Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maïon et Wenn
Le Divan du Monde  (Paris)  16 novembre 2007

Apéro kir breton et galettes de blé noir vendredi au Divan du Monde pour une soirée spéciale "Brezih attacks". C’est le duo Maïon et Wenn qui tenait la vedette. Retour sur un phénomène naissant.

"Maïon et Wen vous parlent d’amour, avec du poil autour". Refrain d’un de leurs morceaux, la phrase résume aussi parfaitement l’esprit du répertoire de ce duo de nénettes bien barrées.

Maïon et Wenn, c’est Marion pour Mayon, l’espèce de dingue extravertie sur son tabouret et Gwen pour Wenn, la cynique au piano. Maïon et Wenn c’est aussi et d’abord deux bonnes copines réunies par une même envie : faire de la musique sans se prendre la tête. Surtout pas parisienne, elles débarquent fièrement ce vendredi de leur Bretagne profonde "de Botmeur et Plounéour-Ménez" plus précisément. Elles n’hésitent d’ailleurs pas à forcer le trait sur leurs origines, accent breton en sus, devant le public du Divan du Monde qui n’a sûrement pas plus entendu parler de ces bleds que du problème du recul de la mer morte en Jordanie, mais que ça fait bien marrer.

C’est très vite assez clair, elles ne sont pas ici pour se la jouer. Ce qu’elles exècrent : les "pauv’filles, égocentriques, hystériques", celles "qui lisent Psychologie pour faire le point dans [leur] vie". Elles c’est sûr, elles finiront « toutes seules mascara coulant sur [leur] gueule". Non Maïon et Wenn ce serait plutôt un hymne au naturel avec du poil autour justement.

Sans complexes, une des chansons égrène mêmes leurs "caractéristiques" les moins classes et on est ainsi content d’apprendre que Maïon a de l’eczéma dans les oreilles ou que toutes deux grincent des dents dans leur sommeil (démonstration à l’appui), N’espérez donc pas, quand vous venez les voir en concert, y trouver deux minettes tendance « frange-leggings-bermuda », vous seriez sérieusement déçus. En jean et baskets,-elles ont les mêmes et les exhibent fièrement- ou encore mieux, en maillots de basket taille XXXL, elles c’est comme ça qu’elles sont sexy.

Aucun tabou, du moment que c’est fait avec humour, ça semble être leur credo. Un humour souvent noir, cynique, qui pourrait en déranger certains quand il est poussé loin, mais qui fait généralement l’unanimité dans la salle.

Leur sujet fétiche : l’amouuuur ! Vache, triste, réaliste, gnangnan (le premier morceau du concert donne le ton : "tu es beau et je suis belle, c’est l’amour éternel"), il est décliné à toutes les sauces avec un zeste de sexe pour encore plus de piment (apothéose trash du show quand intervient un kiki moine un peu trop excité …)

Avec Maïon et Wenn vous l’aurez compris, on baigne davantage dans l’ambiance cabaret que dans celle d’un simple concert bien cadré, bien calé, sans risque de débordement. Ces filles chantent certes pourtant, et elles chantent juste et bien tant qu’à faire, leurs deux voix s’alliant parfaitement. Wenn est aussi une excellente musicienne qui regrette un peu que le public s’émerveille davantage devant une Maïon "qui joue trois notes de xylo alors qu’[elle-même s’est] tapée 13 ans de piano".

Mais surtout, elles parlent. Jamais trop car ça fait complètement partie du spectacle, mais beaucoup. Explications délirantes, pétages de plombs de Maïon (qui, faut-il le préciser, est comédienne depuis de longues années), réflexions désabusées de Wenn, injonctions au public. Malheureusement ce vendredi au Divan du Monde, la qualité du son est à déplorer et beaucoup de leurs sketches tombent un peu en désuétude dans l’espèce de brouhaha en fond sonore de la salle.

