Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mathis - Shannon Wright
Théâtre Denis  (Hyères)  14 avril 2007

J’ai toujours été très méfiant vis à vis des concerts auxquels on assiste assis. C’est que, plus jeune, j’étais fort amateur de pogos ; que le rock me passe par les pieds autant que par la tête dodelinante. Ma trentaine approchant n’y change rien : le postérieur vissé, la musique a parfois tendance à me faire un rien chier. J’en connais beaucoup d’ailleurs qui partagent cet avis, même si c’est assez secrètement ou, en tout cas, avec assez de discipline pour n’en rien laisser paraître lorsqu’il le faut - à témoin j’appellerais tous ceux qui finirent par se lever avec moi le temps de Password et Revolution (repris des Spacemen 3) durant le rappel du concert de Piano Magic à l’espace Julien de Marseille, en octobre 2005.

En arrivant ce samedi 14 avril 2007 dans le joli petit théâtre Denis d’Hyères, j’ai donc eu un long soupir désespéré. Théâtre à l’italienne, de poche, tout de rouge et d’or, aux fauteuils massés au pied d’une scène encore vêtue de son rideau noir. Public discipliné, bien assis à sa place, poli. Pas de bière à l’intérieur, merci.

Soupir & doute. Y aurait-il ce soir-là du rock ? Le Festival Faveur de Printemps ne se fourvoyait-il pas grandement en s’annonçant rock en un tel lieu ? Doute devenu crainte à entendre le discours d’introduction de la soirée : Mathis venu sans les Mathematiks pour jouer seul du blues ; Shannon Wright dont on nous annonce, entre autres choses, qu’elle sera ce soir-là plus calme qu’à l’accoutumée.

Les lumières s’éteignent et j’attends les trois coups. Quelques notes de guitare, chaudes, emplissent le silence. Le rideau s’ouvre.

Sur une chaise, Mathis à la guitare, véritable acoustique s’il vous plaît, bottleneck au doigt, quelques pédales devant lui.

On lit toutes sortes de choses sur ce français-là et son groupe. Des descriptions où se télescopent les genres, des critiques où les compliments se bousculent. Pour ma part, je n’aurais qu’une seule chose à en dire : ce type a l’âme la plus blues qu’il m’ait été donné d’entendre sur scène.

Germano-ardéchois du delta, Mathis, assis comme le public, me laisse sur le cul. Il chante et crie, rugit, miaule et fait miauler un public timide un peu ; séducteur, enjôleur, comédien ; humain, simple et humble, aussi - une guitare à la main, Mathis est irrésistible, tout simplement. Et si l’on ne peut pas se lever, on peut toujours taper la mesure du bout du pied.

Les titres s’enchaînent, compositions personnelles (dont les excellents "Blush" et "Voodoo Bitch", pour des versions solo-acoustiques épatantes) et standards (dont un très réussi "Little Red Rooster"), tout à la guitare, slide ou pas, parfois de percussions simplistes jouées au pieds sur une pédale. Comme le musicien lui-même, qui finit par annoncer un dernier titre tout en avouant ne pas trop savoir depuis combien de temps il joue, on perd le fil, envoûté par le charisme évident de l’homme.

Le rideau se referme le temps d’un changement de plateau. Les gens se lèvent, vont se dégourdir les jambes. Entracte. Un peu rassuré par la prestation de Mathis, j’essaie d’imaginer comment la musique de Shannon Wright pourra s’adapter à un public assis. Plus calme que d’ordinaire, nous a-t-on annoncé. Voilà qui peut augurer du pire comme du meilleur. C’est que j’avais oublié, tout à ma hâte de retrouver mes émotions de rocker néo-pubère découvrant avec ébahissement amoureux l’existence d’une certaine Polly Jean, que Let in the Light (Vicious Circle, 07), le nouvel album de Shannon, faisait la part belle au piano.

Ouverture de rideau, Shannon et ses deux musiciens entrent en scène, un batteur et un bassiste barbus, chevelus, de noirs vêtus - un peu décalés en ce théâtre mignonnet. Shannon, elle, a des airs de grungette sur le retour, jean & chemise, imposante frange qui cache ses yeux.

Au piano, elle gigote comme on le fait en jouant de la guitare. Sa voix est douce et mélodieuse, mais pas légère - plutôt profonde, prête à se briser en un cri au besoin. La chanteuse s’est apaisée, son évolution d’album en album est palpable. "Don’t you doubt me", "Defy this love", "Steadfast and true", chacun dans son registre, l’établira ce soir sans l’ombre d’un doute.

Il n’aura fallut que trois titres pour que le piano soit délaissé au profit de la guitare. Quelques titres plus anciens donneront alors l’occasion de beaux morceaux de bravoure rock’n’roll. Et si l’on n’aura pas droit à ce "You’ll be the death" que j’attendais avec une impatience non dissimulée, "With closed eyes" me rappellera presque aussi avantageusement la période Over the sun (Vicious circle, 04).

Reste que, dans un fauteuil de théâtre, on se sent comme isolé du courant qui électriserait tout ça. Dans un fauteuil au milieu de la salle, un gamin que ses parents n’ont certainement pas réussi à faire garder joue avec une console portable, ignorant tout de ce qui l’entoure. Sur scène, les musiciens font pourtant de leur mieux. Mais la scène est comme trop loin des spectateurs. Les applaudissements restent trop polis. Sit down ovation.

Non pas que les spectateurs ait l’air lassé d’être assis là, ou de s’ennuyer. Simplement que le soir n’est pas à la folie, à la sueur, à l’excitation. Reste l’émotion - qui atteindra un sommet pour le final de la chanteuse, seule en scène, se lamentant lentement au piano. Après un set assez court et deux rappels, Shannon Wright quitte la scène pour n’y plus revenir, malgré les applaudissements insistants. Les lumières se rallument. Fin de la représentation.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 5 de Mathis and the Mathematiks
La chronique de l'album Playing My Dues de Mathis Haug
La chronique de l'album Distance de Mathis Haug
La chronique de l'album 57.75 de Stan Mathis
Mathis en concert à La Maroquinerie (7 juin 2005)
Mathis en concert à La Flèche d'Or (26 octobre 2005)
Mathis en concert au Triptyque (15 novembre 2006)
L'interview de Mathis And the Mathematiks (14 juin 2005)
L'interview de Mathis Haug (14 novembre 2011)
L'interview de Mathis Haug (lundi 25 mars 2013)
La chronique de l'album Over the sun de Shannon Wright
La chronique de l'album eponyme de Yann Tiersen & Shannon Wright
Shannon Wright en concert au Festival les femmes s’en mêlent 2004
Shannon Wright en concert au Festival MOFO 2004
Shannon Wright en concert au Festival de dour 2004 (vendredi)
Shannon Wright en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (vendredi)
Shannon Wright en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Shannon Wright en concert à L’Aéronef (mercredi 14 otobre 2009)
Shannon Wright en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 8 novembre 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Mathis & The Mathematiks
Le site officiel de Shannon Wright

Crédits photos : Cédric Chort (Plus de photos sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !
- 29 janvier 2023 : Culture pour tous !
- 22 janvier 2023 : La culture ne bat pas en retraite !
- 15 janvier 2023 : C'est la rentrée pour de vrai !
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=