Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un mois à la campagne
Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  janvier 2023

Comédie dramatique d'Ivan Tourgueniev, mise en scène de Clément Hervieu-Léger, avec Louis Berthélémy, Clémence Boué, Jean-Noël Brouté, Stéphane Facco, Isabelle Gardien, Juliette Léger, Guillaume Ravoire, Mireille Roussel, Daniel San Pedro et Lucas Ponton (ou Martin Verhoeven).

Ecrit en 1855, pétillant d'humour tel qu'il résulte de la traduction de Michel Vinaver, l'opus "Un mois à la campagne" de l'écrivain et dramaturge russe Ivan Tourgueniev, s'il comporte une satire implicite de la société russe de son temps, se présente essentiellement comme une comédie de moeurs.

Celle qui résulte, comme indiqué dans le texte, d'un "coup de tonnerre dans un ciel sans nuages", et précisément pour rester dans la métaphore climatologique, un coup de foudre qui s'est abattu sur une maisonnée bourgeoise en la personne d'un bel étudiant engagé comme précepteur dont la présence évoquera au cinéphile le visiteur du film "Théorème" de Pier Paolo Pasolini.

La partition se décline en une suite de scènes, souvent de confrontation duelle, conçues comme autant de variations théâtrales - comique moliéresque, tragi-comédie, drame bourgeois, théâtre des sentiments et comédie marivaudienne - ordonnée ou gravitant autour d'un argument du drame romantique.

Celui de l'amour en plusieurs déclinaisons d'amour transi, déçu ou impossible, mais dépourvu de son dénouement tragique compte tenu de la personnalité prosaïque de personnages préférant la résignation et le renoncement à une mort héroïque.

Pour sa mise en scène avec, soulignée par les élégants costumes de Caroline de Vivaise, une recontextualisation dans le milieu du 20ème siècle, Clément Hervieu-Léger opte pour le genre du vaudeville avec son trio emblématique, en l'espèce, le mari bonhomme, l'ami amoureux potentiel dindon de la farce et l'épouse coquette qui orchestre son petit théâtre personnel.

Cette approche est soutenue par la scénographie d'Aurélie Maestre, consistant uniquement en une estrade en planche de bois, en l'espèce faisant office de terrasse en callebotis d'une villégiature estivale, qui rappelle judicieusement tant celle du théâtre de tréteaux que du petit théâtre de la principale protagoniste en perpétuelle représentation devant son public dédié en déambulant au pas nonchalant du mannequin sur le catwalk.

Clément Hervieu-Léger assure tant une dynamique et cinétique synergie à cette ronde virevoltante qui illustre l'inévitable soubresaut émotionnel marquant le début d'un nouveau chapitre de vie pour chacun des personnages ainsi qu'une efficiente direction d'acteur avec des comédiens judicieusement distribués.

Ainsi Guillaume Ravoire en époux débonnaire absorbé par l'exploitation de ses terres et de ses "âmes", Isabelle Gardien en belle-mère circonspecte, Mireille Roussel en discrète gouvernante qui saura saisir sa chance de quitter la fonction ancillaire, Daniel San Pedro en matois médecin de famille à l'occasion marieur intéressé dans une mémorable scène de négociation avec le vieux célibataire campé par Jean-Noël Brouté.

Et pour le quatuor au coeur de la toumente, Stéphane Facco s'avère parfait en dandy classieux en charge du divertissement de la maîtresse de maison par la voie d'un badinage demeurant à jamais platonique.

Louis Berthélémy assure l'ambiguïté de l'étudiant de modeste extraction candide semeur de trouble(s) laissant entrevoir un potentiel de séducteur et possible futur Rastignac. qui éveille la libido chez la jeune fille, à laquelle Juliette Léger apporte la délicatesse de l'inexpérience juvénile.

Et surtout suscite le désir amoureux à la femme narcissique à la posture de drama-queen rôle dans lequel excelle Clémence Boué.

Un spectacle abouti et convaincant.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours
- 30 juin 2024 : En route pour Avignon
- 23 juin 2024 : Garder le cap !
- 16 juin 2024 : Culture en danger ?
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=