Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je pars sans moi
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2023

Spectacle écrit et interprété par Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon dans une mise en scène d'Isabelle Lafon.

"Je pars sans moi, tu n'as qu'à m'attendre là-bas", c'est une phrase extraite du "livre de Yanis" de Yanis Benhissen.

Il a huit ans et c'est Patrick Laupin qui a collecté ses mots, qui vont servir à Isabelle Lafon et Johanna Korthals Altes pour aller explorer les confins de la folie, du "désarroi mental" si l'on veut se débarrasser d'un terme qui fait peur, qui est aussi péjoratif que peu performant pour justement s'aventurer hors du pays où l'on se croit normal.

Quand la lumière s'efface dans la salle, une petite lueur reste allumée, là où les deux aventurières sont blotties. Elles ne vont monter sur scène qu'après s'y être encouragées. La scène est quasi vide. Sauf côté cour, où il y a une porte. Une porte blanche évidente dans sa solitude. Mais son heure n'est pas encore arrivée. Pas question, pour ce début qu'on révèle son secret. Le secret qu'il y a forcément derrière une porte.


C'est encore trop tôt, donc. Les deux femmes préfèrent parler. Elles vont parler, se parler, porter des paroles, la leur et celles des malades, des soignants, des psychiatres et des philosophes. Une exposera plutôt des mots du 19ème siècle, des mots qui se réfèrent au grand moment de la parole asilaire, compilée par Gaëtan de Clérambault auprès des hystériques de Saint Anne. L'autre empruntera les voix du 20ème siècle. Celle de Fernand Deligny, éducateur en lieux ouverts d'enfants et d'hommes fermés sur eux-mêmes, autistes ou murés dans leur silence.

Comme toujours chez Isabelle Lafon, il y a la passion de comprendre les textes, d'en dissoudre l'obscurité et de les mettre en lumière. C'est pour cela qu'il faut parler, se parler. Se référer à ceux qui ont inventé la psychiatrie institutionnelle, comme Francesc Tosquelles à Saint Alban, comme Louis Oury à La Borde.

Toujours d'un peu de lumière, jaillira l'éclair qui lui redonnera tout son éclat. Isabelle Lafon égrène toutes ses bonnes personnes, exilés des institutions traditionnelles à cause de leur gentillesse, de leur bonté, de leur envie de vivre avec ceux qu'on ne pourra jamais tout à fait comprendre.

Même si elle ne le cite pas, on pense au film lumineux de Martine Deyres, "Les Heures heureuses", consacré à Saint Alban pendant la guerre. Ce contre-exemple où les malades, les infirmiers et les gens du village ont mangé à leur faim pendant que plus de 40 000 internés mouraient affamés dans les autres institutions françaises.

Il ne s'agit pas de réenchanter la folie, de la définir littérairement avec des phrases astucieuses et l'enrober de poésie. Les deux femmes savent qu'il y a peut-être de la beauté dans tout ça mais il y a surtout de la souffrance à formuler, à verbaliser. On ne peut que voyager en bonne compagnie minoritaire, à petits pas, discrètement.

Isabelle Lafon, et Johanna Korthal Altes son alter ego, avancent d'abord avec le public. Il s'agit d'être clair, de ne pas se nourrir de belles paroles, mais de vraies paroles. Il faut saisir du concret, pas de l'esbroufe. En une heure et quelques minutes, elles se projettent dans un ailleurs dont l'issue est une porte blanche.

Ceci est-ce vraiment une porte ? Ou ne serait-ce qu'un leurre de plus ? On ne va pas tarder à le savoir. Mais est-ce si important que ça ? On n'aura de toute manière pas perdu son temps si tant est que le perdre ou le gagner fait sens... ou pas.

Un spectacle dans la lignée généreuse des précédents d'Isabelle Lafon. Jamais inutiles toujours riches en expérience et en questionnement, sensibles et limpides Du beau théâtre en chantier qui poursuit envers et contre tout sa route en toute liberté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 14 juillet 2024 : La grande parade
- 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours
- 30 juin 2024 : En route pour Avignon
- 23 juin 2024 : Garder le cap !
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=