Peu enclines à se confiner dans un seul genre, elles passent de la chanson, simple accompagnement au piano, quelques touches jazzy, digressions complètement punk, à une impromptue démonstration de hip-hop. Le ton reste lui inchangé et c’est en toute simplicité qu’elles introduisent cette transition : « on va faire comme dans les clips de rap avec des connasses en maillots de bain qui lavent des bagnoles. "Profitez-en pour mater notre cul !". Accompagné de DJ Blunt aux platines, elles envoient "la purée" et ça fonctionne plutôt très bien. Les Svinkels peuvent commencer à flipper, la relève féminine semble en très bonne voie !

En conclusion, Maïon et Wenn c’est une sorte d’objet sonore non identifié, une espèce de spectacle anti-conformiste en voie de disparition, un genre hétéroclite qui ne rentre dans aucune case. En bref ça ne ressemble à rien de ce qu’on peut voir en ce moment et ça fait du bien !

 

En savoir plus :

Le site officiel de Maïon et Wenn

Crédit photo : SLB


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-05-19 :
La Mare Aux Grenouilles #85 - Talk Show Culturel
Matt Low - Une vie Cool
Morgane Imbeaud - The Lake
Nicolas Paugam - La balade sauvage
Elysian Fields - What the thunder said
Sylvain Daniel - Slydee
Bad Juice - Amour Noir
Caesaria - Tonight will only make me love you more
Bruit d'Avril - Session Bruit d'Avril
MATW - Soft Michel - Sun - Sunshade - Seppuku - Servo - Dye Crap - Ni Vus Ni Connus
Space Alligators - London Tropical

• Edition du 2024-05-12 :
Ha the Unclear - A kingdom in a cul-de-sac
Nicolas Paugam - La balade sauvage
El Perro del Mar - Big Anonymous
Ed Harcourt - El Magnifico
Festival Paysage Pop #2 (édition 2024) - Lisbone - iAross - Ritmo 71 - Eleven 17 - Thierry Holweck
Batist & the 73' - Batist & the 73'
Two Magnets - Folk Tales Of Today
Kokopeli - Family Affair
Thibault Wolf - Korzéam EP
Intrusive Thoughts - Dysphorie
Alexis Valet - Following the sun
Gabriel Pierre - Until Now
 

• Archives :
Darius - Murmuration
La Mare Aux Grenouilles #84 - Talk Show Culturel
Isolation - Creatures Lies
Prudence Hgl - Newcastle
Jéhan - On ne sait jamais
The Everminds - Colliding Spaces
AA & Les Oneiroi - Le Souffle de l'Hybris
Comédie Noire - Hermetic Delight - Gogojuice - Cosmopaark - L'Ambulancier - No Money Kids - Ni Vus Ni Connus
Marine Thibault - Sublimer
Mélys - For Once EP
Johnnie Carwash - TV Sundaze - Le Clapier
Edgär - Edgär is Dead
The Darts - Boomerang
Olivier Marois - Tu sauras pas quoi faire de moi
Les Soucoupes violentes - J'irai Ailleurs
Johnnie Carwash - Interview
Isolation - Resto Basket - Greyborn - Bad Juice - Last Temptation - One Rusty Band - We Hate You Please Die - Ni Vus Ni Connus
Jacky Molard & François Corneloup Quartet - Entre les terres
Trio SR9 & Kyrie Kristmanson - Venus Rising
Yann Jankielewicz, Josh Dion & Jason Lindner - Keep It Simple
Watertank - Liminal Status
Fontanarosa - Take a Look at the sea
Fishtalk - Out
Ambre - Génération (Tome 1)
Whispering Sons - The Great Calm
Vesperine - Perpétuel
Burning Heads - Embers Of Protest
Waxahatchee - Tigers Blood
Bertrand Betsch - Kit de survie en milieu hostile
Nikita Mndoyants - Prokofiev
- les derniers albums (7532)
- les derniers articles (357)
- les derniers concerts (2395)
- les derniers expos (5)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1132)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (9)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=