Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tout doit disparaître
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  novembre 2010

Monologue dramatique de Laurent Leclerc interprété par Margaux Delafon dans une mise en scène de Laurent Leclerc et Margaux Delafon.

Dans une société qui porte aux nues le jeunisme et envisage la vieillesse plus comme une maladie que comme la continuité logique de la vie, vieillir inquiète, vieillir est honteux et donc se cache. On parle peu, voire pas, du quatrième âge.

Or c'est bien de ce sujet dont traite "Tout doit disparaître".

Ce spectacle est le fruit d'un long processus de création entre Laurent Leclerc, auteur, metteur en scène et comédien et Margaux Delafon, comédienne, metteur en scène et plasticienne.

Suite à la canicule de 2003, qui a soudain mis sur le devant de la scène médiatique une France vieillissante et pourtant laissée pour compte, ces deux artistes ont eu envie d'aller à la rencontre de nos "vieux" et se sont mis à sillonner les maisons de retraite, à recueillir les différents témoignages de chacun.

Au fur et à mesure de leur enquête, un personnage est né, figure mythique qui est la somme de toutes les histoires et points de vue recueillis, né principalement de l'émergence d'une légende parmi les différents pensionnaires des maisons de retraite traversées : une fugueuse qui aurait exhorté ses congénères à la révolte contre le sort qu'on leur aurait imposé et aurait fini sa vie dehors, dans sa ville natale, ou dans un lieu secret, au côté de son grand amour...

Tout doit disparaître donne donc voix à Daphné, magnifiquement interprété par Margaux Delafon, une nonagénaire pleine de vitalité qui s'est retrouvée enfermée par ses enfants dans une "maison de vieux"

A travers elle, plusieurs personnages parlent : ses enfants, ses infirmières, ses compagnons de vieillesse. Tous nous racontent la difficulté de vieillir, de voir vieillir, la peur, l'individualisme d'une société qui ne comprend pas que nous vieillissons tous et sommes ou serons tous concernés.

Car si Daphné en elle-même n'a pas existé, elle est un mythe à part entière, né du besoin du groupe de croire que leur sort n'est pas fixé et que le libre arbitre peut triompher de l'injustice et de l'arbitraire. De la mort ? Il est donc à la fois original et intéressant d'entendre son histoire, et à travers elle, l'histoire universelle de la vieillesse dans notre société actuelle.

Le retour incessant de Laurent Leclerc et Margaux Delafon entre la scène et la réalité lors de la création de ce spectacle donne une dimension quasi documentaire au propos. Pourtant la mise en scène et l'approche artistique et théâtrale qu'ils ont mises en place ont su créer un univers onirique, poétique, parfois symbolique.

Pour "démasquer la vieillesse" ils ont imaginé un masque qui permet à la comédienne d'adopter des traits plus marqués mais donne également un caractère anonyme et donc universel au personnage. Un mur en carton en fond de scène est là pour nous rappeler le cloisonnement entre les âges de la vie, l'enfermement physique et psychologique des pensionnaires de la maison de retraite. Il évoque également le déménagement brusque de Daphné, partie en promenade avec ses enfants et enfermée malgré elle dans un "centre". Il permet de projeter des images et ouvre du même coup une perspective inespérée.

Sensible, ludique et émouvant, ce spectacle est un petit bijou théâtral. A la fois très bien écrit et magnifiquement interprété, il développe une kyrielle de trouvailles artistiques pour toucher et interpelle forcément, par son propos ou sa forme.

Un grand bravo à Margaux Delafon pour la prouesse scénique de donner vie à une dizaine de personnages à elle seule. La scène de la révolte du réfectoire est particulièrement jouissive et réjouissante.

 

Cécile Beyssac         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !
- 29 janvier 2023 : Culture pour tous !
- 22 janvier 2023 : La culture ne bat pas en retraite !
- 15 janvier 2023 : C'est la rentrée pour de vrai !
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=