Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ceausescu
Traian Sandu  (Editions Perrin)  septembre 2023

Un ouvrage écrit par un spécialiste de la Roumanie portant sur Ceausescu ne peut être qu’une mine d’informations sur un chef d’Etat tristement célèbre ayant pris le pouvoir en 1965 pour s’écrouler brutalement au cœur de l’hiver 1989.

Né en janvier 1918, Nicolae Ceausescu entre en apprentissage à Bucarest et découvre la lutte sociale et sa répression dès l’âge de quinze ans au sein du Parti communiste roumain. En 1948, le stalinien Gheorghiu-Dej, son mentor, ayant pris le pouvoir, il en profite pour gravir rapidement les échelons du parti et de l’État. Installé au pouvoir en mars 1965, Ceausescu hérite de la politique de son prédécesseur : éviter la déstalinisation en jouant la carte nationaliste. Ses débuts sont populaires grâce à une certaine libéralisation culturelle, à un début de société de consommation et à une ouverture vers l’Ouest.

Toutefois, les chocs pétroliers et la détente entre les États-Unis et l’Union soviétique au milieu des années 1970 le privent des ressorts de sa politique. Son rôle de pont entre Est et Ouest, sa politique d’industrialisation appuyée sur les capitaux et les technologies occidentales et sa popularité au sein de la société roumaine s’effondrent au tournant des années 1980. Un début d’opposition sociale et politique (grèves et dissidences), la décision de rembourser la dette aux institutions occidentales (FMI et Banque mondiale) qui entraîne de cruelles pénuries et la fin de la guerre froide avec l’arrivée de Gorbatchev sonnent le glas de son régime qui s’effondre en trois jours de décembre 1989.

Celui qui se faisait appeler le "génie des Carpates", ou bien le "Danube de la pensée", est exécuté avec son épouse, la redoutée Elena, au terme d’un procès particulièrement expéditif, soldant une étrange révolution dans laquelle beaucoup ont vu la main du "grand frère" soviétique, lui-même à l’agonie. Entre dérive autocratique et velléités réformatrices, nationalisme et soumission à l’URSS, paranoïa grandissante et mégalomanie dévorante, l’homme demeurait un mystère. Le voici levé par cette biographie exemplaire.

Une biographie exemplaire qui n’est pas sans me rappeler un excellent film sorti en 2010, d’Andrei Ujica s’appelant une autobiographie de Ceausescu qui retraçait de façon passionnante la vie du dictateur roumain, en s’appuyant sur des archives inédites.

Une biographie que j’ai pris grand plaisir à ire, concernant un pays que je connais bien, y étant allé plusieurs fois, ayant visité notamment ce mastodonte de palais présidentiel situé à Bucarest qui est à l’image de ce que fut le dictateur roumain.

Une biographie conséquente, plus de 450 pages, construite autour de 4 parties chronologiques : sa jeunesse d’apparatchik et sa progression au sein du Parti communiste roumain dans un premier temps, sa prise de pouvoir et l’installation de son pouvoir marqué par une certaine libéralisation du régime en trompe-l’œil, les effets de la crise dans les années 70 qui déstabilisent son régime, puis sa chute dans un dernier temps.

Alors voilà, cette biographie est au final parfaite pour mieux connaître ce dictateur ambigu, encore regretté par une partie de la population roumaine, nostalgique de la période où il dirigea la Roumanie. Tout en nuance, l’auteur nous propose un épilogue parfaitement réussi nous expliquant bien pourquoi et comment il a retrouvé une excellente image auprès des Roumains.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 01 avril 2024 : Mieux vaut en rire !

Edition du 1er avril, certes, mais cette édition est garantie sans blague idiote et/ou de mauvais goût. Voici donc le programme de notre sélection culturelle de la semaine. Ajoutons à cela nos chaines Youtube et Twitch et la semaine sera bien remplie.

Du côté de la musique :

"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
"Dans ta direction" de Camille Benatre
"Elevator angels" de CocoRosie
"Belluaires" de Ecr.Linf
"Queenside Castle" de Iamverydumb
"Five to the floor" de Jean Marc Millière / Sonic Winter
"Invincible shield" de Judas Priest
"All is dust" de Karkara
"Jeu" de Louise Jallu
"Berg, Brahms, Schumann, Poulenc" de Michel Portal & Michel Dalberto
quelques clips avec Bad Juice, Watertank, Intrusive Thoughts, The Darts, Mélys

Au théâtre

les nouveautés :

"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala

et toujours :
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=