Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Après la répétition/Persona
Théâtre de la Ville  (Paris)  novembre 2023

Diptyque des deux opus éponymes d'Ingmar Bergman, conception et mise en scène d'Ivo von Hove, avec Emmanuelle Bercot, Charles Berling, Justine Bachelet et Elizabeth Mazev.

Quelque chose gêne d'emblée dans ce travail d'accaparement d'un cinéaste par un homme de théâtre : quel est le titre de que l'on va voir ?

Comme il est écrit qu'il s'agit de l'adaptation de deux œuvres majeures du cinéaste suédois, on a tendance à logiquement écrire "Après la répétition/Persona". Mais si l'on regarde la présentation, en gros caractères apparait d'abord, écrit "BERGMAN" suivi sur la ligne d'après, en même gros caractères "IVO VON HOVE".

Et ce que l'on craignait a lieu : après Visconti et ses "Damnés", c'est au tour de Bergman et de deux de ses films d'être non pas adaptés par un homme de théâtre, ni réinterprétés, mais transfigurés.

Si l'on vient voir le "Bergman" d'Ivo von Hove, et que l'on connait bien le cinéaste et ses films, on ne pourra qu'être déçu, voire plus, en ne retrouvant pas du tout le propos, pourtant limpide dans "Après la répétition", pourtant mystérieux et touché par la grâce dans "Persona".

On comprend que le metteur en scène néerlandais, qui avait déjà proposé au public de son pays ce spectacle il y a dix ans, soit concerné particulièrement par un film où l'on suit pas à pas un metteur en scène au travail avec ses actrices, et un autre où l'une d'entre elles s'enferme dans un silence absolu.

Mais il semble assez étonnant qu'un homme aussi connaisseur du cinéaste suédois qu'Ivo Von Hove fasse d' "Après la répétition" une espèce de leçon théorique sur les rapports comédiens/metteur en scène, en oubliant que dans "après la répétition", il y a "après" et qu'il s'agit d'autre chose que d'une "répétition" en heures supplémentaires, dans laquelle Charles Berling est confronté à Justine Bachelet et Emmanuelle Bercot.

Sans doute, aujourd'hui, après "Me Too", il est difficile de rouvrir le chapitre "Bergman et les femmes". Si l'on s'appuie sur le texte, c'est la jeune actrice qui sollicite le metteur en scène, tente de le séduire.Bref, on se dit qu'Ivo von Hove a voulu déminé un texte trop clair et trop masculiniste, datant de 1984. On aura donc perdu Bergman en route et, dans un décor assez banal, on écoutera avec neutralité ce qu'être comédien et/ou acteur veut dire pour l'auteur néerlandais.

Pour "Persona", il vaudra encore mieux n'avoir jamais vu l'incomparable photo de Sven Nykvist ni l'intense beauté de Bibi Andersson et de Liv Ulmann pour apprécier ce qu'en a fait Ivo Von Hove. On ne peut pas dire que le duel, cette fois-ci, entre Emmanuelle Bercot et Justine Bachelet soit laid ni sans inspiration, mais la théâtralité empêche les gros plans du cinéma.

Pouvait-on adapter "Persona" sans être contraint de prendre au pied de la lettre l'histoire de la comédienne aphasique ? Les deux femmes ici sont en train de rejouer plutôt "Miracle en Alabama" que "Persona", avec en guest star Charles Berling et Elisabeth Mazev ou Mama Prassinos, dans le rôle de la psy.

Si l'on fait fi du film, on retrouvera les qualités d'Ivo Von Hove pour faire vivre cet affrontement féminin autour d'un bassin d'eau et l'on aurait largement préféré une soirée Bergman centrée uniquement sur un "Persona" peut-être un peu plus étoffé quitte à ne plus être du tout sur la même longueur d'ondes qu'un film classé parmi les dix meilleurs jamais tournés.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=