Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sprints
Letter to Self  (City Slang)  février 2024

Parfois (souvent !), je me dis que je suis un vieux con, que plus rien ne m’émeut, que tout ce que j’écoute m’ennuie, ou tout du moins ne trouve pas d’intérêt à mes oreilles, ne me procure aucun sentiment de joie ni de tristesse, pas plus que cela ne me donne l’envie de me trémousser de plaisir tel un John Travolta arthritique (mais Travolta quand même).

Bref, j’en suis encore à écouter les Pixies, Mogwai, The Smiths ou Jesus & Mary Chain en me disant "putain mais qu’est-ce qu’il se passe dans la musique actuelle, tout le monde est chiant" (vous avez le droit de trouver les groupes pré-cités chiants hein, mais c’est moi qui écris la chronique, n’oubliez pas).

Pourtant heureusement, de temps en temps arrive un groupe de jeunes gens qui n’étaient sans doute pas nés quand les groupes pré-cités (toujours eux) ont produit leurs premières oeuvres et qui arrivent à me faire tendre l’oreille, taper du pied, voire me procurent quelque chair de poule qui me rappelle que "ouf, je suis encore doté d’émotions". 

Vous l’avez compris, Sprints et son premier album Letter to self est de ceux-là. Les Irlandais ont tapé juste avec ce disque et me donne tout ce que j’avais envie d’entendre depuis des années, sans même avoir imaginé que c’était le cas.

Tout dans cet album est parfait. Un sens de la mélodie impeccable, une énergie dans la musique qui transpire la sincérité, une voix à tomber par terre pour un résultat garage punk (power pop, grunge, post-punk, mettez les étiquettes de votre choix) impeccable. Mené par la chanteuse Karla Chubb, le groupe envoie durant 11 titres et 39 minutes une série de tubes comme je n’en avais pas entendu depuis un moment. 

Parlons de l’intro déjà, sur le titre "Ticking" qui ouvre l’album. On a l’impression d’entendre Kim Gordon entamer un inédit de Sonic Youth et puis ça bascule sur une sorte de rock, sec comme un coup de baguette sur une caisse claire. C’est martial et la prosodie est jouissive avant justement une explosion vocale et musicale du plus bel effet renforcée par un riff de guitare totalement entêtant.  2 minutes 30 se sont écoulées et on est conquis. Une claque. Mais une bonne, de celle qui réveille sans vous mettre KO.

Et si la musique de Sprints est aussi énergique que leur nom le laisse croire, il n'est jamais question de chaos. Chaque titre est un tube irrésistible avec une mention spéciale pour "Cathedral" et son chant un peu dark avec là aussi un riff de guitare totalement imparable qui nous amènent à un climax sonore au milieu du titre dont on ne redescend jamais, telle une vague que l’on surfe et qui tantôt à son sommet tantôt dans le creux ne veut jamais nous relâcher, "Can’t get enough of it" ou encore "Litteraly mind" qui déroule sa course en grandes foulées sans la moindre perte de souffle.

On pense parfois aux Français de Saffron Eyes mais si on retourne un peu dans le passé, on ne peut pas éviter de penser aux groupes "de filles" des années 90 qui ont fait notre bonheur de l’époque, de L7 à Hole, de Veruca Salt à Elastica

Alors certes, rien n’est inventé dans ce Letter to self mais quelle claque sonore et mélodique, quelle énergie dans ce chant aussi sauvage que maîtrisé, et cette façon de construire les morceaux pour toujours nous garder sans jamais avoir envie que ça s'arrête jusqu'à ce que le suivant commence et nous embarque à nouveau ! Cela fait un bien fou et cerise sur le gâteau, je sais de source sûre que leurs lives sont à la hauteur et méritent le déplacement. 

Alors tient-on ici la nouvelle sensation rock de cette année ? De cette décennie ? Passeront-ils le printemps ? Les verra-t-on aussi souvent que nos imbuvables victorieux de la musique dans tous les festivals ? Espérons que oui car ces Sprints là je veux bien m’y essouffler tellement c’est un vrai second souffle qu’ils m’apportent et une fraîcheur et une sincérité bienvenues dans ce monde vraiment tristounet ces derniers temps.

En attendant, profitons-en, en mode repeat tant que le palpitant tient le coup pour soutenir le rythme effréné de cet album incroyable et inespéré.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Sprints
Le Bandcamp de Sprints
Le Soundcloud de Sprints
Le Facebook de Sprints


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=