  (Paris)  septembre2022

Spectacle musical conçu et interprété par Arnaud Askoy accompagné par les musiciens Roland Romanelli et Jean-Philippe Audin (en alternance Sébastien Debard et Florence Hennequin) dans une mise en scène de Pierre-Nicolas Cléré.

Plus de quarante ans après sa mort, plus de cinquante ans après qu'il a cessé de chanter en public, Jacques Brel continue de fasciner ceux qui écoutent ses disques. Grâce aux images d'archive, on peut le voir chanter quelques-unes de ses chansons les plus mythiques dans des récitals.

Dans son costume cravate, ruisselant de sueur, laissant échapper force postillons de sa mâchoire aux dents mal rangées, il interprète avec passion des chansons composées comme des tableaux flamands.

Impossible donc, pensait-on, qu'on puisse ressusciter ce Grand de la chanson française, en essayant de l'imiter physiquement et techniquement. Et pourtant, c'est ce qu'accomplit chaque fois qu'il monte sur scène Arnaud Askoy.

Sur le papier, les arguments de ceux qui trouvent sans intérêt l'exercice de faire revivre un chanteur mort, voire malsain, peuvent convaincre. Mais, dès qu'apparaît Arnaud, bien qu'on soit prévenu qu'il a une vraie ressemblance avec Jacques, sans qu'on puisse honnêtement parler de "sosie", les doutes tombent.

Astucieusement, le chanteur de 2022 commence son tour de chant par une chanson du dernier album de Brel, "Les Marquises". Une chanson que le chanteur belge n'a jamais interprété sur scène. Arnaud Askoy récidivera plus loin avec un très émouvante version de "Jojo".

Dès lors, si la voix ressemble fortement à celle de Brel, les mimiques et la gestuelle sont originales. On n'est pas gêné par l'effet produit et quand, pour les autres chansons, il revient aux gestes originaux, on n'a pas l'impression qu'il est dans la copie.

A vrai dire, on se met surtout à écouter les chansons, à les réécouter attentivement. Elles dégagent toujours une grande puissance et Arnaud Askoy sait articuler tout en cherchant à retrouver le phrasé de l'auteur de "Madeleine" ou des "Bourgeois".

Jamais il ne se traîne à la recherche de la vitesse originelle. Techniquement, il est convaincant dans les plus rapides, comme "Vesoul" ou "Amsterdam". Et surtout, il produit de l'émotion, garde pendant tout le spectacle la même intensité. Il faut ajouter qu'il profite aussi des arrangements de Roland Romanelli, qui l'accompagne aussi régulièrement sur scène au piano et à l'accordéon.

Quand, à la fin de son tour de chant, bien composé et rassemblant la quintessence du répertoire de Jacques Brel, il se met enfin à parler au public, Askoy fait preuve d'une grande modestie et avoue qu'il y a quelque chose de "mystérieux" dans ce qu'il fait, lui qui avoue avoir été quinze ans inspecteur de police !

On se doute qu'être dans la peau d'une personnalité aussi forte, une personnalité qui suscite encore autant d'admiration, n'est pas chose commune. Qu'il ne soit pas du sérail, ait assimilé en quelques années ce que Brel a mis plus longtemps à affiner, laisse à penser qu'il est doué et qu'il peut, à long terme, y avoir un conflit entre l'interprète serviteur d'un maître et le chanteur qui pourrait aussi avoir envie d'un répertoire à lui, d'autant plus qu'il a publié quelques recueils de poésie.

Pour l'heure, chaque spectacle ne peut qu'améliorer sa prestation déjà très convaincante. Il fera fortement plaisir à ceux qui rêvaient d'entendre de nouveau du Brel sur scène, et même ceux qui n'adhéraient pas au principe reconnaîtront que "La Promesse Brel" est un spectacle de qualité où souffle souvent l'esprit du Grand Jacques.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaxs Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Théâtre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=