Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un sentiment de vie
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  janvier 2024

Monologue dramatique écrit par Claudine Galéa et interprété par Valérie Dréville dans une mise en scène d'Emilie Charriot.

Elle s'approche. Sans qu'on la voit venir du lointain des coulisses. Sans que la lumière d'Edouard Hugli ne réagisse à cette venue. La scène des Bouffes du Nord est vide sans même une chaise ou un pupitre. On aimerait dire dans son jus, mais, depuis le départ de Peter Brook, on a refait le sol, couleur noir macadam. Comme si le sol était une piste pour que s'envole un avion, ou préchauffe un bolide.

Et c'est l'impression que donne Valérie Dréville : celle d'un prototype parti pour une heure d'une course effrénée, virtuose, franchissant tous les obstacles. tous les mots, sans risque qu'ils se télescopent, qu'ils se perdent sans qu'on les entende. Pour une grande actrice, toutes les phrases se franchissent le road-book en bouche. Comme d'habitude, elle est venue sans apprêt, en pantalon noir et pull en v bleu.

La dernière fois qu'on l'a vu, elle était sur une scène peuplée pour des monologues plus habitées, ceux de Gérard Watkins dans "Voix". Cette fois-ci, elle est seule pour interpréter un texte de Claudine Galéa, conçu comme "Au bord" pour le théâtre.

On y parle de Falk Richter, de chansons de Noël, de Frank Sinatra et de My Way, d'un père militaire en Algérie, d'un autre atteint d'un cancer et de toutes les consciences féminines suiiiiiiiiiiiii...

Si l'on est attentif à l'interprétation de Valérie Dréville, on repérera les césures. Si on est déjà sous le chamre de sa voix, on entend plus qu'on ne comprend. On est ailleurs. Parfois Valérie se permet des intonations "bernhardiennes" quand il y a une possibilité de ses rabâchages qui étaient la marque de fabrique du grand imprécateur autrichien.

Emilie Charriot, dans sa mise en scène, n'a pas jugé bon d'enrayer la machine Dréville. Pas beaucoup de mouvement. Pas beaucoup de jeux de lumière non plus. Sans qu'on puisse parler pourtant d'ascétisme. Il y a chez Valérie Dréville une décontraction dans le statique qui défie tout minimalisme... Même droite comme un "i", elle paraît libre, capable de soudaines inflexions de sa voix. Une voix qui n'est pas non plus une voix parfaitement reconnaissable, estampillée et reproductible. On sent qu'elle peut en jouer comme un instrument de musique qui n'a pas qu'un son, qui s'accorde aux variations. Attention, ce n'est pas non plus un organe hypnotique... Des auditeurs/spectateurs peuvent décrocher, s'ennuyer. On a parlé de "mécanique Dréville", certes, mais ce n'est pas un robot qui réussirait à chaque fois son coup.

Apparemment, Valérie Dréville a un atout pour ne jamais se crasher : elle aime le texte de Claudine Galea qui évoque les choses, les chansons, les êtres et ne revendique aucun exercice de style pas plus que la pratique du morceau de bravoure. C'est peut-être ça qui en fait un texte typiquement féminin. Un texte pas facile à résumer ni à catégoriser.

Il y a du mystère chez Claudine Galea et Valérie Dréville a su le saisir sans chercher à le détricoter. Elle ne rend pas "Un sentiment de vie" compréhensible ou incompréhensible. Elle l'expose, le défend, le pénètre et ne cherche jamais à le domestiquer.

Elle peut l'interpréter mille fois sans qu'il cède sous la répétition. On comprend pourquoi on la sent heureuse d'être sur scène à dire fièrement ce beau texte sans espoir mais pas désespérant pour autant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-06-16 :
King Kong Théorie - Théâtre Silvia Montfort
La Mécanique du coeur - Théâtre Le Funambule Montmartre

• Edition du 2024-06-09 :
Hepta, le grand voyage du Petit Homme - Théâtre Essaïon
Du domaine des murmures - Théâtre Le Lucernaire
 

• Archives :
Pourquoi Camille ? - Théâtre de La Flèche
Molly ou l'Odyssée d'une Femme - Théâtre Essaïon
Les Vagues - Théâtre de La Tempête
Dictionnaire amoureux de l'inutile - Théâtre de la Scala
Un faux pas dans la vie d'Emma Picard - Théâtre Essaïon
La contrainte - Théâtre La Verrière
Les possédés d'Illfurth - Théâtre du Rond Point
Les Tournesols - Funambule Montmartre
L'Affaire Rosalind Franklin - Théâtre La Reine Blanche
Le jeu des ombres - Théâtre des Bouffes du Nord
La loi du marcheur - Théâtre de la Bastille
Chère insaisissable - Théâtre Le Lucernaire
Un mari idéal - Théâtre Clavel
Capharnaüm, poème théâtral - Théâtre de la Cité Internationale
Mon pote - Théâtre la Manufacture des Abbesses
Majola - Théâtre Essaïon
Tout l'or du monde - Théâtre Clavel
Dans ton coeur - Théâtre du Rond-Point
Du pain et des jeux - Théâtre 13 Bibliothèque
Jean-Baptiste, Madeleine, Armande et les autres - Théâtre Gérard Philipe
Vernon Subutex - Théâtre des 2 Rives
37 heures - Théâtre La flèche
Fantasmes - Théâtre La Croisée des Chemins
Sonate d'automne - Théâtre Studio Hébertot
Preuve d'amour - Théâtre Le Guichet Montparnasse
Frida - Théâtre la Manufacture des Abbesses
Royan, la professeure de français - Théâtre de Paris
Objets inanimés avez-vous donc une âme ? - Théâtre du Guichet Montparnasse
Après les ruines - La Comète - Scène Nationale de Châlons-en-Champagne
Tant que nos coeurs flamboient - Théâtre Essaïon
- les derniers (3)
- les derniers albums (6)
- les derniers articles (4)
- les derniers concerts (9)
- les derniers edito (1)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (4)
- les derniers spectacles (7912)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=